Le neutrino de Majorana de Nils BARRELLON

Résumé de l’histoire : C’est en écoutant une émission de radio présentée par Étienne Klein que Nils Barrellon découvre l’existence d’Ettore Majorana. Lui, qui depuis longtemps, rêvait d’écrire un polar scientifique, tient son sujet avec l’étonnante biographie de ce savant italien de la trempe d’Einstein ou de Newton, qui l’a immédiatement émoustillé. Ne souhaitant pas être trop vulgarisateur sur le sujet, il compulse une volumineuse documentation scientifique… Et de l’agitation intellectuelle de l’Italie du début du XXe siècle aux incroyables recherches actuelles du CERN, Nils Barrellon, va mêler et distordre histoire et personnages avec une seule et obsédante idée en tête : la mécanique quantique et le modèle standard des particules. Sacré programme !

Ce que j’en pense : J’ai, à plusieurs reprises, failli laisser tomber cette histoire car le début de l’enquête est très technique, seulement l’auteur, grâce à son écriture, a su introduire des personnages complètement atypiques et des dialogues « cuits aux petits oignons » et ça …
J’A D O R E !!!!!. Et quand vous tombez sur un people … alors là c’est le pompon sur la Garonne.
Pour revenir à nos moutons, l’histoire se découpe en deux périodes : début 1900 et aujourd’hui ; l’enquête se balade entre France et Suisse.
La fin est soignée (je suis très attachée à la construction du dénouement) ; un bon moment passé en compagnie de drôles de zigotos …
Je suis très contente d’avoir découvert Nils BARRELLON et d’avoir persévérée dans ma lecture.
Sut-été dommage de passer à côté !!!!!
A bientôt à Paris cher monsieur !!!!

Je remercie chaleureusement les éditions JIGAL pour leur confiance.
Sortie nationale le 17 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : De nationalité française, né à Bron en 1975, Nils Barrellon est professeur agrégé de sciences physiques au lycée Montaigne à Paris. Il est marié et père de trois enfants. Septembre 2019. Nouveau polar avec Le neutrino de Majorana, un thriller scientifique qui se déroule au CERN et convoque la modèle standard des particules.
Il signe avec « Le Jeu de l’Assassin » (2014) son premier roman qui a été finaliste du Prix Quai des Orfèvres 2013, du Prix Balai de la Découverte 2014 et du Prix Polar Lens 2015.
En mars 2015 sort le deuxième épisode des enquêtes du Commissaire Kuhn intitulé « La fille qui en savait trop ».
Deux romans en 2016 ! La position des tireurs couchés chez Fleur Sauvage et La lettre et le peigne aux éditions Jigal. Dans ces deux one shot, on y croise le commissaire Kuhn.
Mai 2017, roman policier jeunesse chez Thierry Magnier, I invade you, écrit à quatre mains, sur l’univers du street artist Space Invader.
Il est également l’auteur de de nouvelles et de pièces de théâtre dont l’une a gagné le Prix de la Comédie au Festival de Dax en 2004.

Le mal en soi d’Antonio LANZETTA

Résumé de l’histoire : Le petit bourg de Castellaccio, dans la région du Cilento, au sud de l’Italie, abrite un très vieux saule. À la fin de l’été 1985, on a retrouvé le corps de la jeune Claudia pendu à ses branches, sa tête décapitée gisant entre les racines. Trente et un an plus tard, pendue au même arbre, torturée de la même façon, la dépouille grouillante de vers d’une autre jeune fille contemple Damiano Valente, le Chacal, un célèbre écrivain de true crime. L’Homme du saule est revenu à Castellaccio.
Hypersensible, méthodique et acharné, le visage rongé de cicatrices et condamné à traîner sa jambe brisée, tenant grâce à la morphine, Valente est hanté par cet été de la peur où lui et ses amis Claudia, Flavio et Stefano ont été fauchés par la haine, la folie et la mort. Quand le commissaire De Vivo l’appelle sur l’enquête, la traque peut commencer.

Ce que j’en pense : C’est une histoire d’amitié passée qui, trente ans plus tard, n’aura toujours pas révéler les crimes perpétués. Et pourtant ….
Comme pour beaucoup d’auteur(e)s italien(ne)s, leurs récits sont très sombres, d’une noirceur forte, déprimants ; malgré les magnifiques paysages décrits, les drames de la vie des personnages aucultent tout : sans lendemain.
L’auteur dénonce la corruption, la prise de pouvoir de la mafia (même dans les petits bourgs), la vengeance, la jalousie, la méchanceté gratuite ; on aime pas les étrangers …
Pourtout tout pourrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais quand la folie est là, à portée de main, les têtes tombent …
Belle découverte et belle rencontre avec l’auteur.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 14 mars 2018.

Biographie de l’auteur : De nationalité italienne, né en 1981, écrivain, musicien, chroniqueur littéraire, influencé par ses lectures de Mark Twain, Joe Lansdale, Stephen King et Jo Nesbø, surnommé le « Stephen King italien », Antonio Lanzetta fait partie du renouveau qui s’amorce dans la littérature de son pays. Il alterne les points de vue et les époques avec beaucoup de rythme et un sens affûté de l’intrigue pour mieux semer le doute au cœur d’une Italie rurale, profonde, tour à tour cuite par le soleil et détrempée par la pluie – l’Italie du Sud, où il a grandi et vit aujourd’hui.