Arts (musique, peinture, sculpture,), Auteur(e) français(e), Policier

Jeu de peaux d’Anouk SHUTTERBERG

Résumé de l’histoire : 2019. À trente-trois ans, Juliano Rizzoni est un jeune peintre prodige encensé par la scène artistique contemporaine internationale.
Jet-setter et jouisseur à l’extrême, il affole autant les Unes des tabloïds que les galeries prestigieuses du monde entier.
Initié au Japon à la technique du tatouage Irezumi, aussi violente qu’ancestrale, il signe dix tatouages d’art sur le dos de ses amant(e)s.
L’affaire prend une tournure inquiétante lorsque les peaux tatouées sont déposées anonymement chez Sotheby’s Paris pour une mise aux enchères hors norme.
En l’absence de corps, le commissaire Stéphane Jourdain et l’inspectrice Lucie Bunevial, sont saisis de l’enquête pour homicides multiples.
Une affaire sanglante et terrifiante qui les mènera d’un bout à l’autre de la planète dans le milieu de l’art contemporain.

Ca n’engage que moi : Très belle découverte mais quel culot de la part de l’auteure pour un premier livre. Le thème abordé, les retours passé-présent auraient pu me dérouter si l’auteure, justement, n’avait pas maitrisé du début à la fin son histoire. J’ai beaucoup aimé ces moments passés au Japon et la cérémonie autour du tatouage sur les peaux ; j’ai également très vite changé d’avis sur ce jeune peintre prodige ; tous les codes qu’il suit méticuleusement pour mener à bien son apprentissage. C’est essentiellement cette partie du roman qui m’a le plus interpellée et que j’ai le plus apprécié ; non pas que le reste soit mauvais mais dès le retour du Japon, l’enquête policière va très vite venir sur les devants de la scène et c’est en grande partie grâce à l’originalité du thème qui vient mettre du piment dans ce récit qui fait la force de ce premier livre.
Je vous conseille vivement ce roman.

Je remercie chaleureusement l’auteure pour sa gentille dédicace et les éditions SEUIL Cadre noir pour leur confiance.
Sortie nationale le 1er avril 2021.