auteurs étrangers, auteurs français, professionnels, hommes, femmes, policier, thrillers, romans noirs, psychologique, littérature noire, littérature blanche

La petite mort de Virgile de Christian RAUTH

Résumé de l’histoire : 4 mars 2014. Ce jour-là, Gina Santos enterre son mari, Virgile. Toute la ville rend hommage à celui que l’on appelait le « petit Portos », modeste maçon devenu un entrepreneur prospère. Elio Figo, l’ami d’enfance, est là qui soutient la veuve. Arnaud Fortier, grand capitaine d’industrie, notable fortuné et responsable de la faillite annoncée de l’entreprise de Virgile, se fait discret dans la foule. Mais trois semaines plus tard, Elio Figo s’est jeté par la fenêtre, Fortier est sauvagement assassiné et les deux prêteurs sur gages de Virgile sont retrouvés carbonisés. Beaucoup trop de morts autour de la veuve, se dit monsieur Yo, l’assureur qui vient de faire un virement de quinze millions d’euros à Gina. Yo mandate alors Timon Barthès, expert en arnaques aux assurances-vie. Une question se pose bientôt : qui est dans le cercueil de Virgile Santos ? Le détective sait-il qu’il va enquêter au pays des revenants ? La Petite Mort de Virgile, destin croisé de trois hommes réunis à la vie à la mort pour l’amour fou d’une femme.

Ce que j’en pense : Quelle histoire, mes aieux !!!!
Un méli-mélo d’intrigues, de meurtres, de vengeance, d’histoires et de secrets de famille, de goujaterie, d’amitiés, d’argent.
De l’amour, de l’humour dans les rues de Paris et d’Angoulême sur fond sonore d’Amin MAALOUF.
Timon et Anaïs, le Nestor Burma and Co du XXIème siècle … quel couple !!!!
Une enquête bien ficelée, des dialogues subtils, des scènes tristes et à mourir de rire – quel paradoxe ! -, de l’action.
J’ai adoré me détendre au milieu de tout ce petit monde.
A lire si vous avez envie de vous changer les idées.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 25 octobre 2018.

Biographie de l’auteur : Christian Rauth de son vrai nom Christian Roth, né à Paris le 9 mai 1950, est un acteur et scénariste français. Il est également auteur de théâtre et de roman.
C’est au théâtre qu’il débute en tant qu’acteur mais aussi en tant que metteur en scène. Il crée d’ailleurs sa compagnie de théâtre en 1976. Il coécrit également des pièces de théâtre avec Pierre Pelot.
Au cinéma, on retiendra surtout Omnibus, primé à Cannes en 1992 et aux Oscars en 1993, et dont il est le coauteur du scénario avec Sam Karmann.
Mais c’est surtout grâce à la télévision qu’il est connu. C’est, en effet en 1989 qu’il devient René Auquelin, l’un des mulets de Navarro, aux côtés de Roger Hanin, Sam Karmann ou encore Daniel Rialet. Jusqu’à la mort de ce dernier en 2006, Rauth et Rialet multiplieront les collaborations. Les deux amis créent la série Les Monos pour France 2, en 1999. Christian Rauth y interprète le rôle de Manu, un éducateur. Il en est également le scénariste. En 2002, il abandonne la série pour en écrire et créer une nouvelle sur TF1, toujours aux côtés de Daniel Rialet: Père et Maire. Rauth y interprète le rôle du Maire, Hugo Boski.
Il est le père de l’actrice Julie-Anne Roth, d’Antonin Roth (décédé en mars 2008), de la chanteuse Héloïse Rauth, de Thomas Roth et de Justine Roth.

Uncategorized

En attendant Bojangles d'Olivier BOURDEAUT

Résumé de l’histoire : Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.
L’optimisme des comédies de Capra, allié à la fantaisie de L’Écume des jours.

Ce que j’en pense : Je ne sais pas si j’aurai aimé faire partie de cette famille mais j’aurai aimé être leur amie.
Quel tourbillon de la vie !!!
Derrière cette légèreté d’écriture, l’auteur a fait de ce récit à un hymne à l’amour incroyable.
Que j’ai aimé cet optimisme joyeux, ces idées décalées, ces fêtes improvisées, cette désinvolture de la vie.
Mais chose bizarre, lorsque la fin de l’histoire est arrivée, j’ai eu le bourdon, un pincement au coeur, de la nostalgie d’abandonner cette famille extraordinaire.
J’ai été très attendrie par ces trois personnages, sans oublier « Superfétatoire » … et quand tout au long du récit vous êtes doucement bercés par la voix exceptionnelle de Nina SIMONE et son « Mr BOJANGLES », alors les larmes arrivent.
Un livre à lire de toute urgence.
Je garderai dans un coin de mon coeur ce moment inoubliable de lecture.

