Auteur(e) français(e), Inclassable, Surnaturel

Nous sommes les chasseurs de Jérémy FEL

Résumé de l’histoire : Dans un univers sombre et magnétique, où les époques et les lieux se superposent jusqu’au vertige, Gabriel, Damien ou Natasha se débattent avec de vieilles peurs héritées de l’enfance et leurs pulsions les plus inavouables.
Jérémy Fel entraîne ici son lecteur dans un imaginaire éblouissant, où cruauté et trahison règnent en maître. Comme dans un palais des glaces, les destins se répondent et se reflètent, créant un monde où visible et invisible, réel et fiction, se confondent.

Mon avis : L’auteur avait attiré toute mon attention avec son premier livre « Helena » et j’attendais avec impatience une confirmation de son talent. C’est chose faite avec « Nous sommes les chasseurs ».
Mêlant le présent, passé et futur, jouant avec la réalité, le fantastique et le surnaturel, ces successions d’histoires et de personnages, tous liés les uns aux autres à des périodes différentes, sont formidablement mises en scène. Tous les acteurs de cette aventure sont tous liés les uns aux autres par des faits parfois drôles, cruels, émouvants, violents.
J’ai beaucoup aimé la présence « improbable mais bien réelle » de l’une des plus célèbres actrices américaines dont le destin a été stoppé brutalement mais dont l’auteur, de par son imaginaire, a voulu donner une dimension différente et assez originale ; un bel hommage pour une vie fauchée en plein vol.
Il y aussi un espace temps très large : du XVIIIème siècle, en passant par la période nazie de la seconde guerre mondiale, le XXIème siècle et son épidémie post-apocalyptique présentée, des vérités, des faits soulevés.
La narration est fluide, malgré les va-et-vient entre présent, passé, futur, il n’y a aucune confusion dans le récit. La construction de ce livre est celle d’un puzzle, très noire, très sombre mais aussi parfois avec quelques coins de ciel bleu.
C’est un coup de coeur.

Je remercie chaleureusement les éditions RIVAGES pour leur confiance.
Sortie nationale le 06 octobre 2021

Auteur(e) français(e), Policier, Roman noir

Va manger tes morts de Pascal MARTIN

Résumé de l’histoire : Qu’est-ce qui pousse Rio à suivre désespérément une criminelle en fuite?
Elle s’appelle Romane, elle est Gitane. Dans cette brasserie parisienne, elle vient de flinguer un sale type d’une balle en pleine tête. Lui, c’est Rio, il venait juste de prendre sa défense face aux gifles de ce mec. C’est là qu’elle l’a pris en otage, enfin presque… Et que tout a commencé ! Il est enquêteur pour les assurances. Elle, elle se débrouille comme elle peut… Et plutôt bien. Mais quand le temps vire à l’orage, ils décident ensemble de décamper au plus vite… Elle est jeune, belle, insouciante. Elle a la rage de vivre, là, tout de suite… Lui, pour la première fois de sa vie, il n’a plus qu’une envie, exister et la suivre…
Lorsqu’un homme réservé mais assoiffé d’aventures et une jeune femme meurtrière se croisent dans une brasserie c’est le début d’un cocktail d’aventures explosif dans une cavale folle éprise de liberté.

Mon avis : Le titre « Va manger avec tes morts » m’a plu, au départ j’ai ri… quelle idée !!! qui aurait envie d’aller en manger… des morts !!! Mais ma curiosité a pris le dessus et en deux jours, pif paf c’était plié… Je suis tombée raide dingue de ce livre.
Il y a tout : l’absurdité de cette rencontre, improbable, qui va matcher dès le départ ; une histoire qui m’a tenue en haleine du début jusqu’à la fin ; un style de narration très imagé mais pas franchement académique qui m’a fait bien rire et en même temps beaucoup ému, des personnages incroyables.
C’est drôle, sanguinaire, violent, tendre, romantique, poétique… j’exagère peut-être avec « poétique », c’est vrai que Romane ne fait pas dans la dentelle mais son franc-parler est sincère et puis elle est tellement attendrissante.
Cette aventure est une grande partie de ping-pong ; les coups sont rendus à une vitesse folle, pas de répit, tout ce « beau monde » est au taquet. La « Kill Bill » gitane est née.
Très belle découverte de cet auteur que je ne connaissais pas. Décidemment les éditions Jigal ont de belles pépites dans leur catalogue.
Je vous recommande très vivement cette lecture.
C’est un gros coup de coeur !

