Uncategorized

La tour de Sélénite d’Arnaud CODEVILLE

Résumé de l’histoire : Adel Blanchard est un écrivain en perdition. Depuis quelques mois, sa vie ne se résume qu’à éviter les huissiers et à courir après son ex-femme pour voir ses deux enfants. Pour sortir la tête de l’eau, il accepte un poste de professeur de Lettres dans une faculté de Lille mais peu à peu, il ne peut s’empêcher de glisser dans la dépression. Un soir, alors qu’il est prêt à commettre l’irréparable, sa voisine de palier intervient miraculeusement et l’en empêche. Il voit en elle l’opportunité de démarrer un nouveau chapitre de sa vie, c’est donc naturellement qu’il participe au projet universitaire qu’elle organise avec un collègue : la restauration d’un phare en Loire-Atlantique.
Malheureusement, il ne se doute pas que ce périple le mènera au cœur de la terreur où il y laissera une partie de son âme …

Ce que j’en pense : C’est une première lecture de l’année dans le style « Terreur/Fantastique ». Très bien écrit pour un premier roman et c’est à souligner.
Les chapitres sont bien rythmés, l’ambiance est celle que l’on peut ressentir et/ou imaginer lorsque l’on se trouve sur un petit caillou, isoler de tout, en pleine tempête, dans un phare inhabité et assez hostile. Les fantômes du passé ressurgissent, c’est oppressant, sanguinaire, malgré parfois une légère pincée d’humour pour relâcher les tensions.
Mais j’en aurai voulu plus dans la terreur, beaucoup plus même … je vais tout de même suivre cet auteur (j’espère qu’il sera présent à la foire du livre de Bruxelles en 2020 !!!!) ; j’ai adhéré à cette narration, alors pourquoi se priver d’un plaisir supplémentaire.
A lire pour découvrir …

Sortie nationale le 1er juin 2015.

Biographie de l’auteur : De nationalité française, né à Croix en 1980, infographiste et développeur web, il aime les maths et la littérature, en particulier le genre fantastique. Son univers, Arnaud Codeville le puise dans son autre passion qu’il pratique depuis l’âge de 17 ans : les jeux de rôle qui le propulsent dans des univers hors du commun.
« La Tour de Sélénite » est son premier roman.

En novembre 2017, Mons livres
Uncategorized

Les refuges de Jérôme LOUBRY

Résumé de l’histoire : Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

Ce que j’en pense : Jérôme LOUBRY est comme le bon vin, il se bonifie au fil de ses livres.
Je suis fan inconditionnelle car au-delà d’être un garçon charmant, sympathique et talentueux, ses histoires sont uniques ; elles flirtent toujours avec le mystère, l’irréel, le sombre, le noir, le violentissime sanguinolent. Et toujours en fond de trame les enfants ou les souvenirs d’enfance (voir « Le douzième chapitre »), leurs douleurs, leurs peurs, leurs solitudes.
On oscille encore une fois entre rêve et réalité, on voyage du passé vers le présent sans cesse, on affronte les fantômes des histoires.
Excellent moment de lecture.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 04 septembre 2019

Biographie de l’auteur : Jérôme Loubry est né en 1976 à Saint-Amand-Montrond. Il a d’abord travaillé à l’étranger et voyagé tout en écrivant des nouvelles. Désormais installé en Provence, il a publié en 2017 chez Calmann-Lévy son premier roman, Les Chiens de Détroit, lauréat du Prix Plume libre d’Argent 2018.

salon de l’Iris noir à Bruxelles
Uncategorized

En moi le venin de Philippe HAURET

Résumé de l’histoire : Franck, un ex lieutenant de police, retrouve ses anciens amis du lycée, tous empêtrés dans de troublantes affaires…Suite à un évènement tragique, l’ex lieutenant de police Franck Mattis se voit contraint de retourner sur les terres de son enfance. Il y retrouve d’anciens camarades de lycée. À commencer par l’envoûtante Esther, devenue chargée de communication pour le compte d’un candidat à la mairie sans scrupules. Mais aussi Valéry, le boss redoutable d’une boîte de nuit dans laquelle de jeunes femmes sont contraintes à la prostitution. Il y a aussi Ben, le passionné d’informatique qui végète dans son appartement en compagnie d’une étrange créature. Cécile, la secrétaire soumise aux jeux pervers de son employeur, Warren, l’amant stupide et incontrôlable, ou encore Moe, l’homme de main impitoyable qui ne rêve que de se retirer au calme avec ses chiens. Franck Mattis se voit plongé au cœur d’un monde qu’il ne connaît que trop bien, celui de la nuit, de la violence, du mensonge et de la désespérance. Une fois encore, il lui faudra lutter contre ses propres démons, et qui sait, peut-être enfin trouver la paix…Un roman noir angoissant qui vous fera suivre une série de personnages évoluant dans un univers empoisonné par le mensonge et la violence.

Ce que j’en pense : Roman très violent, très sombre, très dur, sans concession, même l’amour est secondaire.
Mais alors pourquoi est-ce aussi court ? Car lorsque l’histoire est top, la narration tellement réaliste, qu’il y a de l’action, que lorsque l’amitié, l’amour, l’abus de pouvoir, l’ascension vers le règne, le trafic de drogues, le proxénétisme et l’homosexualité sont réunis et font bon ménage, j’en redemande ….
Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il va falloir que j’attende encore un peu avant de vous lire à nouveau.
A lire de toute urgence et sans modération …

Je remercie chaleureusement les édtions JIGAL Polar pour leur confiance.
Sortie nationale le 20 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : Né en 1963 à Chamalières, Philippe Hauret passe son enfance sur la Côte d’Azur, entre Nice et Saint-Tropez. Après le divorce de ses parents et d’incessants déménagements, il échoue en banlieue sud parisienne. Sa scolarité est chaotique, seuls le français et la littérature le passionnent. En autodidacte convaincu, il quitte l’école et vit de petits boulots, traîne la nuit dans les bars, et soigne ses lendemains de cuite en écrivant de la poésie et des bouts de romans. Il voyage ensuite en Europe, avant de trouver sa voie en entrant à l’université. Après avoir longtemps occupé la place de factotum, il est maintenant bibliothécaire. Quand il n’écrit pas, Philippe Hauret se replonge dans ses auteurs favoris, Fante, Carver, Bukowski, joue de la guitare, regarde des films ou des séries, noirs, de préférence. …