Uncategorized

La dernière maille de Patricia HESPEL

Résumé de l’histoire : Rescapé d’une violente agression, Néo, 23 ans, sort du coma. Où trouver l’envie de continuer dans un corps qu’il ne reconnaît pas, sans passé ni souvenirs, sans proches pour se soucier de lui ? Pourtant, le docteur Catherine Milan n’est pas disposée à le laisser couler. Touché par l’affection de cette femme qui le porte à bout de bras, le jeune homme entreprend de se reconstruire à ses côtés. Bientôt, il découvre qu’elle aussi a ses absents. En même temps que son attachement à Catherine se renforce, l’intérêt de Néo pour le drame familial qui l’a meurtrie quelques années plus tôt tourne à l’obsession. Au fil de rencontres inattendues et de coïncidences troublantes, Néo commence à douter. Ce qu’il vit depuis son réveil découle-t-il de ses choix ou d’une pièce savamment orchestrée ? Quel marionnettiste le mène sur ce chemin, plus balisé qu’il ne croyait ? Pour démêler le sens de sa miraculeuse deuxième chance, il n’aura d’autre choix que de suivre le fil tendu par une main inconnue qui, d’étape en étape, le mènera à la stupéfiante révélation de son identité. Entre passé et présent, entre rédemption et acceptation, une quête de soi dont le tricot serré emporte le lecteur jusqu’à la dernière maille.

Ce que j’en pense : Je l’attendai ce nouveau roman ; depuis ma rencontre surprise avec l’auteure lors de la foire du livre de Bruxelles en 2019 et la lecture de « La fille derrière la porte« , il me tardait de me plonger à « zyeux perdus » dans cette nouvelle aventure.
Un one-shot divisé en trois parties ; dès le départ, l’auteure annonce la couleur : une agression d’une rare violence et l’état amnésique de la victime vont être au coeur de ce récit mais pas que … si dans la première partie, Néo va être en quête de son passé, il n’empêche que sa rencontre avec Catherine va bouleverser sa vie et celle de son amie. J’ai été agréablement surprise de la maitrise parfaite du parallèle que va faire l’auteure entre comment traiter la perte de mémoire et les pertes/abandon d’un mari et d’un enfant « pas comme les autres ». L’acceptation de l’autre, la résilience, la quête de vérité, les reconstructions physique et morale sont au centre de l’histoire.
Patricia HESPEL arrive à transmettre, je ne sais pas comment !!!!, une telle intensité à son récit que cela a été très dure pour moi de lâcher ma lecture.
Car, enfin, lorsque le dernier coup de volant a été donné, je me suis retrouvée en pleine ligne droite d’indices, d’explications, d’aveux ; la boucle était bouclée ; une montée en puissance dans la qualité de la narration incontestable.
D’une fluidité, d’une précision exemplaire, que de moments intenses, d’empathie, d’amour, de larmes : la recherche de la vérité se profile, la dernière maille est tricotée. Fin de l’ouvrage.
Un thriller psychologique mais pas que … UN ENORME COUP DE COEUR !!!!
(PS : je ne peux malheureusement pas trop rentrer dans les détails au risque de spoiler mais c’est du très bon.)

Si vous avez prévu de venir à la Foire du livre de Bruxelles, l’auteure sera présente le vendredi 6 mars et le dimanche 8 mars prochains. N’hésitez pas à aller la voir pour discuter et découvrir son dernier livre.

Je remercie chaleureusement GENESE Editions pour leur confiance.
Sortie nationale le 17 janvier 2020.

Biographie de l’auteure : Patricia HESPEL est née en 1969 en Belgique. Passionnée par la lecture, elle écrit depuis l’adolescence. Son premier roman, Au bout du chemin, a paru en 2013 aux Éditions Les Nouveaux Auteurs. Il a été récompensé par le Grand Prix du roman Femme actuelleLa Fille derrière la porte, son deuxième ouvrage, a paru chez le même éditeur et a été récompensé du Prix du suspense psychologique 2017

Uncategorized

Ineffaçables de Clarence PITZ

Résumé de l’histoire : Bruxelles 2016. Au lendemain d’une vague d’attentats, des fresques pornographiques apparaissent sur les façades des quartiers populaires de la capitale et secouent l’opinion publique. Épaulé par Fred Boland, jeune recrue immature, l’inspecteur Karel Jacobs est confronté à une série de crimes sexuels d’une perversité sans nom. Les sévices s’enchaînent mais les victimes ne se ressemblent pas. Et le duo est rapidement dépassé par une enquête pavée de violence qui l’emmène dans les recoins sensibles de la ville. Samira, jeune mineure émancipée est retrouvée violée en plein cœur de Molenbeek. Sa route croise le chemin de Virgile Plisson, flic infirme relégué à la paperasserie et ancien membre de la cellule tag, prêt à tout pour reprendre du service. Du folklore estudiantin aux codes du street art, Clarence Pitz nous emmène dans les profondeurs de Bruxelles à travers un thriller rythmé et immersif basé sur un fait divers attesté, celui des fresques clandestines de Bruxelles.

Ce que j’en pense : Une enquête policière rondement bien menée et surtout très intéressante à suivre car très dynamique et culturelle.
A l’intérieur des services policiers Bruxellois, j’ai suivi avec beaucoup d’intérêts et de curiosités, toutes les actions entreprises pour retrouver le(s) tueur(e)s. Sur fond de vengeance personnelle, l’auteure mélange les genres : polar, psychologique. Une part de résilience est en jeu. Mais la reconstruction est difficile.
Une écriture légère mais très énergique, des moments d’humour pour faire baisser la pression ont été les bienvenus, une découverte des lieux insolites bruxellois ont été, pour moi, très appréciée.
Ce deuxième roman a été un excellent moment de lecture et une belle découverte.
A lire sans modération.

Lu en version numérique
Sortie nationale le 06 novembre 2019

Biographie de l’auteure : Née à Bruxelles et mère de 4 enfants, Clarence est professeure d’Histoire de l’Art et Anthropologie. Marathonienne, férue de voyages et de culture, elle est également guide touristique en course à pied. Amoureuse des livres et rédactrice d’un blog, elle se lance dans l’écriture en avril 2017 en participant à un concours en ligne pour lequel son manuscrit Le Pont du Diable termine premier des votes du public. La même année, sa nouvelle Le Mot de la Fin, obtient le premier prix chez Hugo Thriller. Son second roman La Parole du Chacal a fait partie des finalistes du concours VSD 2018 et est publié aux éditions du Lys Bleu.