Ci-joint le lien de la musique de Nina SIMONE « Mr Bojangles »
https://www.youtube.com/watch?v=PjfV1q2yO1c

Sortie nationale le 07 janvier 2016

Biographie de l’auteur : Olivier Bourdeaut est un écrivain français, né le 3 juillet 1980 à Nantes dans la Loire-Atlantique.
Son premier roman En attendant Bojangles, paru en janvier 2016 aux éditions Finitude, est récompensé la même année du prix France Culture-Télérama, du grand prix RTL-Lire, du prix Emmanuel-Roblès, et du prix Roman France Télévisions.
Fils d’un notaire nantais, Olivier Bourdeaut est le troisième d’une famille de cinq enfants. Après son échec au brevet des collèges, il s’oriente vers un BEP vente-action marchande et devient agent immobilier à Nantes. À l’âge de trente ans, il perd son travail et décide de se consacrer à la littérature. Il travaille durant deux ans à l’écriture d’un premier roman, sombre, qui ne trouvera cependant aucun éditeur. Alors qu’il réside chez ses parents en Espagne, il se consacre à l’écriture, rapide en sept semaines, d’un autre roman léger et loufoque qui deviendra En attendant Bojangles. Publié par les éditions Finitude, les premières à s’en être porté acquéreur, le livre reçoit le soutien enthousiaste de Jérôme Garcin dans Le Nouvel Observateur et rencontre immédiatement un énorme succès auprès du public.


Uncategorized

Le neutrino de Majorana de Nils BARRELLON

Résumé de l’histoire : C’est en écoutant une émission de radio présentée par Étienne Klein que Nils Barrellon découvre l’existence d’Ettore Majorana. Lui, qui depuis longtemps, rêvait d’écrire un polar scientifique, tient son sujet avec l’étonnante biographie de ce savant italien de la trempe d’Einstein ou de Newton, qui l’a immédiatement émoustillé. Ne souhaitant pas être trop vulgarisateur sur le sujet, il compulse une volumineuse documentation scientifique… Et de l’agitation intellectuelle de l’Italie du début du XXe siècle aux incroyables recherches actuelles du CERN, Nils Barrellon, va mêler et distordre histoire et personnages avec une seule et obsédante idée en tête : la mécanique quantique et le modèle standard des particules. Sacré programme !

Ce que j’en pense : J’ai, à plusieurs reprises, failli laisser tomber cette histoire car le début de l’enquête est très technique, seulement l’auteur, grâce à son écriture, a su introduire des personnages complètement atypiques et des dialogues « cuits aux petits oignons » et ça …
J’A D O R E !!!!!. Et quand vous tombez sur un people … alors là c’est le pompon sur la Garonne.
Pour revenir à nos moutons, l’histoire se découpe en deux périodes : début 1900 et aujourd’hui ; l’enquête se balade entre France et Suisse.
La fin est soignée (je suis très attachée à la construction du dénouement) ; un bon moment passé en compagnie de drôles de zigotos …
Je suis très contente d’avoir découvert Nils BARRELLON et d’avoir persévérée dans ma lecture.
Sut-été dommage de passer à côté !!!!!
A bientôt à Paris cher monsieur !!!!

Je remercie chaleureusement les éditions JIGAL pour leur confiance.
Sortie nationale le 17 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : De nationalité française, né à Bron en 1975, Nils Barrellon est professeur agrégé de sciences physiques au lycée Montaigne à Paris. Il est marié et père de trois enfants. Septembre 2019. Nouveau polar avec Le neutrino de Majorana, un thriller scientifique qui se déroule au CERN et convoque la modèle standard des particules.
Il signe avec « Le Jeu de l’Assassin » (2014) son premier roman qui a été finaliste du Prix Quai des Orfèvres 2013, du Prix Balai de la Découverte 2014 et du Prix Polar Lens 2015.
En mars 2015 sort le deuxième épisode des enquêtes du Commissaire Kuhn intitulé « La fille qui en savait trop ».
Deux romans en 2016 ! La position des tireurs couchés chez Fleur Sauvage et La lettre et le peigne aux éditions Jigal. Dans ces deux one shot, on y croise le commissaire Kuhn.
Mai 2017, roman policier jeunesse chez Thierry Magnier, I invade you, écrit à quatre mains, sur l’univers du street artist Space Invader.
Il est également l’auteur de de nouvelles et de pièces de théâtre dont l’une a gagné le Prix de la Comédie au Festival de Dax en 2004.

