Le mal en soi d’Antonio LANZETTA

Résumé de l’histoire : Le petit bourg de Castellaccio, dans la région du Cilento, au sud de l’Italie, abrite un très vieux saule. À la fin de l’été 1985, on a retrouvé le corps de la jeune Claudia pendu à ses branches, sa tête décapitée gisant entre les racines. Trente et un an plus tard, pendue au même arbre, torturée de la même façon, la dépouille grouillante de vers d’une autre jeune fille contemple Damiano Valente, le Chacal, un célèbre écrivain de true crime. L’Homme du saule est revenu à Castellaccio.
Hypersensible, méthodique et acharné, le visage rongé de cicatrices et condamné à traîner sa jambe brisée, tenant grâce à la morphine, Valente est hanté par cet été de la peur où lui et ses amis Claudia, Flavio et Stefano ont été fauchés par la haine, la folie et la mort. Quand le commissaire De Vivo l’appelle sur l’enquête, la traque peut commencer.

Ce que j’en pense : C’est une histoire d’amitié passée qui, trente ans plus tard, n’aura toujours pas révéler les crimes perpétués. Et pourtant ….
Comme pour beaucoup d’auteur(e)s italien(ne)s, leurs récits sont très sombres, d’une noirceur forte, déprimants ; malgré les magnifiques paysages décrits, les drames de la vie des personnages aucultent tout : sans lendemain.
L’auteur dénonce la corruption, la prise de pouvoir de la mafia (même dans les petits bourgs), la vengeance, la jalousie, la méchanceté gratuite ; on aime pas les étrangers …
Pourtout tout pourrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais quand la folie est là, à portée de main, les têtes tombent …
Belle découverte et belle rencontre avec l’auteur.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 14 mars 2018.

Biographie de l’auteur : De nationalité italienne, né en 1981, écrivain, musicien, chroniqueur littéraire, influencé par ses lectures de Mark Twain, Joe Lansdale, Stephen King et Jo Nesbø, surnommé le « Stephen King italien », Antonio Lanzetta fait partie du renouveau qui s’amorce dans la littérature de son pays. Il alterne les points de vue et les époques avec beaucoup de rythme et un sens affûté de l’intrigue pour mieux semer le doute au cœur d’une Italie rurale, profonde, tour à tour cuite par le soleil et détrempée par la pluie – l’Italie du Sud, où il a grandi et vit aujourd’hui.

LA VESTE et autres nouvelles de Léo VILLOTS

Résumé de l’histoire : LA VESTE et autres nouvelles. … Six au total, avec, pour point commun, le suspense trempé à l’encre noire.
Ne vous fiez pas à l’écriture poétique qui guide ces lignes ! L’envers du décor est glauque.
Sans bêtas, pas d’alpha ou le harcèlement dans toute son horreur.
Vous seriez-vous arrêtés, en voiture, pour aider cette vieille femme à l’allure douteuse ?
Et ces signes d’outre-tombe, saurez-vous les percevoir ?
La guerre, toujours la guerre, …. et ses séquelles.
Accident mortel, mais pas pour tout le monde !
Un légionnaire à la recherche de son passé, à  Dinan : alors, coupable ou innocent ?

Ce que j’en pense : Un recueil de six nouvelles poétiques mais pas que …. !!!!!
Car au-delà des différents thèmes abordés – vengeance, fantômes, amour inavoué, harcèlement, … etc – l’auteur a réussi à mélanger la poésie et l’écriture narrative sans dénaturer le récit. Rédigés comme des poèmes, ces histoires sont pleines de surprises.
J’aime beaucoup l’univers de l’auteur car Léo VILLOTS ose : avec son premier roman « MALEFIQUES » (voir retour lecture sur le blog), quelle maîtrise !!!! Une enquête rondement menée, une histoire simple, claire, précise.
Avec « LA VESTE et autres nouvelles », l’auteur se met en danger, c’est culotté mais plutôt réussi.
Je ne suis pas fan de poésie et surtout je ne sais pas lire la poésie … aussi j’ai été complètement étonnée d’avoir adhérer à ce style d’écriture, et surtout que l’on puisse raconter des petites histoires en rimes.
Parmi ces six histoires/poêmes, un seul n’a pas eu trop mes faveurs … je vous laisse deviner !!!
Ce petit recueil mérite amplement sa place dans les rayonnages de nos librairies.

Uniquement en version numérique.
Je remercie chaleureusement l’auteur Léo VILLOTS pour sa confiance.
Sortie nationale le 18 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : Léo Villots, de son vrai nom Olivier Le Gal, est né en 1969 en région parisienne mais vit désormais en Bretagne, à Dinan.
Infirmier, marié, un enfant, LA VESTE est son second  livre. Avec son premier, MALEFIQUES, un thriller paru aux éditions La Gidouille, il a reçu de nombreux encouragements. LA VESTE sera-t-elle aussi bien accueillie ?