Uncategorized

La dernière maille de Patricia HESPEL

Résumé de l’histoire : Rescapé d’une violente agression, Néo, 23 ans, sort du coma. Où trouver l’envie de continuer dans un corps qu’il ne reconnaît pas, sans passé ni souvenirs, sans proches pour se soucier de lui ? Pourtant, le docteur Catherine Milan n’est pas disposée à le laisser couler. Touché par l’affection de cette femme qui le porte à bout de bras, le jeune homme entreprend de se reconstruire à ses côtés. Bientôt, il découvre qu’elle aussi a ses absents. En même temps que son attachement à Catherine se renforce, l’intérêt de Néo pour le drame familial qui l’a meurtrie quelques années plus tôt tourne à l’obsession. Au fil de rencontres inattendues et de coïncidences troublantes, Néo commence à douter. Ce qu’il vit depuis son réveil découle-t-il de ses choix ou d’une pièce savamment orchestrée ? Quel marionnettiste le mène sur ce chemin, plus balisé qu’il ne croyait ? Pour démêler le sens de sa miraculeuse deuxième chance, il n’aura d’autre choix que de suivre le fil tendu par une main inconnue qui, d’étape en étape, le mènera à la stupéfiante révélation de son identité. Entre passé et présent, entre rédemption et acceptation, une quête de soi dont le tricot serré emporte le lecteur jusqu’à la dernière maille.

Ce que j’en pense : Je l’attendai ce nouveau roman ; depuis ma rencontre surprise avec l’auteure lors de la foire du livre de Bruxelles en 2019 et la lecture de « La fille derrière la porte« , il me tardait de me plonger à « zyeux perdus » dans cette nouvelle aventure.
Un one-shot divisé en trois parties ; dès le départ, l’auteure annonce la couleur : une agression d’une rare violence et l’état amnésique de la victime vont être au coeur de ce récit mais pas que … si dans la première partie, Néo va être en quête de son passé, il n’empêche que sa rencontre avec Catherine va bouleverser sa vie et celle de son amie. J’ai été agréablement surprise de la maitrise parfaite du parallèle que va faire l’auteure entre comment traiter la perte de mémoire et les pertes/abandon d’un mari et d’un enfant « pas comme les autres ». L’acceptation de l’autre, la résilience, la quête de vérité, les reconstructions physique et morale sont au centre de l’histoire.
Patricia HESPEL arrive à transmettre, je ne sais pas comment !!!!, une telle intensité à son récit que cela a été très dure pour moi de lâcher ma lecture.
Car, enfin, lorsque le dernier coup de volant a été donné, je me suis retrouvée en pleine ligne droite d’indices, d’explications, d’aveux ; la boucle était bouclée ; une montée en puissance dans la qualité de la narration incontestable.
D’une fluidité, d’une précision exemplaire, que de moments intenses, d’empathie, d’amour, de larmes : la recherche de la vérité se profile, la dernière maille est tricotée. Fin de l’ouvrage.
Un thriller psychologique mais pas que … UN ENORME COUP DE COEUR !!!!
(PS : je ne peux malheureusement pas trop rentrer dans les détails au risque de spoiler mais c’est du très bon.)

Si vous avez prévu de venir à la Foire du livre de Bruxelles, l’auteure sera présente le vendredi 6 mars et le dimanche 8 mars prochains. N’hésitez pas à aller la voir pour discuter et découvrir son dernier livre.

Je remercie chaleureusement GENESE Editions pour leur confiance.
Sortie nationale le 17 janvier 2020.

Biographie de l’auteure : Patricia HESPEL est née en 1969 en Belgique. Passionnée par la lecture, elle écrit depuis l’adolescence. Son premier roman, Au bout du chemin, a paru en 2013 aux Éditions Les Nouveaux Auteurs. Il a été récompensé par le Grand Prix du roman Femme actuelleLa Fille derrière la porte, son deuxième ouvrage, a paru chez le même éditeur et a été récompensé du Prix du suspense psychologique 2017

auteurs étrangers, auteurs français, professionnels, hommes, femmes, policier, thrillers, romans noirs, psychologique, littérature noire, littérature blanche, Uncategorized

