Manga

Mes lectures MANGAS du mois d’avril

Résumés de

SPY x FAMILY (2&3) : Twilight, le plus grand espion du monde, doit pour sa nouvelle mission créer une famille de toutes pièces afin de pouvoir s’introduire dans la plus prestigieuse école de l’aristocratie. Totalement dépourvu d’expérience familiale, il va adopter une petite fille en ignorant qu’elle est télépathe, et s’associer à une jeune femme timide, sans se douter qu’elle est une redoutable tueuse à gages. Ce trio atypique va devoir composer pour passer inaperçu, tout en découvrant les vraies valeurs d’une famille unie et aimante.
Ca n’engage que moi : COUP DE COEUR pour cette famille complètement atypique. Mention spéciale pour la petite fille, attendrissante, innocente et pourtant pleine d’énergie.

ISABELLA BIRD l’exploratrice (1) : A la fin du xixe siècle, le Japon s’ouvre au monde et s’occidentalise à marche forcée. Mais le pays reste un vrai mystère pour la plupart des Européens, ce qui en fait une destination de choix pour la célèbre exploratrice anglaise Isabella Bird ! Malgré son jeune âge, elle est déjà connue pour ses écrits sur les terres les plus sauvages. Isabella ne choisit jamais les chemins les plus faciles et, cette fois encore, elle étonne son entourage par son objectif incongru : Ezo, le territoire des Aïnous, une terre encore quasi inexplorée aux confins de l’archipel… Le voyage s’annonce long et difficile, mais rien n’arrête la pétillante jeune femme ! Accompagnée de son guide-interprète, le stoïque M. Ito, la jeune femme parcourt un pays en plein bouleversement. Dans ses lettres quotidiennes à sa soeur, elle narre avec sincérité et force détails la suite de chocs culturels qu’elle expérimente. Elle veut tout voir, tout essayer, quitte à endurer chaleur, fatigue, maladie ainsi que les sarcasmes de ses pairs ! Lancez-vous à la découverte d’un Japon traditionnel désormais disparu à travers les yeux de l’intrépide Isabella Bird ! Basé sur les écrits réels de l’aventurière, Isabella Bird, femme exploratrice est un récit passionnant sur la rencontre de deux mondes, dessiné avec un rare souci du détail par Taiga Sassa, nouveau talent prometteur !
Ca n’engage que moi : Très belle découverte ; de l’humour, de la folie, beaucoup de bienveillance et une force de caractères incroyable ; abstraction des préjugés faite, une histoire qui a bouleversé de nombreuses femmes de l’époque.

Moriarty (2) : Moriarty va orchestrer un meurtre « en direct  » à bord du bateau de croisière, devant Sherlock Holmes. Rien de moins. Sherlock va évidemment dévider le fil rouge de ce montage criminel. Voilà un adversaire à la taille de Moriarty.
Ca n’engage que moi : Assez déçue de ce deuxième tome, ça part un peu dans tous les sens. La suite est prévue, je vous en parlerai prochainement.

Death Note (1&2) : Light Yagami est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel criminel, pourri et corrompu. Sa vie change du tout au tout le jour où il ramasse par hasard un mystérieux cahier intitulé « Death Note ». Son mode d’emploi indique que « la personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt ».
Ca n’engage que moi : ENORME COUP DE COEUR.
Alors cette série est incroyable ; je suis complètement addicte de Light et de tous les personnages ; du suspense, de l’action, des interrogations, entre polar, espionnage, thriller. C’est cruel, cinglant, sanglant, j’adore. Du très bon.

Chi une vie de chat (1) : Chi, adorable chaton, se perd un jour durant une promenade avec sa mère et ses frères. Il se retrouve, seul, confronté aux terribles dangers de la rue, d’abord un chien effrayant à la mâchoire acéré, ensuite les voitures aux moteurs vrombissants prête à tout pulvériser sur leur passage.
Ca n’engage que moi : Série à découvrir, c’est mignon, doux ; pour les enfants à partir de 6 ans.

Many reasons why (1) : Himeyama Tsubaki est une jolie lycéenne sans histoire, une élève studieuse et la meilleure de sa classe. À la surprise générale, celle-ci se suicide pourtant dans l’enceinte même du lycée ! Au retour de ses obsèques, tous ses camarades de classe trouvent une lettre sur leur bureau.
Ca n’engage que moi : COUP DE COEUR ABSOLU.
Emouvant, interpellant, ce premier tome a tout pour pousser le lecteur à connaître la vérité ; le graphisme est très soigné, les dialogues sont parfois durs mais c’est la vie !. Le tome 2 sera lu prochainement, je vous en reparle bientôt.

