Uncategorized

Ecrit dans le sang d’Edmonde PERMINGEAT

Résumé de l’histoire : Tombée en panne dans la campagne tarnaise, Maya se réfugie dans un manoir dont les occupants lui accordent l’hospitalité. Mais un meurtre sordide survient dans la paisible demeure : qui a tué Maya ? Après Sans mon ombre (l’Archipel, 2019), Edmonde Permingeat revient avec un polar où jalousie et vengeance distillent un suspense angoissant.
La jeune Maya, une rousse sulfureuse, tombe en panne un soir d’été devant la grille de la Giraudière, un manoir perdu en pleine campagne tarnaise. Elle y est accueillie.
Mais, à peine installée dans cette étrange demeure où vit la famille Rascol, la  » belle aux yeux de chatte  » va jouer de sa séduction pour exacerber tous les conflits latents. Aucun membre de cette grande fratrie n’échappera à son emprise.
Quelques jours plus tard, elle disparaît de façon subite et inexpliquée… Avec les taches de sang laissées sur le tapis et les murs, sa chambre a tout d’une scène de crime.
Qu’est-il advenu de Maya ?
Une intrigue psychologique où jalousie et vengeance distillent un suspense angoissant.

Ca n’engage que moi : Voilà un thriller psychologique familial découvert grâce à sa quatrième de couverture très alléchante. Et je n’ai pas été déçue.
Questions manipulations, l’auteure à su jouer avec ses personnages. Marionnettes et acteurs de leur propre histoire, les personnages sont déroutés et déroutants. L’histoire tient la route et les personnages ne vous laisseront pas indifférents. Une fois vous les aimerez et les détesterez le chapitre d’après. Un vrai plaisir de comment détester tout le monde bien malgré soi.
Une écriture simple, une lecture agréable, des chapitres courts, du suspense, la hâte de connaître le dénouement, qui à mon avis pourrait avoir une suite.
Cependant, le début de l’histoire est un peu bizarre, de nombreuses répétitions existent mais je ne sais pas si cela a été fait exprès.
J’ai trouvé une certaine forme de narcissisme de la part de l’auteure qui, à plusieurs reprises, vante la qualité de son récit.
Et si elle avait raison !!! A savourer sans prise de tête.

Je remercie chaleureusement les éditions de l’Archipel pour leur confiance.
Sortie nationale le 09 juillet 2020

Uncategorized

Le sang des mirabelles de Camille DE PERETTI

Résumé de l’histoire : « Depuis le début de la cérémonie, la tête légèrement penchée en avant, elle avait gardé les paupières baissées comme l’aurait fait une fiancée soumise, mais son corps criait la roideur et l’orgueil. Malgré son jeune âge, il n’y avait en elle aucune douceur, aucune fragilité, aucune enfance. La parfaite beauté de la jeune fille, sa peau d’une pâleur extrême, ses petites mains jointes en prière, la finesse pointue de ses articulations que l’on devinait sous le lourd manteau vert doublé de fourrure, tout cela était tranchant comme la lame d’une épée.  »
Au cœur du Moyen Âge, le destin de deux sœurs en quête d’émancipation à une époque vouant les femmes au silence. Un magnifique voyage dans le temps, qui dépoussière le genre du roman historique.

Ca n’engage que moi : Roman historique où la place de l’émancipation féminine est le fil conducteur de ce récit.
A travers les yeux de deux soeurs, dont les destins seront très différents, j’ai découvert avec beaucoup d’intérêt les premiers pas des premières apothicaires.
La violence, l’ignorance, la jalousie, les pactes secrets sont décrits avec précision ; cependant, le vocabulaire utilisé étant parfois de l’ancien « françois », je n’ai sûrement pas apprécié cette histoire à sa juste valeur.
Intéressant.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 06 mars 2019

Uncategorized

La femme secrète d’Anna EKBERG

Résumé de l’histoire : Et si vous aviez l’occasion de devenir quelqu’un d’autre ?
Louise Andersen, la quarantaine, vit dans un petit village retiré sur l’île de Bornholm, au Danemark. Elle partage l’existence d’un écrivain, Joachim, de dix ans son aîné. Leur vie, sans histoires, est routinière. Jusqu’au jour où un homme, Edmund, arrive sur l’île et reconnaît Louise : c’est sa femme, Helene, disparue sans laisser de traces trois ans plus tôt. Il en est convaincu. Et tout porte à croire qu’il a raison. Louise, stupéfaite par cette confusion, va essayer d’en savoir plus sur Helene, dont la vie semble avoir été beaucoup plus mystérieuse et exaltante que la sienne. Mais si se mettre ainsi dans la peau d’une autre femme a quelque chose d’enivrant, on peut aussi y perdre la raison… voire bien plus.