Je remercie chaleureusement les éditions JIGAL polar pour leur confiance.
Sortie nationale le 25 septembre 2021.

Auteur(e) français(e), Policier

L’heure des chiens de Thomas FECCHIO

Résumé de l’histoire : En l’espace d’un week-end, le quotidien de la ville de Soissons sombre dans le chaos. Le carré musulman de la nécropole dédiée aux soldats de 14-18 est atrocement profané et de l’autre côté de la ville, Julia, en convalescence à la suite d’un accident traumatisant, trouve une main sauvagement coupée sur les berges de l’Aisne. L’adjudant Gomulka, gendarme désabusé et proche de la retraite, se voit confier ces deux enquêtes. Face à la violence et la noirceur de ces crimes, il ne s’opposera pas à la demande de renfort en la personne du lieutenant Delahaye, surnommé « la Machine ». Milieu extrémiste, cités en crise, hôpitaux psychiatriques aux méthodes douteuses et migrants en quête d’un Eldorado, tels sont les terrains que Gomulka et Delahaye vont devoir défricher pour démêler l’écheveau de ces deux affaires, qui n’en formeront peut-être qu’une.

Ca n’engage que moi : Découvert avec son très prometteur premier roman « Je suis innocent », cette nouvelle histoire devait tenir toutes ces promesses, pari presque réussi !!!
J’ai aimé la narration ; proche du style des one-shot de Franck THILLIEZ, l’auteur prend tout son temps pour mettre en place son histoire.
J’ai aimé sa façon de reconstituer le puzzle de cette affaire ; les pièces sont très dispersées et pourtant tout est à sa place.
J’ai aimé le lieu où l’action se déroule ; l’auteur, encore une fois, m’a fait découvrir le côté pas très drôle d’une ville.
J’ai aimé ses personnages écorchés, paumés, meurtris, ruinés affectueusement, certains m’ont émue, d’autres m’ont laissée indifférente.
J’ai aimé cette précision à faire jaillir les sentiments, les colères des personnes, tout en les faisant cohabités bon an mal an ; la bienveillance n’est pas toujours présente !! mais ceux qui devaient s’en sortir ont réussi et c’est l’essentiel.

Il m’a juste manqué un peu de rythme dans les premiers chapitres mais qui, au final, ne m’a pas fait lâcher l’affaire. Et c’est tant mieux !

Je remercie chaleureusement l’auteur pour sa gentille dédicace et les éditions Seuil cadre noir pour leur confiance.

Auteur(e) français(e), Roman, feel-good

Rue du rendez-vous de Solène BAKOWSKI

Résumé de l’histoire : Rien ne prédestinait Alice Beausoleil et Marcel Dambre à se rencontrer. Pour que le vieil homme ouvre sa porte à la jeune femme trempée, il aura fallu une grève des transports, un GPS capricieux et un terrible orage. De leur tête-à-tête inattendu va naître ce qui ressemble à une seconde chance. Un nouveau rendez-vous avec l’existence, peu importe le temps qui reste…
Marcel, quatre-vingt-sept ans, vit rue du Rendez-Vous, reclus dans son atelier de bottier menacé par les bulldozers. Vendeuse en boulangerie, Alice offre son sourire à tous ceux qu’elle croise. En réalité, depuis deux ans, trois mois et quatre jours, en proie à une profonde tristesse, elle s’empêche de vivre.
À mesure que la pluie et les heures s’écoulent, le passé resurgit. Sous l’impulsion de la jeune femme qui l’écoute sans se dévoiler, Marcel raconte la guerre, sa carrière et son amour fou pour sa mère. Et s’il trouvait à son tour la clé pour délivrer Alice de son silence ?

Ca n’engage que moi : J’ai toujours plaisir à retrouver la plume de l’auteure.
J’ai aimé le lieu, insolite, au milieu de nulle part et pourtant très vivant où le temps s’est arrêté le temps de cette rencontre.
J’ai aimé ce couple improbable, ce vieil homme nostalgique de son passé mais meurtri par la vie et ses choix ; cette jeune femme perdue qui écoute attentivement, pour se confier et renaître.
J’ai aimé ce huis-clos, tous ces moments simples et cosy, les confidences, les confessions, je les ai imaginés tous les deux.
J’ai aimé la fin, l’avenir, le futur annoncé.

