Le chagrin de BALTO de Gilles CALAMAND

005531485

Un juge à la retraire bon, intégre, assassiné et décapité.

Un commissaire boiteux, perspicace.

Un chien amoureux qui parle et se confie.

Une enquête, vieille de quarante ans, non élucidée qui refait surface.

Des témoins qui se taisent ou mentent parce qu’ils ont peur.

Un bon polar, agréable à lire. Pour ne pas se prendre la tête et passer un bon moment de lecture. ♥♥±

Je remercie chaleureusement les éditions de Borée pour leur confiance. Sortie nationale le 15 novembre 2018.

Résumé de l’histoire : Le commissaire Émile Loubet enquête sur la décapitation de Georges Danton, un juge à la retraite dont le corps a été découvert grâce à son chien Balto. Ce crime semble être en lien avec une affaire que le magistrat avait récemment exhumée, celle de la disparition du jeune Stéphane Gardinier, probablement assassiné.

Biographie de l’auteurGilles Calamand est un écrivain français né le 18 mars 1949 à Lyon (2e).

Il publie de nombreux romans historiques (dont Le Loup des combes qui retrace l’épopée de la première croisade, Le Mystère de Calmis qui décrit la Gaule romaine du Ier siècle) et des romans policiers (Secrets de familles, Verveine menthe, À brides abattues, Tir au pigeon). Il a écrit aussi un recueil de poésies dont le style n’est pas sans évoquer Pierre Reverdy.

Diplômé en psychologie et en sciences politiques, il est correspondant de plusieurs journaux régionaux et nationaux. Passionné de philosophie, il participe à de nombreux cercles philosophiques. Animateur de radio, il a créé des émissions sur la chanson française et la musique classique dans une radio locale (Radio Craponne) ainsi qu’une émission (Bric à brac) où il ne manque pas d’inviter aussi bien des hommes politiques que des écrivains, des chanteurs et des artistes de tous horizons.

Il est veuf, père de 4 enfants. Il vit à Saint-André-de-Chalencon (Haute-Loire).

Conférencier, il a animé des rencontres sur des thèmes divers : l’analyse de dessin d’enfants (psychologie de l’enfant) ou les incertitudes du hasard (de la prédestination à la réalité). Il est aussi spécialiste des questions politiques en particulier du Proche-Orient.

gilles-calamand-a-dedicace-l-arme-a-l-oeil-1507648389

Toxic star de Hervé CLAUDE

AU PAYS DES KANGOUROUS … HOP HOP HOP !!!!!

41HIHhjxazL._SX195_

Nous voilà plongés dans le désert australien où un cadavre est découvert.

Mais les cadavres s’accumulent … alors notre enquêteur, jeune journaliste, comme par hasard « petit clin d’oeil à l’auteur », va se lancer sur les traces du ou des coupables. Et il va voyager jusqu’en Roumanie. Sous le règne de Ceaucescu, la corruption, l’espionnage et la délation étaient monnaie courante. A travers les quelques archives retrouvées sur place et les témoignages cachés, l’enquête va avancer. Et ce qui sera découvert ne sera pas folichon. Car comment échapper au régime totalitaire de la famille Ceaucescu sans changement d’identité.

La corruption est omniprésente et c’est affolant.

L’homophobie, le harcèlement moral, la violence gratuite, les empoisonnements, les accidents volontaires, rien n’arrêtera les commanditaires.

J’ai trouvé ce polar très bien écrit, un bon moment de lecture. ♥♥♥±

Je remercie chaleureusement les éditions de l’Aube noire pour leur confiance. Sortie nationale le 1er mars 2018.