Je ne suis pas un monstre de Carme CHAPARRO

Résumé de l’histoire : Un enfant disparaît dans un centre commercial de Madrid le 24 décembre.
Même lieu et même mode opératoire qu’une ancienne affaire, l’enlèvement de Nicolás Acosta deux ans plus tôt. Et si tout recommençait ?
L’inspectrice Ana Arén, qui a failli lors de cette précédente enquête, se lance à corps perdu pour retrouver ce petit garçon. Mais certains journalistes viennent contrarier son enquête, avides de scoops et d’audience.
Les fausses pistes s’enchaînent, les rumeurs enflent et les politiques s’en mêlent. La ville tremble devant la menace d’un tueur en série. La reporter Inés Grau, proche d’Ana, couvre l’affaire mais la pression est telle qu’elle est prête à tout pour une révélation, quitte à trahir son amie et mettre en danger sa famille.
Alors que la vérité est sur le point d’éclater, l’inspectrice se retrouve face à une effroyable réalité qui pourrait la consumer.

Ce que j’en pense : Premier livre de cette auteure hispanophone et c’est une très belle réussite ; d’ailleurs j’espère qu’il y aura une suite des aventures de l’inspectrice Ana Arén.
Le thème abordé, la disparition d’enfants, est un sujet pas facile à aborder car tout en étant romancé, il est la triste réalité que subi certaine famille ; car toutes les mamans – s’cusez moi messieurs !!!! – ont une fois dans leur vie perdu de vue leur enfant et ce que l’on ressent à ce moment-là est indescriptible. Aussi l’auteure arrive à transmettre toutes ces émotions, j’ai été bluffée par la qualité de l’enquête (la traduction y est sûrement pour beaucoup), les chapitres sont courts, la narration est dynamique, ça fuse de tous les côtes, les caractères des personnages sont aussi attendrissants qu’odieux. Tiré de faits réels, l’histoire fait froid dans le dos.
Excellent !!!! Vivement le prochain.

Je remercie chaleureusement les éditions PLON pour leur confiance.
Sortie nationale le 26 septembre 2019

Biographie de l’auteure : Carme Chaparro (Barcelone, 1973) mène une carrière de journaliste, présentatrice et rédactrice en chef à la télévision. Elle a combiné son travail à la télévision avec des collaborations en tant que chroniqueuse pour les magazines Yo Dona – dans lesquels il a un espace hebdomadaire – GQ et Woman Today.

Uncategorized

Le jour de ma mort de Jacques EXPERT

Résumé de l’histoire : Charlotte est une jolie jeune femme sans histoire. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle s’apprête à se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, cette nuit d’un dimanche d’octobre, elle se réveille en sueur, tremblante de peur, à l’affut du moindre bruit. Elle est seule chez elle, il est minuit passé. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort.
Trois ans plus tôt à Marrakech, Charlotte et trois copines sont allées consulter un voyant. Toutes les prédictions faites à ses amies se sont avérées exactes. Qu’en sera-t-il de Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre.
Commence alors un suspense de tous les instants.
La jeune femme est-elle victime d’une paranoïa alimentée par l’effrayant souvenir ou est-elle réellement en danger alors que rôde dans la ville un tueur psychopathe ?

Ce que j’en pense : Un huis-clos insoutenable et oppressant, une fin surprenante, voilà un cocktail que l’auteur manie avec habileté et talent.
Tous les ingrédients sont là pour vous dire que j’ai encore une fois beaucoup aimé ce thriller psychologique : psychopathe, cynisme, tromperie, mort, paranoïa, manipulation … un pur régal !!!
Et quand la fin que vous prévoyez n’est pas celle annoncée …
A lire absolument.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 25 avril 2019.

Biographie de l’auteur : Jacques Expert, né en  à Bordeaux, est journaliste à Radio Caraïbes International en 1981, participe à Radio7 (1982 – 1983), puis grand reporter à France Inter et France Info couvrant notamment l’affaire Grégory. En 1995, il devient rédacteur en chef de Coyote.
En 1998, il devient directeur des magazines de M6 et directeur des programmes de Paris Première en 2001.
En 2012, il est nommé directeur des programmes de RTL.
Il mène parallèlement à cela une carrière d’écrivain.
Le  avril 2018, il quitte la direction des programmes de RTL pour se consacrer à ses activités littéraires.
Il est l’époux de Valérie Expert.