Pour passer un agréable moment, je vous le recommande.

Je remercie chaleureusement les éditions PLON pour leur confiance.

Auteur(e) français(e), Policier

Tarmac blues de Gérard CARRE

Résumé de l’histoire : Léonard Delevigne est le tout jeune patron de la BAND, branche spéciale de la brigade des Stups de Paris en charge de la lutte contre le narco-djihadisme. Milovan Milosevic, commandant dans la même unité, est le « presque » frère de Léonard que ses parents ont adopté lorsqu’ils étaient adolescents. A l’inverse de Léonard, Milo est un homme d’action, pulsionnel et intuitif, pour qui la fin justifie souvent les moyens. Salomé Delevigne, une brillante avocate d’origine juive hongroise, a rencontré ces deux hommes de sa vie le même jour, une vingtaine d’années auparavant. Elle les a aimés l’un et l’autre, incapable de choisir entre le cérébral et l’aventurier, jusqu’à ce que Milo s’engage dans les casques bleus de l’ONU pour laisser le champ libre à ce « presque frère » envers qui il se sent redevable. Jüri Ostnik, alias Viking, est le parrain d’un important cartel, incarcéré à Fleury pour détention et trafic de drogue. Afin de faire pression sur son mari, Viking donne l’ordre à ses hommes d’enlever Salomé qui est enceinte et prête à accoucher de jumeaux…

Ca n’engage que moi : DU GRAND ART !!!!
Je l’ai faite durer cette lecture, j’ai pris touuuuuuuut mon temps pour bien apprécier cet ENORME coup de coeur.
Comme pour les poupées russes, les histoires s’imbriquent les unes dans les autres, pour finir en feu d’artifice.
J’ai aimé, incontestablement, la narration. Le plaisir de lire a été évident, du début à la fin, car tout est maîtrisé. Des références musicales glissées ça et là, poétiques, historiques à l’humour voire même à quelques éclats de rire ; de l’histoire personnelle des personnages ; de leur ressenti parfois indécis et malmené : tout est bon !!!
J’ai aimé, à l’intérieur des courts chapitres où l’écriture est dynamique, ces flashbacks, ces périodes passées indispensables et indissociables pour mieux apprécier l’histoire.
J’ai aimé toute cette humanité, cet amour, cette amitié, cette bienveillance, pas gagnés au vu des circonstances, que l’auteur a su introduire dans son roman, toujours au bon moment.
Et enfin, j’ai aimé le thème abordé : brut, dur, flippant, affligeant, écoeurant et tellement présent.
Merci pour cet exceptionnel moment de lecture.
Top 10 assuré !!!!

A lire de toute urgence !!!

Je remercie chaleureusement les éditions JIGAL pour leur confiance et pour leur découverte de pépite.

Auteur(e) français(e), espionnage

Noir diamant de Jean-Hugues OPPEL

Résumé de l’histoire : Officier à la CIA, Lucy Chan a survécu à une explosion qui aurait dû lui être fatale. Comble de l’ironie, c’est l’agence qui l’emploie qui a décidé de cette frappe ciblée qui la condamnait. De quoi lui donner envie de passer pour morte et de disparaître. Mais il y a à la CIA une femme qui ne peut croire que Lucy soit une mortelle comme les autres. Son ancienne formatrice, Darby Owens, aujourd’hui sous-directrice à l’Agence, a bien l’intention de retrouver la jeune femme. Car un agent invisible, que tout le monde pense mort et qui ne figure plus dans aucun registre, peut parfois rendre des services inestimables. Justement, à la frontière franco-allemande, il faudrait aller voir ce qui se trame… De manigances secrètes en combats explosifs, Jean-Hugues Oppel nous guide sur les traces de deux femmes qui jouent un jeu trouble sur l’échiquier des tractations internationales.

Ca n’engage que moi : Très grosse déception !!!
Je n’ai pas aimé la narration, trop alambiquée, trop critique sur notre société,
Je n’ai pas aimé le style d’écriture qui m’a beaucoup dérangée et qui m’a perdue plein de fois, pourtant
J’ai beaucoup aimé les personnages, ce lien très fort entre eux, cet humour, cette bienveillance parfois.
Je regrette de n’avoir pas compris où l’auteur voulait en venir, car le résumé du livre annonçait une très bonne histoire d’espionnage.
La prochaine fois peut-être que ça le fera…

Je remercie chaleureusement les éditions de la Manufacture de livres pour leur confiance.

