Uncategorized

La dernière maille de Patricia HESPEL

Résumé de l’histoire : Rescapé d’une violente agression, Néo, 23 ans, sort du coma. Où trouver l’envie de continuer dans un corps qu’il ne reconnaît pas, sans passé ni souvenirs, sans proches pour se soucier de lui ? Pourtant, le docteur Catherine Milan n’est pas disposée à le laisser couler. Touché par l’affection de cette femme qui le porte à bout de bras, le jeune homme entreprend de se reconstruire à ses côtés. Bientôt, il découvre qu’elle aussi a ses absents. En même temps que son attachement à Catherine se renforce, l’intérêt de Néo pour le drame familial qui l’a meurtrie quelques années plus tôt tourne à l’obsession. Au fil de rencontres inattendues et de coïncidences troublantes, Néo commence à douter. Ce qu’il vit depuis son réveil découle-t-il de ses choix ou d’une pièce savamment orchestrée ? Quel marionnettiste le mène sur ce chemin, plus balisé qu’il ne croyait ? Pour démêler le sens de sa miraculeuse deuxième chance, il n’aura d’autre choix que de suivre le fil tendu par une main inconnue qui, d’étape en étape, le mènera à la stupéfiante révélation de son identité. Entre passé et présent, entre rédemption et acceptation, une quête de soi dont le tricot serré emporte le lecteur jusqu’à la dernière maille.

Ce que j’en pense : Je l’attendai ce nouveau roman ; depuis ma rencontre surprise avec l’auteure lors de la foire du livre de Bruxelles en 2019 et la lecture de « La fille derrière la porte« , il me tardait de me plonger à « zyeux perdus » dans cette nouvelle aventure.
Un one-shot divisé en trois parties ; dès le départ, l’auteure annonce la couleur : une agression d’une rare violence et l’état amnésique de la victime vont être au coeur de ce récit mais pas que … si dans la première partie, Néo va être en quête de son passé, il n’empêche que sa rencontre avec Catherine va bouleverser sa vie et celle de son amie. J’ai été agréablement surprise de la maitrise parfaite du parallèle que va faire l’auteure entre comment traiter la perte de mémoire et les pertes/abandon d’un mari et d’un enfant « pas comme les autres ». L’acceptation de l’autre, la résilience, la quête de vérité, les reconstructions physique et morale sont au centre de l’histoire.
Patricia HESPEL arrive à transmettre, je ne sais pas comment !!!!, une telle intensité à son récit que cela a été très dure pour moi de lâcher ma lecture.
Car, enfin, lorsque le dernier coup de volant a été donné, je me suis retrouvée en pleine ligne droite d’indices, d’explications, d’aveux ; la boucle était bouclée ; une montée en puissance dans la qualité de la narration incontestable.
D’une fluidité, d’une précision exemplaire, que de moments intenses, d’empathie, d’amour, de larmes : la recherche de la vérité se profile, la dernière maille est tricotée. Fin de l’ouvrage.
Un thriller psychologique mais pas que … UN ENORME COUP DE COEUR !!!!
(PS : je ne peux malheureusement pas trop rentrer dans les détails au risque de spoiler mais c’est du très bon.)

Si vous avez prévu de venir à la Foire du livre de Bruxelles, l’auteure sera présente le vendredi 6 mars et le dimanche 8 mars prochains. N’hésitez pas à aller la voir pour discuter et découvrir son dernier livre.

Je remercie chaleureusement GENESE Editions pour leur confiance.
Sortie nationale le 17 janvier 2020.

Biographie de l’auteure : Patricia HESPEL est née en 1969 en Belgique. Passionnée par la lecture, elle écrit depuis l’adolescence. Son premier roman, Au bout du chemin, a paru en 2013 aux Éditions Les Nouveaux Auteurs. Il a été récompensé par le Grand Prix du roman Femme actuelleLa Fille derrière la porte, son deuxième ouvrage, a paru chez le même éditeur et a été récompensé du Prix du suspense psychologique 2017

Uncategorized

La chambre des merveilles de Julien SANDREL

Résumé de l’histoire : Inattendu, bouleversant et drôle, le pari un peu fou d’une mère qui tente de sortir son fils du coma en réalisant chacun de ses rêves.
Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.
Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.
Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Ce que j’en pense : Un récit très poignant à travers les yeux d’une maman qui veille sur son enfant dans le coma et d’une grand-mère remplie d’amour et d’humour pour son petit-fils.
Tout au long de l’histoire, des prises de conscience sont au rendez-vous : regarder autour de soi, donner pour recevoir, écouter, faire plaisir, aider, aimer .. profiter de la vie sans attendre !!!
Au-delà de toutes ces émotions, il y a surtout le déclencheur de cette aventure hors du commun : l’accident.
Je me suis laissée porter par cette aventure sans pour autant me demander pourquoi attendre un malheur de la vie pour prendre conscience que chaque instant est important !!!!!
A lire.