Résumé de l’histoire : Un 4×4 abandonné au milieu de nulle part, dans une immensité désertique. Juste à côté, un squelette, rapidement identifié comme étant celui d’un ancien champion de footy, le sport australien le plus populaire. Le journaliste Anthony Argos, reporter obstiné à l’allure d’ours mal léché, veut connaître la vérité sur cette disparition et, bientôt, sur d’autres morts mystérieuses de joueurs de la même époque. Il ira jusqu’en Roumanie, pays d’origine du champion, pour démêler les fils de l’intrigue… et découvrir une vérité qui va déranger beaucoup de monde !

Un polar très noir, qui nous plonge dans une Australie occidentale, policée mais qui sera rattrapée par ses côtés les plus sombres.

Biographie de l’auteurHervé Claude, né le 19 novembre 1945 à Paris, est un journaliste et écrivain français.

Hervé Claude a présenté le journal d’Antenne 2, puis France 2, de 1975 à 1994. Il travaille depuis cette date sur Arte. Il anime l’émission religieuse Agapè, un dimanche par mois, sur France 2, dans le cadre de l’émission Le Jour du Seigneur jusqu’en janvier 2010, puis à partir de mai 2010 dans une formule plus courte (l’émission passe de 52 à 26 minutes).

Hervé Claude a écrit une dizaine de romans. Requins et Coquins est le deuxième dans la Série noire après Riches, cruels et fardés. En septembre 2007, est sorti le dernier tome de la trilogie Mort d’une drag-queen. Il a aussi publié un roman noir dans la collection Suite noire sous le no 24 intitulé Cocu de sac.

Journaliste à la télévision, il travaille principalement pour Arte. Il vit plusieurs mois de l’année en Australie.

Hervé Claude a été marié de 1972 à 1976 à Françoise Kramer. Il est aujourd’hui pacsé avec le sculpteur Matei Negreanu.

AVT_Herve-Claude_1658

Délicieuse de Marie NEUSER

PRÊT – ACTION – MOTEUR …

CVT_Delicieuse_6442

Véritable coup de coeur de cette fin d’année par la mise en scène très originale.

Devant une caméra, au milieu du repas, elle raconte sa vie, son travail « psychologue judiciaire », son fils, son amour démesuré aveuglant unique passionné pour lui l’homme artiste-peintre. A qui s’adresse ce film ? A l’homme qu’elle aime.

Pourtant tout avait bien commencé, vingt ans d’amour, fusionnel comme on dit. Et puis un jour tout a basculé sans qu’elle s’en rende compte. Quand une épouse éperdument amoureuse, inconsciente de l’échec de son mariage, se rebelle.

Il y a des longueurs de narration mais elles sont nécessaires pour comprendre la vie de cette femme. Les phrases sont fortes d’émotion, cette femme souffre, elle voudrait réparer ses erreurs et elle va essayer. Elle se pose des questions mais aucune réponse ne vient à elle. Elle sombre dans la détresse, dans la dépression.

Il y a aussi les entretiens qu’elle raconte avec les détenus qu’elle rencontre et au fur et à mesure de ces rencontres une idée va germer dans sa tête. A travers le témoignage de l’un de ses patients – dont je tairais le nom car spoil – une horrible, dégoûtante, innomable vengeance va voir le jour. Qui va en subir les conséquences ? Je vous laisse le deviner en lisant cette histoire d’une intensité incroyable. Un huis-clos jubilatoire pour le lecteur.♥♥♥♥♥

Je remercie chaleureusement les éditions Fleuve noir pour leur confiance. Sortie nationale le 23 août 2018.

Résumé de l’histoire : L’histoire commence ainsi : une femme parle à l’homme qu’elle aime.
Devant elle : les restes d’un repas.
Plutôt que le papier, elle a choisi l’écran.
À l’intimité d’une lettre, elle a préféré la vidéo et la multitude des réseaux sociaux.
Cette femme, c’est Martha Delombre, psychologue criminelle habituée aux confessions les plus abominables.
C’est désormais à son tour de se confesser. L’impudeur ? Peu lui importe, car tout le monde doit savoir. À commencer par lui. Le traître.
Peut-on dire adieu à vingt ans d’amour fou en succombant à la première inconnue qui passe ? C’est ce qu’il croyait. Au rythme des likes et des partages, traquant la fréquence des connexions, scrutant le pouls des commentaires, Martha la ténébreuse se montrera prête à tout pour continuer d’exister sans baisser la garde, jusqu’au point de rupture. Celui qu’on n’attendait pas et qui a le pouvoir de redistribuer les cartes.