Sortie nationale le 06 mai 2021.

Auteur(e) français(e), Faits divers, Psychologie

Rendors-toi tout va bien d’Agnès LAURENT

Résumé de l’histoire : Derrière les vies ordinaires peuvent se cacher les plus terribles secrets…
Une femme dans une voiture délabrée, une autoroute, un jour de grand départ. Et soudain, l’accident. Qui est la victime ? Épouse, mère, femme ordinaire ? Qu’a-t-elle fait durant les heures qui ont précédé le choc ? Pourquoi son mari a-t-il été arrêté un peu plus tôt ?
Depuis sa cellule de garde à vue, ce dernier cherche à comprendre pourquoi sa femme a pris la fuite. Que n’a-t-il pas vu, que n’a-t-il pas voulu voir derrière les  » rendors-toi, tout va bien  » de celle qui vivait à ses côtés ? Et si, lui aussi, avait sa part de culpabilité ?
Simples voisins, amis, parents… au cours de cette journée, ils ont croisé ceux qui allaient devenir les personnages d’un terrible fait divers. Tour à tour, ils racontent ce qu’ils savent de ce couple sans histoire ou ce qu’ils pensent en savoir. Il y a des choses inimaginables tant elles dépassent l’entendement.
Un premier roman d’une finesse psychologique remarquable, qui dit avec justesse le glissement d’une femme jusqu’à sa disparition et qui nous interroge de manière lancinante… Que sait-on de nos proches, que sait-on de ces vies que l’on frôle ?

Ca n’engage que moi : Une très belle réussite !!! pour un premier roman.
J’ai aimé la narration, où chaque personnage raconte, témoigne, s’interroge,
J’ai aimé cette histoire racontée sur 24h ou comment une vie peut basculer,
J’ai aimé le suspense, je me suis laissée emporter par le tourbillon de la vie de ce couple,
J’ai aimé le thème, que je n’ai découvert que très tardivement dans ma lecture ; quelques indices semés ici et là, très intimes, m’ont permis sans vouloir trop y croire que c’était ça,
J’ai aimé comment l’auteure a abordé le côté psychologique et les racines du mal de ces deux principaux personnages,
J’ai aimé les débuts de réponses apportées dès que le voile a été levé,
J’ai aimé l’approche littéraire, journalistique, des chapitres courts, précis, juste ce qu’il faut.

A découvrir de toute urgence.

Je remercie chaleureusement les éditions PLON pour leur confiance et l’auteure pour sa gentille dédicace.

Sortie nationale le 12 mai 2021.

Auteur(e) français(e), Policier

Vert samba de Charles AUBERT

Résumé de l’histoire : Mettez-vous au vert
Le cadavre d’un ostréiculteur est retrouvé près d’un étang. Puis un second. Coïncidence mystérieuse : les deux ont le même tatouage sur le bras.
Il n’en fallait pas plus pour relancer Lizzie et Niels. Accompagné de Vieux Bob et du capitaine Malkovitch, le couple va tenter de mettre la lumière sur cette affaire sordide.
Une enquête qui les conduira sur les traces d’un vieux groupe de rock local dont les membres semblent appartenir à l’extrême droite locale.

Ca n’engage que moi : Toujours aussi plaisant à lire, l’ambiance est plus intimiste et basée sur les personnalités, les vies passées des personnages. J’ai senti dès le début que des tensions étaient présentes et profondes pour certains. Les sentiments que se portent les uns aux autres sont dévoilés et vont être mis à rude épreuve ; certaines vérités seront dites et très dures à accepter.
L’histoire des meurtres va également impacter ce noyau de femmes et d’hommes aux forts caractères ; tout explosera. Peut-être que cela sera un mal pour un bien ; j’espère que je retrouverai le couple LIZZIE et NIELS, car « Rose madison » est un joli titre pour un bonheur peut-être retrouvé.
Un récit très abouti que je vous recommande.
Emotionnellement, vraisemblablement le plus intéressant.

Je remercie chaleureusement les éditions SLATKINE pour leur confiance.
Sortie nationale le 11 mars 2021.