My broken Mariko : Shii-chan apprend brutalement à la télévision la mort de son amie d’enfance Mariko. Dépitée par la nouvelle, elle part là où Mariko et elle, plus jeunes, rêvaient d’aller afin de disperser ses cendres. Elle pourrait peut-être y comprendre pourquoi son amie s’est suicidée.
Ca n’engage que moi : Très déçue ; ça part dans tous les sens ; l’interview de l’auteure pour comprendre comment l’histoire a été imaginée ne m’a pas convaincue. Dommage mais je ne suis sûrement pas faite pour ce genre de narration.

Ragnagna (1) : Ponction de sang, coup de poing dans les entrailles, effet chloroforme : quand Ragnagna débarque, elle ne fait jamais dans la dentelle. Son arrivée est aussi redoutée que son absence prolongée peut inquiéter. Elle sait qu’on la déteste et, pourtant, elle remplit sa mission mensuelle avec un professionnalisme sans faille ! Ragnagna a toujours fait partie de la vie des femmes et, contre toute attente, elle pourrait bien être leur meilleure alliée. Tensions dans le couple, stress au travail, combat contre le mal… telle une héroïne de l’ombre, Ragnagna est toujours du côté des femmes car, malgré tout, elle les comprend mieux que personne. Mais vous, la connaissez-vous vraiment ? Elle partage un bon bout de notre existence, alors autant apprendre à l’apprivoiser !
Ca n’engage que moi : Mon dieu que c’est rigolo ! c’est léger mais c’est tellement la vie des femmes ; pas d’inquiétude pour ces messieurs, on parle de vous aussi !!! Les dessins sont à l’image des différentes histoires, très sympas. A partir de 14 ans, ludiques pour toutes les jeunes filles qui se posent encore des questions sans oser le demander à leurs mères. Je recommande.

Auteur(e) belge, Histoire, Psychologie

Nos âmes soeurs de Patricia HESPEL

Résumé de l’histoire : 1486 – Depuis la tour où la rancune de son époux la tient recluse, Ludmilla regarde couler les jours d’une existence insipide et sans avenir. L’amertume et la solitude l’ont endurcie, nourrissant jour après jour une obsession proche de la démence : gagner sa liberté et le droit de décider de son avenir. L’armure qu’elle s’est forgée la protégera-t-elle de ses faiblesses intimes ?
2007 – Sur un trottoir détrempé, Nelly prend conscience du naufrage de sa vie et des mensonges derrière lesquels elle s’abrite depuis l’enfance. Enlisée dans ses échecs, elle se replie sur elle-même et prend peur lorsqu’elle s’aperçoit que des pans entiers de son quotidien échappent désormais à son contrôle. Est-elle en train de sombrer dans la folie ?
Deux femmes à la dérive. Deux femmes en quête d’elles-mêmes. Et si chacune était pour l’autre le chemin vers l’accomplissement ? Nos âmes sœurs est un roman initiatique à deux voix où se mêlent le surnaturel et la fiction historique.

Ca n’engage que moi : Une bien belle prise de risque que l’auteure a osé tenter avec son nouveau roman, car Patricia HESPEL excelle dans les thrillers psychologiques – lisez « La dernière maille ».
Pourtant, je savais que « Nos âmes soeurs » allaient être complètement différent et je n’ai pas eu peur de me jeter dessus.
J’ai aimé ce chassé-croisé entre ces deux femmes, sur deux époques, que rien le lie et pourtant.
J’ai retrouvé ce qui fait la force de cette auteure : la narration, entre le passé et le présent, il est difficile de ne pas perdre le lecteur en route, quelques indices savamment décrits m’ont permis de me situer dans l’époque ; la personnalité de ces deux héroïnes : leur existence à deux époques différentes aurait du être un poids dans ma lecture, et pourtant elles sont tellement proches l’une de l’autre ; enfin comment établir un lien ? jusqu’au dernier moment je ne l’ai pas su.
J’ai beaucoup aimé ce livre car la narration est parfaite, il y a du suspense, la personnalité des personnages est sujet à questionnement, l’histoire est menée comme une enquête. Tout est réuni pour passer un excellent moment de lecture.
Je vous le recommande vivement.

Je remercie chaleureusement l’auteure pour sa gentille dédicace et sa confiance.
Sortie nationale le 05 mars 2021.