Biographie de l’auteure : Marie Neuser, agrégée d’italien, enseigne, vit et écrit à Marseille. Ses quatre romans, Je tue les enfants français dans les jardins, Un petit jouet mécanique, et plus récemment, Prendre Lily et Prendre Gloria, tous les deux publiés chez Fleuve Éditions, ont reçu un très bel accueil critique.

AVT_Marie-Neuser_8759

Dégradation de Benjamin MYERS

AMES SENSIBLES, VOUS AURIEZ TORT
DE VOUS ABSTENIR …

CVT_Degradation_4804

« Meurtres – Corps disparus – Porchers – Policiers corrompus – Showbiz – Pornographie. Et pire encore ? »

Sur fond d’histoire vraie – rappelez-vous Sir Jimmy Savile, star pédophile de la BBC, anobli par la reine, suicidé – des individus qui ne vous laisseront pas indifférents.

 J’ai noté qu’il y avait quatre types de personnages aux caractères différents :

1/ Il y a les taiseux, taciturnes, arrogants, carriéristes ;

2/ Il y a ceux en mal de reconnaissance, buveurs, fouineurs, chiants ;

3/ Il y a l’ignorant, le bête et méchant, violent, déjanté de perversité et de méchanceté ;

4/ Et puis tous les autres, les pervers, les vicieux, les malades mentaux et sexuels, un tantinet ironiques et surtout BCBG.

On retrouve dans ce thriller des choses très atypiques, comme par exemple aucune virgule n’est noté et cela ne gêne en rien la lecture. On y parle aussi des « snuff porno movie » et du trafic des films sous couvert de notables. L’auteur nous met aussi en garde et sans retenue avec le « méfiez-vous, l’habit ne fait pas le moine ». C’est pour cela aussi que certains passages sont d’une sauvagerie, d’une violence extrême ; le vocabulaire est cru mais jamais vulgaire.

Il va falloir, cher(e)s lecteur(rice)s vous faire violence ; si vous aimez les histoires un peu « borderline » … alors vous pouvez vous lancer dans ce livre … sans retenue. Hauts de coeur garantis.♥♥♥♥♥♥

Je remercie chaleureusement les éditions Seuil-Cadre noir pour leur confiance. Sortie nationale le 6 septembre 2018.

Résumé du livre : Au plus profond de l’hiver, dans la lande rugueuse et désolée du nord de l’Angleterre, une jeune fille disparaît. Deux hommes la recherchent : le détective James Brindle, solitaire, taciturne, obsessionnel, et Roddy Mace, ex-journaliste des tabloïds fuyant son passé de débauche à Londres. Ils ne tardent pas à dénicher le suspect idéal : Steven Rutter, terrifiant personnage, plus proche de la bête sauvage que de l’homme, qui vit retiré dans une ferme isolée et rumine de sombres secrets. Mais il n’est pas le seul, et ce qui s’annonçait comme un banal fait divers va bientôt basculer dans l’horreur, à mesure que Brindle et Mace plongent dans les coulisses insoupçonnées de la vie du hameau.

Biographie de l’auteur : Benjamin Myers est né à Durham en 1976 et vit aujourd’hui dans la campagne du Yorkshire, dont il a fait le décor de prédilection de ses romans. Ancien journaliste spécialisé musique pour diverses publications en Angleterre, il est l’auteur d’une oeuvre déjà conséquente, à paraître aux éditions du Seuil. Dégradation est son premier livre traduit en France.

ben

L’Irlandais de Maurice GOUIRAN

 » … partir et vivre, ou rester et mourir. »
(Roméo & Juliette de William SHAKESPEARE)

41K1taB2zFL._SX195_

Quelle découverte !!!!