Uncategorized

Stone Island d’Alexis AUBENQUE

Résumé de l’histoire : Archipel en plein cœur de l’océan pacifique, Stone Island est le paradis sur Terre…ou presque…
A la suite du décès de son père biologique, Fiona Taylor, jeune avocate fraîchement diplômée, devient héritière. Plutôt que de couler des jours paisibles dans son pays d’adoption, elle décide de se rendre sur Stone Island à la recherche de ses véritables racines. Dès lors, elle va s’établir dans une vaste demeure coloniale, perdue dans la jungle, où accueillie par des domestiques et une aïeule au comportement étrange, elle tentera de percer les secrets de sa famille. Dans cette quête, elle doit passer par le commandeur Jack Turner, premier homme de loi de l’île, qui doit faire face de son côté au meurtre d’un homme d’affaires, tué dans des circonstances étranges. Simple crime crapuleux, raciste, ou plus délicat encore ?
Turner devra faire le tri entre toutes les pistes, pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants d’une inquiétante série de meurtres qui ne serait peut-être pas sans liens avec les questions de Fiona…

Ce que j’en pense : Roman 100% suspense, le roman est teinté de beaucoup de couleurs locales.
Secrets de famille bien enfouis, histoires d’amour qui finissent mal, je me suis laissée porter par les remous de la mer sans pour autant perdre pied.
Un bon moment de lecture pour se détendre après des lectures précédentes très perturbantes.

Sortie nationale le 03 juin 2013.

Biographie de l’auteur : Alexis Aubenque, né le 23 décembre 1970 à Montpellier, est un auteur français de space opera et de thriller. Il est économiste de formation.
Il a inauguré en 2002 un cycle romanesque de science-fiction avec La Chute des mondes, space opera se déroulant au xxviie siècle dans une fédération galactique regroupant 250 mondes habités.
En 2006, il commence un cycle reprenant les thèmes majeurs de La Chute des mondes intitulé L’Empire des étoiles, à savoir la réapparition d’une société féodale dans un univers futuriste où l’humanité a depuis longtemps quitté la Terre pour s’installer sur de nouvelles planètes.
Depuis 2008, il a arrêté la science-fiction pour se lancer dans le domaine du thriller avec une première série intitulée River Falls, qui met en scène le shérif Mike Logan.
En 2009, ce changement est récompensé par le prestigieux « prix Polar » du Salon Polar & CO de Cognac pour le second tome de la série River Falls.
Il enchaîne à partir de 2011 avec la série Nuits Noires à Seattle, qui met toujours en scène le shérif Logan mais de manière secondaire, et met en avant ses lieutenants Angelina Rivera et Dean Nelson déjà présents dans la première série.

Uncategorized

Askja de Ian MANOOK

Résumé de l’histoire : Dans le désert de cendre de l’Askja, au cœur de l’Islande, le corps d’une jeune femme assassinée reste introuvable. Près de Reykjavik, des traces de sang et une bouteille de vodka brisée au fond d’un cratère, mais là non plus, pas le moindre cadavre. Et dans les deux cas, des suspects à la mémoire défaillante. Ces crimes rappellent à l’inspecteur Kornelius Jakobson, de la police criminelle de Reykjavik, le fiasco judiciaire et policier qui a secoué l’Islande au milieu des années 70 : deux crimes sans cadavres, sans indices matériels, sans témoins, que des présumés coupables finissent par avouer sans pourtant en avoir le moindre souvenir. Après Heimaey, Ian Manook nous entraîne cette fois au cœur d’une Islande plus brute et plus sauvage, dans les rouages d’une machination politique qui révèle une toute autre facette de cette république exemplaire.