Auteur(e)s asiatiques, Médical, pharmaceutique, Policier

La belle suicidée d’Aoyama de Maïko KATO

Résumé de l’histoire : Tokyo, 2022. Le cadavre d’un journaliste, Shoji Kurita, est retrouvé dans un appartement inoccupé par le capitaine Yoshida et le lieutenant Kanda. L’autopsie révèle un corps prématurément vieilli, incompatible avec le jeune âge de la victime. Tandis que les deux enquêteurs rencontrent son voisin, Shunji Hasegawa, commercial chez Cellvie, dont le président était au cœur des investigations du journaliste, l’ex-compagne du mort est embauchée par le gros fabricant de compléments alimentaires anti-âge japonais. Entre-temps, Haruma Kanda sauve du suicide Yuki Nakatani, l’une des héritières dudit empire pharmaceutique ; une amulette bouddhique, vestige d’un crime ancien, réapparaît. Et si le passé enténébrait cette affaire ultra-sensible ? Commence pour Yoshida et Kanda une plongée dans les ramifications de Cellvie et de l’association Next Youth, entre secrets enterrés et pratiques eugénistes, sur fond d’élection d’un nouveau Premier ministre.

Ca n’engage que moi : Mi-figue, mi-raisin avec cette histoire. Autant l’intrigue m’a interpellée par son originalité, autant le récit reste un poil brouillon, surtout dès le début avec ce nombre incroyable de noms à retenir.
Pourtant tout tient la route – l’intrigue, le suspens, la tension, les personnages – et malgré cette profusion de personnages à retenir, à la fin du récit j’y ai retrouvé mes petits. Allez donc savoir pourquoi je reste sceptique.
Ceci dit je renouvellerai sûrement une prochaine lecture de cette auteure qui a su éveiller ma curiosité.
Libre à vous de vous lancer dans l’aventure japonaise.

Je remercie chaleureusement l’auteure pour sa gentille dédicace et les éditions du Seuil Cadre noir pour leur confiance.
Sortie nationale le 08 avril 2021.

Arts (musique, peinture, sculpture,), Auteur(e) français(e), Policier

Jeu de peaux d’Anouk SHUTTERBERG

Résumé de l’histoire : 2019. À trente-trois ans, Juliano Rizzoni est un jeune peintre prodige encensé par la scène artistique contemporaine internationale.
Jet-setter et jouisseur à l’extrême, il affole autant les Unes des tabloïds que les galeries prestigieuses du monde entier.
Initié au Japon à la technique du tatouage Irezumi, aussi violente qu’ancestrale, il signe dix tatouages d’art sur le dos de ses amant(e)s.
L’affaire prend une tournure inquiétante lorsque les peaux tatouées sont déposées anonymement chez Sotheby’s Paris pour une mise aux enchères hors norme.
En l’absence de corps, le commissaire Stéphane Jourdain et l’inspectrice Lucie Bunevial, sont saisis de l’enquête pour homicides multiples.
Une affaire sanglante et terrifiante qui les mènera d’un bout à l’autre de la planète dans le milieu de l’art contemporain.

Ca n’engage que moi : Très belle découverte mais quel culot de la part de l’auteure pour un premier livre. Le thème abordé, les retours passé-présent auraient pu me dérouter si l’auteure, justement, n’avait pas maitrisé du début à la fin son histoire. J’ai beaucoup aimé ces moments passés au Japon et la cérémonie autour du tatouage sur les peaux ; j’ai également très vite changé d’avis sur ce jeune peintre prodige ; tous les codes qu’il suit méticuleusement pour mener à bien son apprentissage. C’est essentiellement cette partie du roman qui m’a le plus interpellée et que j’ai le plus apprécié ; non pas que le reste soit mauvais mais dès le retour du Japon, l’enquête policière va très vite venir sur les devants de la scène et c’est en grande partie grâce à l’originalité du thème qui vient mettre du piment dans ce récit qui fait la force de ce premier livre.
Je vous conseille vivement ce roman.

Je remercie chaleureusement l’auteure pour sa gentille dédicace et les éditions SEUIL Cadre noir pour leur confiance.
Sortie nationale le 1er avril 2021.