Promenade entre Marseille, Dublin, Belfast, Connemara … mais sûrement pas pour des vacances.

Nous entrons dans les profondeurs de l’Irlande du Nord.

A travers l’assassinat d’un artiste-peintre irlandais à Marseille, exilé depuis de nombreuses années pour des raisons que je vous laisserai découvrir, l’auteur dresse un portrait très sombre, très violent, très fermé de l’Irlande du Nord. La violence de la guerre entre l’Angleterre et l’Irlande du Nord, la politique répressive de la première ministre de l’époque, Margareth Thatcher, la condition de vie des femmes et des veuves des « soldats » irlandais, la sauvagerie des contrats passés sur les têtes des rebelles … tout y est : impitoyable, sordide.

J’ai été très séduite par le récit très réaliste de cette période historique dont il me restait encore quelques images de violence. Mais finalement, à ce jour, l’Irlande du Nord vit-elle mieux ? au lendemain de leur indépendance proclamée, est-ce que les choses se sont améliorées ?.

Un polar historique, passionnel mais toujours d’actualités à lire absolument. ♥♥♥♥♥

Je remercie chaleureusement les éditions JIGAL POLAR pour leur confiance. Sortie nationale le 15 mai 2018.

Résumé du livre : Clovis enquête en compagnie d’Emma sur la mort de son ami, le peintre Zach Nicholl.

Lorsqu’on découvre le peintre Zach Nicholl, le crâne fracassé dans son atelier marseillais, son ami Clovis n’a qu’une pensée en tête : aider Emma, en charge de l’enquête, à retrouver l’assassin ! Zach s’était illustré dans le street art avant de devenir bankable et de fuir Belfast vingt ans plus tôt. C’est donc en Irlande du Nord que Clovis va chercher ce qui se cache derrière ce crime. Zach était l’un des artistes républicains auteurs des célèbres murals, ces peintures urbaines, outils de mémoire et de propagande. Mais pourquoi avait-il quitté son pays juste au lendemain des accords de paix de 1998 ? Ce sont des femmes, étonnantes et déterminées, toutes liées à Zach – Aileen, son épouse, Ghetusa, la veuve ad vitam æternam de son frère, et Breena, combattante féministe au sein de l’IRA – qui donneront peut-être à Clovis les premiers indices…

Plongez-vous dans une enquête entre Marseille et l’Irlande du Nord, au coeur des cercles d’artistes urbains et des militantes féministes.

EXTRAIT

Les graffitis étaient devenus street art, un terme plus convenable pour qualifier un véritable phénomène de mode qui s’avéra vite bankable. Et là où il y a le fric…
— Tu sais, au début, les galeries nous exécraient. Nous étions des voyous, des vandales qui ne pensaient qu’à détériorer le bien d’autrui. Mais quand elles ont constaté que nos barbouillages pouvaient leur rapporter un max de blé, elles ont réussi à appâter quelques-uns d’entre nous, en leur imposant simplement de changer de support et de format tout en conservant leur style. C’est pour ça que Zach s’est installé dans un atelier.
Nous avons croisé un groupe de touristes qui écoutaient sagement les explications de leur guide. L’Office de Tourisme et des Congrès de Marseille « vendait » ses graffs et vantait les promenades ludiques organisées au Panier ou au cours Ju.
Dizzy marqua un temps avant d’ajouter :
— Remarque, j’ai rien à dire sur Zach qui a toujours été super réglo. Il m’a même proposé de partager son atelier et de venir bosser avec lui.
— Ça ne t’a pas tenté ?
— Non. Tu sais, moi j’ai besoin de la rue. Je suis jamais arrivé à peindre sur un chevalet, au calme dans une pièce…

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

Un mélange d’Histoire et d’intrigue policière avec une pointe d’accent marseillais : voilà la recette des polars de Maurice Gouiran. – Livres PACA

Biographie de l’auteurMaurice Gouiran est un écrivain français né le au Rove (Bouches-du-Rhône), près de Marseille, dans une famille de bergers et de félibres.