Uncategorized

Jeu de dames de Nicolas DRUART

Résumé de l’histoire : Un affrontement impitoyable entre le tueur et la police au cours duquel tous les coups sont permis ! Un twist final saisissant !
Toulouse. Une sortie de périphérique. Un meurtre, trois témoins : Ludovic, Claire et Ousmane. Le lendemain, un SMS sur leur smartphone : « je sais ce que vous avez vu ». Eux ne savent pas qu’ils viennent de devenir des cibles… Dans une ville traumatisée par un tueur en série surnommé Baba-Yaga, trois individus que tout oppose vont être aspirés dans un stratagème macabre, un jeu de piste qui va les pousser dans leurs retranchements et révéler leur vraie nature. Que seriez-vous prêt à faire pour rester en vie ?

Ce que j’en pense : Voilà une très belle réussite en matière de thriller psychologique. Encore du grand suspense mais cette fois-ci dans la nuit glaciale de Toulouse.
Une manipulation du lecteur et des personnages incroyable ; la narration de l’histoire est très originale et très déroutante ; une histoire de vengeance savammenet menée ; l’écriture est vive, punchy, tout pour me plaire !!!
Des histoires, comme celle-ci, j’en redemande.
A lire absolument.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 17 octobre 2019.

Biographie de l’auteur : Nicolas Druart est infirmier depuis 2012. Il a commencé l’écriture en 2015 à la suite d’un arrêt longue maladie pour des problèmes de dos. « Nuit blanche » (2018, Nouveaux Auteurs), son premier roman, est récompensé par le Prix du suspense psychologique 2018.

Uncategorized

Pour le bien de tous de Laurent SCALESE

Résumé de l’histoire : Sur une route de campagne, un homme est percuté par une voiture. Mort sur le coup, ce n’est pourtant pas la collision qui l’a tué mais les balles qu’il a reçues dans le dos. Si la victime n’a pas de nom ni de papiers, son identité semble précieuse, puisque le véhicule des pompes funèbres qui le transporte est braqué, et le corps enlevé… Les deux flics chargés de l’enquête forment le tandem le plus mal assorti de l’histoire de la police. Mélanie Legac est jeune, brillante, nerveuse. Le commandant Joseph Schneider a la soixantaine bien tapée, il ne peut plus courir après personne, et ce « croulant », comme elle l’a baptisé, pourrait être son père. C’est la première fois qu’ils travaillent ensemble et ils vont vivre la pire affaire de leurs carrières. Laurent SCALESE s’empare d’un grand drame de l’actualité dans ce thriller noir comme le monde. Heureusement qu’il existe des hommes et des femmes à l’image des héros dont l’auteur a le secret, attachants et drôles, profondément humains, et qui tentent de se battre POUR LE BIEN DE TOUS…

Ce que j’en pense : La sortie d’un livre de Laurent SCALESE est toujours attendu avec impatience car j’aime beaucoup son écriture, ses histoires et tout son univers.
Mais là, avec ce livre, ça ne l’a pas fait du tout. Malgré un début très prometteur, j’ai été larguée par le déroulement de la narration, un flop total sur la finalité du message voulue et une fin très obscure.
Bref j’ai été déçue mais cela arrive et il ne faut jamais juger définitivement … alors j’attendrai le prochain ouvrage du l’auteur … et toujours avec impatience.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 14 mars 2019.

Biographie de l’auteur : Né en Avignon, Laurent SCALESE est auteur de romans policiers et scénariste pour la télévision et le cinéma. Il a une enfance sans histoire. … Son quatrième roman policier, « Le Baiser de Jason » (Belfond, 2005), a reçu le prix Sang d’Encre des lycéens.