Arts (musique, peinture, sculpture,), Auteur(e) français(e), Policier

Jeu de peaux d’Anouk SHUTTERBERG

Résumé de l’histoire : 2019. À trente-trois ans, Juliano Rizzoni est un jeune peintre prodige encensé par la scène artistique contemporaine internationale.
Jet-setter et jouisseur à l’extrême, il affole autant les Unes des tabloïds que les galeries prestigieuses du monde entier.
Initié au Japon à la technique du tatouage Irezumi, aussi violente qu’ancestrale, il signe dix tatouages d’art sur le dos de ses amant(e)s.
L’affaire prend une tournure inquiétante lorsque les peaux tatouées sont déposées anonymement chez Sotheby’s Paris pour une mise aux enchères hors norme.
En l’absence de corps, le commissaire Stéphane Jourdain et l’inspectrice Lucie Bunevial, sont saisis de l’enquête pour homicides multiples.
Une affaire sanglante et terrifiante qui les mènera d’un bout à l’autre de la planète dans le milieu de l’art contemporain.

Ca n’engage que moi : Très belle découverte mais quel culot de la part de l’auteure pour un premier livre. Le thème abordé, les retours passé-présent auraient pu me dérouter si l’auteure, justement, n’avait pas maitrisé du début à la fin son histoire. J’ai beaucoup aimé ces moments passés au Japon et la cérémonie autour du tatouage sur les peaux ; j’ai également très vite changé d’avis sur ce jeune peintre prodige ; tous les codes qu’il suit méticuleusement pour mener à bien son apprentissage. C’est essentiellement cette partie du roman qui m’a le plus interpellée et que j’ai le plus apprécié ; non pas que le reste soit mauvais mais dès le retour du Japon, l’enquête policière va très vite venir sur les devants de la scène et c’est en grande partie grâce à l’originalité du thème qui vient mettre du piment dans ce récit qui fait la force de ce premier livre.
Je vous conseille vivement ce roman.

Je remercie chaleureusement l’auteure pour sa gentille dédicace et les éditions SEUIL Cadre noir pour leur confiance.
Sortie nationale le 1er avril 2021.

Auteur(e) français(e), Roman, feel-good

Vers le soleil de Julien SANDREL

Résumé de l’histoire : IL N’EST RIEN POUR ELLE, MAIS ELLE N’A PLUS QUE LUI…UN BIJOU D’ÉMOTION
14 août 2018. Tess part vers la Toscane, où elle doit rejoindre pour les vacances sa fille Sienna et l’oncle de celle-ci, Sacha. Mais alors qu’elle fait étape chez sa meilleure amie à Gênes, un effroyable grondement ébranle la maison, et tout s’écroule au-dessus d’elle. Une longue portion du pont de Gênes vient de s’effondrer, enfouissant toute la zone. Tess est portée disparue.
Lorsque Sacha apprend la catastrophe, c’est tout leur univers commun qui vole en éclats. Tous leurs mensonges aussi. Car Sacha n’est pas vraiment l’oncle de cette petite fille de neuf ans : il est un acteur, engagé pour jouer ce rôle particulier quelques jours par mois, depuis trois ans. Un rôle qu’il n’a même plus l’impression de jouer tant il s’est attaché à Sienna et à sa mère. Alors que de dangereux secrets refont surface, Sacha sait qu’il  n’a que quelques heures pour décider ce qu’il veut faire si Tess ne sort pas vivante des décombres : perdre pour toujours cette enfant avec laquelle il n’a aucun lien légal… ou écouter son coeur et s’enfuir avec elle pour de bon ?
En attendant, il décide de cacher la vérité à la petite fille, et de la protéger coûte que coûte.

Ca n’engage que moi : L’auteur, à travers ses histoires, a toujours su me toucher. Et dans ce nouveau roman, où l’action se déroule pendant la tragédie du pont de Gênes, à travers les yeux d’un intermittent de la paternité et d’une fillette au tempérament bien affirmé, la tendresse, l’amour, l’humour, le partage, l’amitié vont faire de ce récit très émouvant ; un rendez-vous que je ne pouvais manquer. Toute l’histoire de Sienna et de sa maman m’ont bouleversée et émue.
Une narration riche en émotions, l’espoir toujours présent pour de meilleurs lendemains. Du baume au coeur en perspective.
Ne manquez pas cette nouveauté.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 24 février 2021