Il passe son enfance dans les collines de l’Estaque, avant d’effectuer ses études au lycée Saint-Charles et au lycée Nord de Marseille, puis à la Faculté, où il obtient un doctorat en mathématiques. Sa thèse, « Ondes de souffle avec relaxation de vibration » a été exploitée dans le domaine de la propulsion.

Spécialiste de l’informatique appliquée aux risques et à la gestion des feux de forêts, il a été consultant pour l’ONU. Il enseigne également à l’université.

Depuis 2000, il a écrit de nombreux romans policiers, dont plusieurs ont été primés1. Dans son numéro spécial d’avril 2016, le magazine Marianne le classe parmi les 30 auteurs français qui comptent. En 2018, l’association culturelle provençale lui décerne le Grand Prix Littéraire de Provence 2018 2.

À PROPOS DE L’AUTEUR

Ayant démarré en 69 pour prendre fin trente ans plus tard, le conflit nord-irlandais a laissé des traces profondes et encore très sensibles en Irlande. Guerre pour les uns, insurrection, résistance, terrorisme ou guérilla pour les autres, ces terribles affrontements – du Bloody Sunday aux grèves de la faim – ont tragiquement marqué dans sa chair une population exsangue. Entre les groupes paramilitaires et l’armée, la haine sera trop longtemps de mise avec son cortège de morts, d’attentats, de règlements de compte, d’émeutes et de vexations quotidiennes. Au milieu de ce drame, Maurice Gouiran tisse une intrigue qui lui permet d’apporter un autre regard et d’amener quelques pistes de réflexion ! Face à cette violence extrême, faut-il aller jusqu’au bout quel qu’en soit le prix ? Quel a été le rôle du street art et des murals lors du conflit ? Et les femmes ? Quelle a été leur place dans cette société catholique et pétrifiée ? Comment ont-elles réussi à s’imposer face à des hommes qui souhaitaient surtout ne rien changer !

413702

La petite fille du phare de Christophe FERRE

R O C A M B O L E S Q U E

CVT_La-petite-fille-du-phare_8212

Sur un bout de caillou breton, dans le brouillard et la fraîcheur du début du printemps, un huis-clos étouffant, oppressant ….

Une mère artiste-peintre. Un père absent, arrogant. Un jeune adolescent émotif. Un voisin suspicieux.

On charge la mule tant que l’on peut … c’est ce que , en règle générale, fait la justice lorsqu’il s’agit d’infanticide. Et puis lorsque la pression administrative est là, on doit avancer vite et bien.

L’auteur fait tout pour dérouter le lecteur ; il nous manipule avec plaisir, et bien sur comme l’écriture est hyper réaliste, nous accusons. Les preuves sont là, on ne peut pas faire autrement.  Tellement facile de se débarrasser d’une enquête gênante mais qui au contraire satisfera l’opinion publique et les huiles du département breton.

Mais c’est sans compter sur la pugnacité de l’accusée, d’une nouvelle juge et de la chance aussi …

Une histoire qui ne laisse pas indifférent sur le traitement des infanticides par la justice. Du très très bon policier psychologique-sociétal. Je vous le recommande vivement ♥♥♥♥.

Je remercie chaleureusement les éditions de l’Archipel pour leur confiance. Sortie nationale le 3 octobre 2018.