Uncategorized

Armorican psycho de Gwénaël LE GUELLEC

Résumé de l’histoire : Au lendemain de la fête des morts, une tempête sans précédent s’empare de la pointe armoricaine, plongeant la cité du Ponant dans une pluie sans fin. Photographe amateur atteint d’achromatopsie, une crainte obsessionnelle de la lumière associée à une absence totale de vision des couleurs, Yoran Rosko vit retiré dans son appartement sur le port et ne sort que la nuit. Il est appelé pour confirmer l’identité du cadavre de l’homme qui lui avait permis de faire ses premiers pas dans le huitième art, retrouvé mort à son domicile, le corps mutilé et recouvert de sel. Sauf que ce corps s’avère être celui d’un ancien capitaine de cargo norvégien, disparu en mer en 1995…

Ce que j’en pense : Si vous aimez le grand suspense et les voyages … alors lisez ce livre.
J’ai beaucoup aimé cette histoire, même si au départ le nombre de pages m’a un peu freinée. Mais j’ai fait fi de ce pavé et j’ai plongé dès le début dans les eaux froides de Brest. L’auteur connaît par coeur le coin mais il a su ne souligner que ce qui pouvait être important pour sa narration et cela m’a beaucoup plu. Ensuite le personnage principal, Yoran, est assez décalé : il ne vit essentiellement que la nuit car il est nyctalope (qui a la faculté de voir la nuit) et c’est un gentil garçon. Même quand Yoran décide de partir dans le grand froid d’Oslo pour ses recherches, tout se fait essentiellement la nuit.
L’auteur a réussi, grâce à sa maîtrise littérale, à me tenir en haleine tout au long du voyage. Les descriptifs sont tellement réalistes ; et pour couronner le tout, il faudra remonter très loin dans le passé, pour connaître la vérité et ça l’auteur l’a fait à merveille.
Une très belle découverte avec une playlist pleine de souvenirs personnels.
A lire sans modération.

Je remercie chaleureusement les éditions les Nouveaux Auteurs pour leur confiance.
Sortie nationale le11 avril 2019.

Biographie de l’auteur : De nationalité française, né à Brest (Bretagne) le 10/11/1982, Gwenael Le Guellec s’est d’abord passionné pour la photographie, avant de se consacrer davantage à l’écriture.
Désormais installé en Île-de-France, le natif de Brest puise son inspiration dans ses voyages à travers l’Europe et l’Asie ainsi que dans la musique qu’il aime, où se côtoient trip hop, cold wave ou post-rock.
Armorican Psycho, son premier roman, introduit le personnage de Yoran Rosko, photographe solitaire percevant le monde qui l’entoure en nuances de noir et de blanc.
Il a été récompensé du Prix du Suspense Psychologique en 2019.

auteurs étrangers, auteurs français, professionnels, hommes, femmes, policier, thrillers, romans noirs, psychologique, littérature noire, littérature blanche, terreur, fantastique, témoignage, faits de société, Uncategorized

Mon top 10 pour l’année 2019

Encore une année riche en découvertes en tous genres : des premiers romans, des auteur(e)s confirmé(e)s, des déceptions, des émotions plein la tête, des rencontres inoubliables …
J’espère que 2020 sera aussi étonnante ; en attendant je vous dévoile mon top 10 pour l’année 2019. Il a été parfois très difficile de départager certains livres, mais le coeur a parlé.
Alors sans plus attendre et par ordre de préférence, voici mon classement

1. STANISLAS PETROSKY « Ils étaient vingt et cent … » un témoignage extraordinaire à travers les dessins d’un jeune adulte, des horreurs des camps de concentration. Pour ne surtout pas oublier.
2. CEDRIC CHAM « Broyé » thriller psychologique à ne pas mettre en toutes les mains. Quelle découverte !
3. MATTIAS KÖPING « Les démoniaques » une réalité écoeurante savamment décrite sans tabou.
4. FRANCK THILLIEZ « LUCA » le SHARKO que j’aime est revenu. Par le maître incontesté du polar/thriller français.
5. JACQUES SAUSSEZ « Enfermé.e » une histoire de famille violente. Un cri d’amour émouvant !
6. DB JOHN « L’étoile du nord » un premier livre qui nous plonge dans les ruelles sombres de la Corée du Nord. Absolument indispensable.
7. JACQUES PONS « Organigramme » un thriller sur le harcèlement hiérarchique. Un premier livre et une très belle découverte.
8. CATEL BOCQUET « Joséphine BAKER » parce qu’elle restera l’américaine la plus française. Une grande dame avec un coeur d’amour immense.
9. JOHANA GUSTAWSSON « Block 46 » quelle écriture, quel récit, quel témoignage et quelle auteure !!!! no comment
10. ARMELLE CARBONEL « Majestic murder » fantastique, thriller, morbide … Waouh !!!!