Auteur(e) allemand(e), Psychologie, Thriller

Le cadeau de Sebastian FITZEK

Résumé de l’histoire :  » Les thrillers de Fitzek sont toujours à couper le souffle !  » Harlan Coben
Il est des cadeaux qu’on préférerait ne jamais recevoir.
Arrêté à un feu à Berlin, Milan Berg aperçoit sur le siège arrière d’une voiture une ado terrorisée qui plaque une feuille de papier contre la vitre. Un appel au secours ? Milan ne peut en être certain : il est analphabète. Mais il sent que la jeune fille est en danger de mort.
Lorsqu’il décide de partir à sa recherche, une odyssée terrifiante commence pour lui. Accompagné d’Andra, sa petite amie, Milan est contraint de retourner sur l’île de son enfance. Là, il va découvrir des pans entiers de son passé qu’il avait oubliés.
Une cruelle prise de conscience s’impose alors : la vérité est parfois trop horrible pour qu’on puisse continuer à vivre avec elle – et l’ignorance est souvent le plus beau des cadeaux.
Comme à son habitude, Sebastian Fitzek a imaginé un scénario diabolique qui manipule le lecteur pour son plus grand plaisir.

Ca n’engage que moi : Il a raison Harlan Coben « Les thrillers de Fitzek sont toujours à couper le souffle ! ». Et celui-ci est excellent, vraisemblablement l’un de ses meilleurs depuis quelques années.
Du thriller psychologique basé essentiellement sur la reconstruction de soi, de l’acceptation de vivre en société, de la quête de vérité et de la main tendue par les autres.
Ce cadeau est très inattendu pour celui qui n’attend rien, et pourtant, à l’intérieur de ce paquet, se trouveront toutes les réponses mais il peut être empoisonné aussi. Je vous conseille vivement de vous plonger dans ce nouveau roman, la fin est géniale.

Je remercie chaleureusement Mylène de l’Archipel pour sa confiance.
Sortie nationale le 04 mars 2021.

Auteur(e) belge, Humour, Policier

Les bonbons de Bruxelles de Nadine MONFILS

Résumé de l’histoire : Le commissaire Léon se rend à Bruxelles, pour l’enterrement de son oncle Jef. Dans le train, il rencontre Madeleine, une vieille dame étrange qui semble provenir d’une autre époque. Elle parle un peu avec lui et lui montre une lettre d’amour qu’Augustin, l’homme de sa vie  » partit au ciel « , lui a écrite dans les années quarante. Puis elle offre un bonbon à Léon avant de disparaître mystérieusement. C’est en se baladant sur le marché aux puces des Marolles, que Léon découvre une valise remplie de lettres de 1940, adressées à Madeleine et signées Augustin. Convaincu que le hasard n’existe pas, le commissaire Léon décide de se mettre à la recherche de Madeleine. Mais il apprend qu’elle est morte depuis longtemps.

Ca n’engage que moi : Très déçue par cette septième aventure du commissaire Léon. Je n’ai pas retrouvé tout l’humour, tout le pep’s des personnages hauts en couleur.
Je me suis également vite ennuyée avec l’histoire car je n’ai pas trop compris où l’auteure voulait m’emmener. Entre présent et passé, je n’ai plus trop su où se situait l’histoire.
Dommage.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 10 mai 2001

Auteur(e) italien(ne), Humour

Ciao bella de Serena GIULIANO

Résumé de l’histoire : Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé. Pour affronter sa deuxième grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux.
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?
Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente.

Ca n’engage que moi : Un moment de détente que je renouvellerai. Que de légèretés, de rires, de grincements de dents, de pétage de plomb que l’auteure a su mettre en scène.
Un récit sans prétention mais qui à la mérite de parler, je crois, à de nombreuses femmes/mamans qui auront lu ce livre.
Des personnages touchants, un franc-parler qui m’a, parfois, fait beaucoup rire.
Que cela fait du bien en cette période.
Si vous avez envie de vous changer les idées sans vous prendre la tête, alors n’hésitez pas à lire « Ciao bella » !!! Mais n’abusez pas trop du Limoncello.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 05 mars 2020.