Résumé de l’histoire : Qui a kidnappé le bébé ? Le temps d’une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac’h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur. Mais au retour, un berceau vide les attend. Aucune trace d’effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, s’ajoute la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane est une mère déjà éprouvée par la perte d’un enfant, Elouan, un père souvent absent…Les pistes se multiplient mais l’enquête n’avance pas. Pourtant, près d’un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l’emporte sur l’incompréhension. Sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n’est pas sa soeur…

Biographie de l’auteur : Christophe Ferré passe sa petite enfance à Châteaudun et séjourne fréquemment à Illiers-Combray, le village de Marcel Proust, berceau de sa famille paternelle. Adolescent, il est élève au lycée Hoche (Versailles) puis au lycée Lakanal (Sceaux) en hypokhâgne et khâgne. Après le concours de l’École normale supérieure, il devient professeur de lettres à l’âge de 21 ans. Fasciné par la musique de Serge Prokofiev, dont le rythme inspire son travail artistique, il se lie d’amitié avec la femme du compositeur, Lina Prokofiev en Suisse avant sa mort en 1988. Il publie un premier roman en 1995, La Chambre d’Amour (Arléa), très remarqué par la critique. Le livre, adapté par l’auteur sur France Culture, obtient le Grand Prix international de la fiction radiophonique face à Nancy Huston en 1999.

Il obtient le Prix de la nouvelle de l’Académie Française en juin 2010 pour son livre La Photographe consacré au 11 septembre.

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, le nomme Chevalier des arts et des lettres en juillet 2010 et lui remet personnellement ses insignes.

Amateur de sports extrêmes, il fait souvent le tour de la France en VTT par les sentiers. Il traverse à pied et en solitaire des chaînes de montagnes : Alpes, Pyrénées, Corse, Haut Atlas, Pics d’Europe, Cévennes… C’est un passionné de lutte gréco-romaine mais surtout de rugby, un monde qu’il côtoie depuis des années.

260px-Christophe_Ferre

Au commencement, je suis mort ! de ANNE-SARA

« Qui pardonne sans oublier ne pardonne pas ! »

au-commencement-je-suis-mort-667714-264-432

Un suspense de malade, une écriture de folie, une fin explosive …

Dans la tête d’une profileuse, il ne fait pas toujours bon d’y être … tourments, interrogations, hésitations, suspicions, maux de tête garantis.

Je me suis éclatée, régalée, J’ai adoré ce nouveau polar … car il s’agit bien d’un polar ; certes les meurtres sont là mais l’enquête est mise en exergue … d’une précision raffinée.

Aucun temps mort, aucun mot inutile ; les symboles du racisme, de la violence, de la perversion sont là … cela fait froid dans le dos ; quand je pense que ce livre a été édité en 2011, nous sommes encore en plein dedans en 2018.

Le fil conducteur ne cède jamais pendant 450 pages, toujours droit, tendu, fidèle, rien n’est laissé au  hasard … comme un funambule on suit ce fil, jusqu’au dénouement incroyable …

Quelle bombe !!!!  Quelle découverte !!!! Quel plaisir de lecture !!!!

Je remercie chaleureusement Anne-Sara rencontrée lors du salon du livre de Mons en 2017. Quelle gentillesse. ♥♥♥♥♥

Résumé : 1968, Jérusalem: un attentat aux portes de la vieille ville va bouleverser la vie d’un homme. Sarah Meyer meurt dans les bras de son fils âgé de 6 ans. Le jeune garçon fait alors un serment à sa mère : « Je deviendrai ton « soldat vengeur » et je les tuerai tous! ». Pourra-t-il un jour pardonner ?
2002, Nantes : accusé du meurtre d’une jeune fille,, le commissaire principal Alain Dubois est placé en garde à vue. Il fait appel à son ami Sam Light, profiler. Mais tout est contre lui ! Pourra-t-elle le disculper?
« Flic ripou » ou machination machiavélique ?
Que est le lien entre ces deux époques et ces deux villes ?
Mensonges, vengeance, trahison et meurtres … tels sont les ingrédients de ce thriller psychologique haletant et émouvant. Page après page, l’auteurdénoue les fils d’un processus mental qui mène un individu en quête de justice vers le passage à l’acte.