Ca n’engage que moi : Voilà une drôle d’histoire sur la perte de mémoire et/ou la substitution d’identité.
Le reconstruction intellectuelle personnelle est intéressante à suivre.
Deux destins sont étroitement liés pour un seul et unique but. Même si ….
Et puis il y a ce côté malsain que l’on découvre vers la fin du livre, quand le dénouement est proche et que le retour en arrière est impossible, tout vous saute à la figure.
Un premier roman, one shot, très bon.
Un seul regret : une traduction, sur certains passages, qui laisse à désirer.
Auteure à suivre.

Sortie nationale le 04 mai 2017

Uncategorized

Je suis innocent de Thomas FECCHIO

Résumé de l’histoire : Six heures du matin. Des hommes armés déboulent dans la chambre de Jean Boyer. Dans un état de semi-conscience, le quinquagénaire a le temps d’apercevoir leurs brassards siglés « police ». Mauvais signe, surtout pour lui, ex-taulard relâché après trente ans passés derrière les barreaux. Ses crimes ? Meurtre et viols à répétition. Ce jour-là, c’est le capitaine Germain qui lui passe les menottes. Le cadavre de Marianne Locart, une étudiante originaire de Soissons, a été retrouvé enterré près du domicile du suspect, un bras sortant de terre. La première victime de Boyer avait subi le même sort. Pour la Justice, pour les médias et pour les politiques, le récidiviste devient le suspect idéal. Pourtant, Germain doute de la culpabilité de l’interpellé qui ne cesse de répéter « Je suis innocent ». Mais l’engrenage est enclenché. À ce stade, Boyer n’a plus qu’une solution pour s’en sortir : débusquer le meurtrier de Marianne.

Ca n’engage que moi : Premier roman qui se déroule en région de Châlons en champagne et plus précisément à Reims et ses environs.
Mais pas question de parler « champagne » …. s’il est plus facile d’accuser que de démontrer son innocence, le personnage principal, détraqué sexuel, ex-taulard, en fera les frais.
Deux enquêtes sont établies : la police et l’accusé ; les uns pour attraper le coupable et l’autre pour apporter les preuves de sa non-culpabilité.
La narration est précise, dynamique, les journées de travail sont décrites minutieusement – un peu trop à mon goût parfois – ; néanmoins quelques longueurs de récit sont présentes.
Il en reste cependant que c’est une excellente intrigue et un bon suspense.
De toute évidence, auteur à suivre.

Sortie nationale le 02 février 2017.

Uncategorized

Le mal en soi d’Antonio LANZETTA

Résumé de l’histoire : Le petit bourg de Castellaccio, dans la région du Cilento, au sud de l’Italie, abrite un très vieux saule. À la fin de l’été 1985, on a retrouvé le corps de la jeune Claudia pendu à ses branches, sa tête décapitée gisant entre les racines. Trente et un an plus tard, pendue au même arbre, torturée de la même façon, la dépouille grouillante de vers d’une autre jeune fille contemple Damiano Valente, le Chacal, un célèbre écrivain de true crime. L’Homme du saule est revenu à Castellaccio.
Hypersensible, méthodique et acharné, le visage rongé de cicatrices et condamné à traîner sa jambe brisée, tenant grâce à la morphine, Valente est hanté par cet été de la peur où lui et ses amis Claudia, Flavio et Stefano ont été fauchés par la haine, la folie et la mort. Quand le commissaire De Vivo l’appelle sur l’enquête, la traque peut commencer.

Ce que j’en pense : C’est une histoire d’amitié passée qui, trente ans plus tard, n’aura toujours pas révéler les crimes perpétués. Et pourtant ….
Comme pour beaucoup d’auteur(e)s italien(ne)s, leurs récits sont très sombres, d’une noirceur forte, déprimants ; malgré les magnifiques paysages décrits, les drames de la vie des personnages aucultent tout : sans lendemain.
L’auteur dénonce la corruption, la prise de pouvoir de la mafia (même dans les petits bourgs), la vengeance, la jalousie, la méchanceté gratuite ; on aime pas les étrangers …
Pourtout tout pourrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais quand la folie est là, à portée de main, les têtes tombent …
Belle découverte et belle rencontre avec l’auteur.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 14 mars 2018.

Biographie de l’auteur : De nationalité italienne, né en 1981, écrivain, musicien, chroniqueur littéraire, influencé par ses lectures de Mark Twain, Joe Lansdale, Stephen King et Jo Nesbø, surnommé le « Stephen King italien », Antonio Lanzetta fait partie du renouveau qui s’amorce dans la littérature de son pays. Il alterne les points de vue et les époques avec beaucoup de rythme et un sens affûté de l’intrigue pour mieux semer le doute au cœur d’une Italie rurale, profonde, tour à tour cuite par le soleil et détrempée par la pluie – l’Italie du Sud, où il a grandi et vit aujourd’hui.