Lu en version numérique
Sortie nationale le 07 mars 2018

Biographie de l’auteur : Julien Sandrel est un auteur français. Son premier roman, « La Chambre des merveilles », est devenu un phénomène mondial : vendu dans plus de 23 pays, il est en cours d’adaptation au cinéma. En 2019, il publie « La vie qui m’attendait ».

auteurs étrangers, auteurs français, professionnels, hommes, femmes, policier, thrillers, romans noirs, psychologique, littérature noire, littérature blanche, Uncategorized

La valse du diable de Jonathan KELLERMAN

Résumé de l’histoire : Quand Alex Delaware fait face au cas de la petite Cassie, que ses parents conduisent toutes les nuits aux urgences, le psychologue est désemparé. S’agit-il d’un syndrome de Munchausen par procuration ? Ou pire ? Un thriller de Jonathan Kellerman, auteur de plus d’une trentaine de romans.
Cassie Jones, deux ans à peine, est une enfant pleine d’énergie. Pourtant, ses parents la conduisent presque chaque nuit aux urgences de l’hôpital. Elle est en proie à des symptômes qu’aucun médecin ne parvient à expliquer.
Il revient à Alex Delaware, psychologue spécialiste des troubles infantiles, d’étudier son cas. Et très vite, son instinct le pousse à soupçonner un syndrome de Münchhausen par procuration.
Mais qu’en est-il des crimes commis à l’hôpital ? Y a-t-il un lien entre ces meurtres et les problèmes de la petite fille ? Après tout, son grand-père, connu pour ses manœuvres tortueuses, n’était-il pas le directeur de l’établissement ?

Ce que j’en pense : Une narration très lente, beaucoup de détails, pas de rebondissements, une liste de preuves plus ou moins réalistes et utiles … bref j’ai galéré pour arriver à la fin de ce livre (plus de huit jours de lecture !!!!) et pourtant j’ai été au bout du bout du terme.
Ce n’est pas du tout mon style de lecture, je peux le dire maintenant, mais c’est quand même assez paradoxal que je sois allée jusqu’au dénouement. La lecture est certes très agréable très professionnelle mais pas technique (même si l’auteur est un psychologue de formation).
J’ai été déçue par les explications données pour les faits avérés car je n’ai pas réussi à trouver de liens entre les causes et les effets du mal.
Je vous laisse le choix d’essayer cette lecture mais je ne sais pas si je retenterai l’aventure avec Alex.

Je remercie chaleureusement les éditions de l’Archipel pour leur confiance.
Sortie nationale en version poche le 09 janvier 2020.

Biographie de l’auteur : Jonathan Kellerman, né le 9 août 1949 à New York, est un écrivain américain de romans policiers dont le héros Alex Delaware est un psychologue pour enfants. Il a écrit une trentaine de romans dont le premier a été récompensé par un prestigieux prix de littérature policière en 1986.
Jonathan Kellerman est né le 9 août 1949 à New York. Très tôt, à l’âge de neuf ans lui vient l’envie d’écrire. Il accomplit des études de psychologie à l’université de Californie et se spécialise en psychologie clinique pédiatrique. En 1980 il publie Psychological Aspects of Childhood Cancer. Deux ans après la publication de son premier roman Le Rameau brisé, couronné du prestigieux prix Edgar-Allan-Poe en 1986, il se consacre entièrement à l’écriture. Ses études et son activité professionnelle lui servent de cadre pour l’écriture de ses romans. Son héros Alex Delaware, un psychologue pour enfants, semble être son double littéraire.
Il est marié à Faye Kellerman également écrivain. Ils vivent avec leurs quatre enfants à Los Angeles. L’un de leurs enfants, Jesse Kellerman, est aussi devenu auteur de littérature policière.

