auteurs étrangers, auteurs français, professionnels, hommes, femmes, policier, thrillers, romans noirs, psychologique, littérature noire, littérature blanche, Uncategorized

Seul le silence de RJ ELLORY

seul-le-silence

Résumé de l’histoire : Joseph Vaughan, écrivain à succès, tient en joue un tueur en série, dans l’ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans. Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d’une fillette assassinée.
La première victime d’une longue série qui laissera longtemps la police impuissante. Des années plus tard, lorsque l’affaire semble enfin élucidée, Joseph décide de changer de vie et de s’installer à New York pour oublier les séquelles de cette histoire qui l’a touché de trop près.
Lorsqu’il comprend que le tueur est toujours à l’œuvre, il n’a d’autre solution pour échapper à ses démons, alors que les cadavres d’enfants se multiplient, que de reprendre une enquête qui le hante afin de démasquer le vrai coupable, dont l’identité ne sera révélée que dans les toutes dernières pages.
Plus encore qu’un roman de serial killer à la mécanique parfaite et au suspense constant, « Seul le silence » marque une date dans l’histoire du thriller.
Avec ce récit crépusculaire à la noirceur absolue, sans concession aucune, R. J. Ellory évoque autant William Styron que Norman Mailer par la puissance de son écriture et la complexité des émotions qu’il met en jeu.

Ca n’engage que moi : Voilà le premier roman de l’auteur et une première découverte et lecture pour moi.
Roman très noir sur l’Amérique profonde écrit sur une période assez longue – avant et après 1939-1945.
A travers une série de meurtres de petites filles sauvagement massacrées, la vie de Joseph Vaughan va être bien malmenée.
Malgré son goût pour la lecture et l’écriture, malgré son départ pour New-York pour essayer d’y mener une vie palpitante, Joseph sera toute sa vie hanté par la recherche de la vérité. Car le meurtrier continue à courir.
Même si le style, le rythme m’ont parfois ennuyée, je reconnais la grande qualité de conteur de l’auteur.
Je ne vais pas m’arrêter en si bons chemins.
Un classique.

Sortie nationale le 22 août 2007

Uncategorized

Un fruit amer de Nicolas KOCH

Résumé de l’histoire : Un thriller étouffant dans la chaleur de l’Amérique du Ku Klux Klan.
Comté de Woodbridge, Alabama, 1963.
En pleine ségrégation raciale, le Ku Klux Klan répand la terreur au nom de la suprématie blanche alors que la communauté noire fait entendre sa voix pour obtenir plus de droits. C’est dans ce contexte explosif qu’un fait divers va mettre le feu aux poudres. Un matin, le corps d’une jeune blanche violée et battue à mort est retrouvé dans les bois. Elle n’est autre que la fille d’un riche entrepreneur de la région qui est lui-même membre du Klan.
Qui a bien pu la tuer ? Pour les autorités, ça ne fait aucun doute : c’est l’œuvre d’un Noir. Peu avant le drame, la victime avait écrit au FBI, car elle craignait pour sa vie. Le Bureau dépêche alors sur place l’un de ses agents afin de tirer l’affaire au clair. Ce dernier va découvrir qu’elle a été tuée et il va se retrouver au cœur de la haine des hommes, face à une vérité dérangeante…

Ce que j’en pense : La période de la ségrégation aux Etats-Unis est loin de nous me direz-vous et pourtant !!!!!
1963 est l’année qu’a choisi l’auteur pour de multiples raisons : JF KENNEDY est le président des USA, le KU KLUX KLAN (KKK) refait surface, Rosa PARKS (femme noire donc esclave) a refusé de céder sa place à un homme blanc dans un bus, Martin Luther KING prend partie pour la lutte contre la discrimination.
Dans la pampa américaine, à travers les yeux d’une jeune fille blanche riche de vingt ans, amoureuse d’un jeune noir pauvre, une rencontre qui va faire basculer les vies de ces deux jeunes gens.
Nicolas KOCH dénonce la bêtise humaine, interpelle le lecteur sur de nombreux points : le racisme, la vengeance, la sottise, l’extermination, l’avilissement d’un côté ; la lutte, l’amour, le renouveau de l’autre.
Vous ne sortirez pas tout à fait rassurer de ce récit ; cette histoire m’a laissé un goût amer, un espèce de malaise car lorsque je me penche sur ce qui se passe dans le monde, je me dis « a-t-on appris de notre passé ? » … je ne sais pas … peut-être !!!!
A lire de toute urgence pour ne SURTOUT pas oublier.
Lu en version numérique.
Sortie nationale le 28 février 2019.

Biographie de l’auteur : Nicolas Koch, 38 ans, est un passionné de littérature, et plus spécifiquement de polar. Une passion qui est aussi son métier : il est correcteur, maquettiste et auteur.