Ce que j’en pense : Ian MANOOK est un conteur hors paire pour me faire découvrir les coins les plus sombres, les plus reculés de la planète.
L’ISLANDE, nouveau voyage glacial. « ASKJA » est la suite de « HEIMAEY » paru en 2018 que je n’ai pas encore lu, et il n’est absolumentpas gênant si vous commencez par la fin … Vous aurez sûrement envie, comme moi, de vous plonger dans la première histoire.
J’ai découvert dans ce roman tout l’humour parfois attendrissant, noir de temps en temps, ou carrément hilarant mais jamais moqueur de Ian MANOOK ; l’auteur manipule les mots – et la lectrice que je suis – avec une facilité déconcertante, s’en est même énervant … mais c’est bluffant.
Les descriptions des paysages, des ambiances, des personnages sont tellement réalistes et belles.
Il y a un degré d’escroquerie au top de l’inimaginable … Bref j’ai A D O R E !!!! comme d’habitude avec Ian MANOOK.
Je vous conseille vivement de lire ce livre car au-delà du bon moment de lecture que vous allez passer, vous voyagerez et apprécierez, je l’espère, tout le talent de l’auteur.

Je remercie chaleureusement les éditions ALBIN MICHEL pour leur confiance.
Sortie nationale le 02 octobre 2019.

Biographie de l’auteur : Patrick Manoukian, né à Meudon le 13 août 1949, est un journalisteéditeur et écrivain français. À l’âge de 18 ans, Patrick Manoukian parcourt les États-Unis et le Canada, pendant 2 ans, sur 40 000 km en autostop. Il effectue des études de droit et de sciences politiques à la Sorbonne, puis de journalisme à l’Institut français de presse.
Il repart ensuite en voyage en Islande, au Belize, et au Brésil1.
De retour en France, il collabore en tant que journaliste à des rubriques touristiques du Figaro, de Télé Magazine, de Top Télé, de Vacances Magazine et de Partir1.
En 1987, il crée une société : Manook, une agence d’édition spécialisée dans la communication autour du voyage.
De 2003 à 2011, il réalise le scénario de plusieurs bandes dessinées sous le pseudonyme de Manook.
En 2013, il signe du pseudonyme de Ian Manook un roman policier intitulé Yeruldelgger qui remporte le Prix SNCF du polar 2014.
Il fait aussi partie du collectif d’artistes la Ligue de l’Imaginaire.

Ian MANOOK avec Françoise, sa très sympathique épouse.
Uncategorized

LA VESTE et autres nouvelles de Léo VILLOTS

Résumé de l’histoire : LA VESTE et autres nouvelles. … Six au total, avec, pour point commun, le suspense trempé à l’encre noire.
Ne vous fiez pas à l’écriture poétique qui guide ces lignes ! L’envers du décor est glauque.
Sans bêtas, pas d’alpha ou le harcèlement dans toute son horreur.
Vous seriez-vous arrêtés, en voiture, pour aider cette vieille femme à l’allure douteuse ?
Et ces signes d’outre-tombe, saurez-vous les percevoir ?
La guerre, toujours la guerre, …. et ses séquelles.
Accident mortel, mais pas pour tout le monde !
Un légionnaire à la recherche de son passé, à  Dinan : alors, coupable ou innocent ?

Ce que j’en pense : Un recueil de six nouvelles poétiques mais pas que …. !!!!!
Car au-delà des différents thèmes abordés – vengeance, fantômes, amour inavoué, harcèlement, … etc – l’auteur a réussi à mélanger la poésie et l’écriture narrative sans dénaturer le récit. Rédigés comme des poèmes, ces histoires sont pleines de surprises.
J’aime beaucoup l’univers de l’auteur car Léo VILLOTS ose : avec son premier roman « MALEFIQUES » (voir retour lecture sur le blog), quelle maîtrise !!!! Une enquête rondement menée, une histoire simple, claire, précise.
Avec « LA VESTE et autres nouvelles », l’auteur se met en danger, c’est culotté mais plutôt réussi.
Je ne suis pas fan de poésie et surtout je ne sais pas lire la poésie … aussi j’ai été complètement étonnée d’avoir adhérer à ce style d’écriture, et surtout que l’on puisse raconter des petites histoires en rimes.
Parmi ces six histoires/poêmes, un seul n’a pas eu trop mes faveurs … je vous laisse deviner !!!
Ce petit recueil mérite amplement sa place dans les rayonnages de nos librairies.

Uniquement en version numérique.
Je remercie chaleureusement l’auteur Léo VILLOTS pour sa confiance.
Sortie nationale le 18 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : Léo Villots, de son vrai nom Olivier Le Gal, est né en 1969 en région parisienne mais vit désormais en Bretagne, à Dinan.
Infirmier, marié, un enfant, LA VESTE est son second  livre. Avec son premier, MALEFIQUES, un thriller paru aux éditions La Gidouille, il a reçu de nombreux encouragements. LA VESTE sera-t-elle aussi bien accueillie ?