Auteur(e) français(e), Roman, feel-good

Vers le soleil de Julien SANDREL

Résumé de l’histoire : IL N’EST RIEN POUR ELLE, MAIS ELLE N’A PLUS QUE LUI…UN BIJOU D’ÉMOTION
14 août 2018. Tess part vers la Toscane, où elle doit rejoindre pour les vacances sa fille Sienna et l’oncle de celle-ci, Sacha. Mais alors qu’elle fait étape chez sa meilleure amie à Gênes, un effroyable grondement ébranle la maison, et tout s’écroule au-dessus d’elle. Une longue portion du pont de Gênes vient de s’effondrer, enfouissant toute la zone. Tess est portée disparue.
Lorsque Sacha apprend la catastrophe, c’est tout leur univers commun qui vole en éclats. Tous leurs mensonges aussi. Car Sacha n’est pas vraiment l’oncle de cette petite fille de neuf ans : il est un acteur, engagé pour jouer ce rôle particulier quelques jours par mois, depuis trois ans. Un rôle qu’il n’a même plus l’impression de jouer tant il s’est attaché à Sienna et à sa mère. Alors que de dangereux secrets refont surface, Sacha sait qu’il  n’a que quelques heures pour décider ce qu’il veut faire si Tess ne sort pas vivante des décombres : perdre pour toujours cette enfant avec laquelle il n’a aucun lien légal… ou écouter son coeur et s’enfuir avec elle pour de bon ?
En attendant, il décide de cacher la vérité à la petite fille, et de la protéger coûte que coûte.

Ca n’engage que moi : L’auteur, à travers ses histoires, a toujours su me toucher. Et dans ce nouveau roman, où l’action se déroule pendant la tragédie du pont de Gênes, à travers les yeux d’un intermittent de la paternité et d’une fillette au tempérament bien affirmé, la tendresse, l’amour, l’humour, le partage, l’amitié vont faire de ce récit très émouvant ; un rendez-vous que je ne pouvais manquer. Toute l’histoire de Sienna et de sa maman m’ont bouleversée et émue.
Une narration riche en émotions, l’espoir toujours présent pour de meilleurs lendemains. Du baume au coeur en perspective.
Ne manquez pas cette nouveauté.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 24 février 2021

Auteur(e) français(e), Faits divers, Policier

Et puis mourir de Jean-Luc BIZIEN

Résumé de l’histoire : Plusieurs samedis d’affilée, alors que tous les services de police de France sont mobilisés par les manifestations des gilets jaunes, de meurtres sont commis dans les beaux quartiers de Paris. Cela pourrait être l’œuvre d’un déséquilibré qui aurait poussé jusqu’à la vengeance les revendications de justice sociale, mais le commandant Jean-Yves Le Guen n’y croit pas.
Avec son adjoint, le capitaine Patriziu Agostini, ils jouent contre la montre. Car l’idée d’un «  meurtrier gilet jaune  » menace de faire l’objet de récupérations politiques qui ne feraient qu’empirer la situation – et le prochain samedi de protestations se rapproche.
Un polar d’actualité mêlant revendications sociales et vengeance personnelle – sur fond de Paris en état d’urgence.

Ca n’engage que moi : Excellent polar. J’ai découvert l’auteur grâce à ce roman et il me tarde d’en lire d’autres.
Au départ, j’ai eu un petit peur de tomber dans une narration pro-gilets jaunes, mais le contexte tient juste lieu de décor, car si justement, ces manifestations servent au tueur, il en demeure pas moins qu’il s’agit de vengeance personnelle essentiellement.
Tout est minutieusement analysé, grâce à un duo de policiers tant professionnels que de caractères opposés mais dont l’analyse des crimes va matcher pour découvrir la vérité.
Sur un rythme effréné, des chapitres qui s’enchaînent, l’action est omniprésente.
Je vous conseille vivement de lire ce roman.
Très belle découverte.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 30 septembre 2020.

Auteur(e) anglais(e), Thriller

L’ami des ombres d’Alex NORTH

Résumé de l’histoire : Et si votre meilleur ami était votre pire cauchemar ?
Le meurtre commis par le jeune Charlie hante la petite ville de Gritten.
Paul, ami du tueur et de la victime, y revient 25 ans plus tard, appelé au chevet de sa mère.
Mais la mort violente d’un adolescent réveille chez Paul ses pires cauchemars.
L’histoire se répète.
Pourtant Charlie n’est plus là, Charlie est mort.
Alors quelle est cette ombre qui rôde dans la forêt toute proche ?

Ca n’engage que moi : Quelle déception !!! j’avais tellement aimé l’histoire de « L’homme aux murmures », que j’attendais cette suite avec impatience. Je n’ai pas aimé la narration trop confuse ; le passage entre passé et présent sans repères m’a beaucoup gêné ; la quête de la vérité n’est pas assez approfondie, j’ai pu un tout petit peu en découvrir les causes vers la fin et encore cela reste encore trop obscure. J’ai beaucoup trainé pour aller au bout de cette histoire pour finalement me demander « qui a fait quoi ? pourquoi ? que deviennent les personnages ? ».
Très déçue.

Je remercie chaleureusement les éditions SEUIL/Cadre noir pour leur confiance.
Sortie nationale le 04 mars 2021