Uncategorized

Les refuges de Jérôme LOUBRY

Résumé de l’histoire : Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

Ce que j’en pense : Jérôme LOUBRY est comme le bon vin, il se bonifie au fil de ses livres.
Je suis fan inconditionnelle car au-delà d’être un garçon charmant, sympathique et talentueux, ses histoires sont uniques ; elles flirtent toujours avec le mystère, l’irréel, le sombre, le noir, le violentissime sanguinolent. Et toujours en fond de trame les enfants ou les souvenirs d’enfance (voir « Le douzième chapitre »), leurs douleurs, leurs peurs, leurs solitudes.
On oscille encore une fois entre rêve et réalité, on voyage du passé vers le présent sans cesse, on affronte les fantômes des histoires.
Excellent moment de lecture.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 04 septembre 2019

Biographie de l’auteur : Jérôme Loubry est né en 1976 à Saint-Amand-Montrond. Il a d’abord travaillé à l’étranger et voyagé tout en écrivant des nouvelles. Désormais installé en Provence, il a publié en 2017 chez Calmann-Lévy son premier roman, Les Chiens de Détroit, lauréat du Prix Plume libre d’Argent 2018.

salon de l’Iris noir à Bruxelles
Uncategorized

En moi le venin de Philippe HAURET

Résumé de l’histoire : Franck, un ex lieutenant de police, retrouve ses anciens amis du lycée, tous empêtrés dans de troublantes affaires…Suite à un évènement tragique, l’ex lieutenant de police Franck Mattis se voit contraint de retourner sur les terres de son enfance. Il y retrouve d’anciens camarades de lycée. À commencer par l’envoûtante Esther, devenue chargée de communication pour le compte d’un candidat à la mairie sans scrupules. Mais aussi Valéry, le boss redoutable d’une boîte de nuit dans laquelle de jeunes femmes sont contraintes à la prostitution. Il y a aussi Ben, le passionné d’informatique qui végète dans son appartement en compagnie d’une étrange créature. Cécile, la secrétaire soumise aux jeux pervers de son employeur, Warren, l’amant stupide et incontrôlable, ou encore Moe, l’homme de main impitoyable qui ne rêve que de se retirer au calme avec ses chiens. Franck Mattis se voit plongé au cœur d’un monde qu’il ne connaît que trop bien, celui de la nuit, de la violence, du mensonge et de la désespérance. Une fois encore, il lui faudra lutter contre ses propres démons, et qui sait, peut-être enfin trouver la paix…Un roman noir angoissant qui vous fera suivre une série de personnages évoluant dans un univers empoisonné par le mensonge et la violence.

Ce que j’en pense : Roman très violent, très sombre, très dur, sans concession, même l’amour est secondaire.
Mais alors pourquoi est-ce aussi court ? Car lorsque l’histoire est top, la narration tellement réaliste, qu’il y a de l’action, que lorsque l’amitié, l’amour, l’abus de pouvoir, l’ascension vers le règne, le trafic de drogues, le proxénétisme et l’homosexualité sont réunis et font bon ménage, j’en redemande ….
Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il va falloir que j’attende encore un peu avant de vous lire à nouveau.
A lire de toute urgence et sans modération …

Je remercie chaleureusement les édtions JIGAL Polar pour leur confiance.
Sortie nationale le 20 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : Né en 1963 à Chamalières, Philippe Hauret passe son enfance sur la Côte d’Azur, entre Nice et Saint-Tropez. Après le divorce de ses parents et d’incessants déménagements, il échoue en banlieue sud parisienne. Sa scolarité est chaotique, seuls le français et la littérature le passionnent. En autodidacte convaincu, il quitte l’école et vit de petits boulots, traîne la nuit dans les bars, et soigne ses lendemains de cuite en écrivant de la poésie et des bouts de romans. Il voyage ensuite en Europe, avant de trouver sa voie en entrant à l’université. Après avoir longtemps occupé la place de factotum, il est maintenant bibliothécaire. Quand il n’écrit pas, Philippe Hauret se replonge dans ses auteurs favoris, Fante, Carver, Bukowski, joue de la guitare, regarde des films ou des séries, noirs, de préférence. …