Uncategorized

Broyé de Cédric CHAM

INSOUTENABLE …

Résumé de l’histoire : Christo porte dans sa chair les stigmates d’une enfance extrêmement violente. Christo lutte pour contenir cette rage qui bouillonne en lui… Jusqu’au jour où son regard croise celui de Salomé, une jeune femme qui va l’accompagner au-delà des cicatrices. Christo va faire ce qu’il pensait impossible jusqu’alors. Lâcher prise ! Au risque de ne plus rien maîtriser… Mathias, enfant, fugue pour éviter les coups, espérant un monde meilleur. Mathias se réveille enfermé dans une cage. Abandonné, désespéré, la peur au ventre, seul ! Jusqu’à ce que son geôlier se dévoile, un homme qui lui annonce qu’il va le dresser. Pour survivre, pour vivre, Mathias va faire ce qu’il pensait impossible jusqu’alors ! Au risque de se perdre à tout jamais. Deux êtres. Deux vies. Peut-être pas si éloignées…
« Tu sais ce qu’il y a de pire, de plus dramatique pour un homme ? C’est, vivant, de n’avoir aucun endroit pour s’enraciner et, mort, de n’avoir aucun endroit pour être enterré. »

Ce que j’en pense : Sûrement le livre le plus abouti, le plus dérangeant que j’ai lu cette année dans la catégorie « Thriller psychologique ».
Ecrit de mains de maître, on suit en parallèle les souffrances de deux garçons. J’ai été tellement absorbée par ma lecture, que mon empathie et ma tendresse pour ces deux principaux personnages ont fait surface au mot « FIN ». Même dans les pires moments du récit, la dignité ressentie par ces hommes pour essayer de s’en sortir est très déroutante ; chacun à leur manière le combat est dur et long.
Cette histoire ne vous laissera pas indifférente. J’ai réussi, malgré toutes ces horreurs, à trouver un pur moment de lecture.

A lire absolument et sans attendre.

Je remercie chaleureusement les éditions JIGAL pour leur confiance.
Sortie nationale le 14 juin 2019.

Biographie de l’auteur : Cédric Cham, né en 1978, est originaire de la région Rhône-Alpes. Le jour, il travaille au sein de l’Administration pénitentiaire française, la nuit, il écrit des polars. Dès son plus jeune âge, la lecture est devenue une « addiction ».

Uncategorized

Le manuel du serial killer de Frédéric MARS

Résumé de l’histoire : Dans deux ou trois heures tout au plus, ce garçon sera mort. Je vous raconte la suite ? Les hululements de douleur du môme qui se tient le ventre à deux mains ? Ses convulsions sur le sol de la cuisine familiale ? Les cris de la mère qui découvre son fils déjà quasi exsangue ? Raide comme une batte. Vidé ou presque de son sang, écrasé comme un petit cafard sur le carrelage immaculé. Les yeux du gamin ont cessé de papillonner.

Le coma ne va pas tarder à l’emporter. Même avec la meilleure volonté du monde, le médecin ne sera pas sur place avant plusieurs minutes. Et, sans soins immédiats, il va… Alors, je vous la raconte ou pas, cette suite ? Non. Je vais plutôt vous parler de moi. C’est ça, de moi seul. La mort est en moi. Là, dans ma tête. Elle y a toujours été comme chez elle.

Ce que j’en pense : Le titre pourrait faire sourire ou réfléchir, si au fil des pages, tous les ingrédients (ou presque) étaient mis en place pour une machination infernale. La réflexion est voulue par l’auteur : le crime parfait existe-t-il ? le manuel a-t-il les solutions pour tuer ? Je vous laisse lire cette histoire qui m’a beaucoup plue car l’auteur, très sympathique par ailleurs, a réussi à me manipuler jusqu’à la dernière page. Une vraie prouesse quand vous pensez détenir la vérité et que vous vous plantez salement, méchamment.
Du mensonge, des surprises, de la sauvagerie, des moqueries mais surtout un dénouement incroyable !!!
C’est sombre, c’est glauque mais qu’est-ce que c’est bon !!!!!
Bonne lecture.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 06 mars 2013.

Biographie de l’auteur : Frédéric Mars (né en 1968 à Paris) est un auteur français de romans dans des genres très divers, et scénariste pour la télévision. Il publie d’autres ouvrages sous diverses identités, y compris en qualité de prête-plume.
Ancien élève de Saint-Nicolas-Passy-Buzenval et du Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, diplômé du Celsa.
Après plusieurs années passées dans la presse magazine et diverses rédactions online, Frédéric Mars a quitté le journalisme et la photo pour ne se consacrer qu’à son travail d’auteur de livres. Outre ses romans, il a publié plus d’une quarantaine d’essais, documents et livres illustrés, sous diverses identités.
Thèmes de prédilection : l’odorat, le sommeil, les rêves, la sexualité, les différentes facettes d’une même personnalité et les limites de notre conscience.

A l’Iris noir à Bruxelles, l’auteur me dédicace « Les marcheurs »