Chères lectrices, chers lecteurs,

Une petite pause s’impose … les vacances de février sont là.

Une escapade à la montagne est prévue ; je serai indisponible pour ces dix jours à venir. J’espère vous retrouvez très bientôt …

Je vous souhaite de bonnes lectures.

A tantôt !!!!!

D’une vie à l’autre de Martine DELOMME

« C’est la première fois que je mêle intimité et imaginaire, vécu et romance. Ce fut passionnant et douloureux » Martine DELOMME

Diane a une imagination incroyable pour créer des modèles de vêtements qui font le plaisir des acheteuses mis aussi de son patron. Diane a une petite cinquantaine, styliste, femme moderne, mariée à Rémy, une petite fille Aude, elle vît à cent à l’heure. Travaillant sur Paris, ses horaires sont ceux d’une passionnée : illimités.

Un jour, sous les yeux d’Aude, Rémy a une rupture d’anévrisme mortelle. Anéanties, elles vont devoir reconstruire leurs vies avec ce vide immense. Heureusement, elles peuvent compter sur les parents de Rémy. Mais des décisions doivent être prises : changement de vie ? de travail ? de région ? Seront-elles les bonnes ?

Ce roman n’est pas que « intimité et imaginaire, vécu et romance ». L’auteure a également introduit une petite intrigue policière qui fait que des rebondissements inattendus vont arriver.

Trop de polars tuent le polar. J’ai décidé de faire une pause dans mes lectures policières.

J’ai choisi le roman de Martine DELOMME car la quatrième de couverture m’a attirée. J’ai beaucoup aimé cette histoire et je ne regrette pas mon choix. Tout d’abord, la lecture est très agréable, l’écriture est soignée, l’histoire est un témoignage romancé qui ne m’a, à aucun moment, plongé dans la tristesse. J’ai senti, grâce aux mots, que l’héroïne était une battante, une combattante ; son envie de se sortir de ce deuil pour elle et surtout pour sa fille est une force. J’aime ce dynamisme. De plus, tout le monde peut être confronter à cette situation. Ce livre m’a fait réfléchir sur le vide et la perte d’un être cher : comment aurais-je réagi ?

Si vous aimez les témoignages, le roman sociétal, si vous avez besoin d’un peu d’optimisme dans votre vie, alors je vous recommande ce livre.

J’ai été ravie d’avoir découvert cet ouvrage.

Je remercie chaleureusement les éditions de l’Archipel pour leur confiance. Sortie nationale le 09 janvier 2019.

Extrait du livre page 106 : « – Chez l’enfant, comme chez l’adulte, la disparition d’un proche est une épreuve difficile. L’acceptation est la première étape du deuil. Or, Aude est toujours dans le déni. Et l’enfant calque souvent son comportement sur celui des adultes qui l’entourent. »

Résumé de l’histoire :

Diane, tout juste 50 ans, s’est construit un quotidien agréable auprès de son mari Rémy et de leur petite Aude, née miraculeusement il y a cinq ans. Mais tout s’écroule le jour où Rémy s’effondre, foudroyé par une rupture d’anévrisme sous les yeux de leur fille. Seule, Diane se retrouve confrontée à de nombreux obstacles. Prendre soin d’Aude et assurer comme styliste dans le prêt-à-porter de luxe semble difficilement conciliable… Après avoir passé les fêtes auprès de ses beaux-parents dans le Béarn, Diane décide de prendre une année sabbatique pour s’y installer. Elle s’implique dans la filature de tissus en crise de son beau-père. De défis en désillusions, c’est une nouvelle vie pleine de surprises qui attend Diane et Aude…

Biographie de l’auteure :

Martine Delomme, née en 1949 à Bordeaux, est un écrivain français.

Martine Delomme mène tambour battant deux vies : celle d’une chef d’entreprise, créatrice de la revue France-Export dédiée aux vignerons, et celle d’une amoureuse de l’écriture. Elle est déjà l’auteure d’un roman historique publié en 1995 et de pièces de théâtre pour enfants.

Œuvres :

  • Un été d’ombre et de lumière, 2009
  • Le Retour aux Alizés, 2011
  • Les Eaux noires, 2012,
  • Un automne en clair-obscur, 2014,  
  • La Mémoire des anges, 2015,  
  • Le Pacte du silence, 2016,
  • Après les ténèbres, 2017,  


Martine DELOMME

Organigramme de Jacques PONS

QUAND TU TOMBES DE TON PIEDESTAL,
CA PEUT FAIRE MAL …

1er roman, Coup de coeur RTL 2018

Ce premier livre est une vraie réussite et un grand coup de coeur de ce début d’année 2019.

Nous sommes plongés dans le monde de la mode. La pression est énorme ; le défilé de prêt à porter arrive et tout doit être prêt. Les équipes sont dans les startings blocks : la cadence de travail est stressante et infernale.

Pour stimuler ses proches collaborateurs, le Président Directeur Général Louis Laigneau et tout son codir (comité de direction) décident d’organiser un séminaire de trois jours au Maroc. A leur arrivée à l’aéroport, le directeur administratif et financier disparaît sans donner d’explications. Tant pis, peut-être est-il (re)parti ….

Tout se passe pour le mieux ; le week-end touche à sa fin. Une soirée de clôture est organisée, les équipes s’amusent bien. Pourtant, à leur réveil, le lendemain matin, des couples se sont formés, les langues sont pâteuses, mais personne ne se souvient … Des questions vont se poser lorsque des SMS douteux sont reçus par l’une, des lettres anonymes envoyées à l’autre … bref le retour sur Paris sera pesant. Mais qui est derrière tout ça ? Qui a intérêt de se venger de Louis Laigneau ? Le responsable de la sécurité et bras droit du PDG et l’une des salariés vont mener l’enquête, chacun de leurs côtés ; ce qu’ils découvriront ne sera pas très beau …

L’auteur décrit avec justesse et réalisme, le monde impitoyable du travail, le stress, comment arrive-t-on au burn-out, comment mettre la pression sur les personnes, comment être toujours au top pour sauver sa peau, comment assumer la perfection de soi dans une grande ville comme Paris et assumer sa vie personnelle. Le choix du milieu de la mode et de la grande ville sont sûrement de très beaux exemples : jalousie, autorité, abus de pouvoirs, fatigue nerveuse, déprime … dans tous les cas c’est comme cela que je l’ai perçus. Pure fiction ou réalité ? A vous de juger …

J’ai adoré ce livre parce que le suspense est là, tout de suite et il ne fait que monter en intensité jusqu’à la fin. J’ai été prise dans l’action, je n’ai pas lâché ma lecture (deux jours) pour savoir qui avait intérêt à tirer toutes ces ficelles. De plus, j’ai trouvé que, malgré que ce soit un roman, les tableaux de vie étaient très réalistes, je me suis aussi posée des questions sur tout ce qui tournait autour de la mode et qu’on ne voit pas … J’ai noté que ce milieu était fait de beaucoup de superflus, ce n’est pas pour moi (sauf dans les romans).

Je vous recommande vivement cette histoire ; pour passer un très bon moment de lecture. Sortie nationale le 20 septembre 2018

Lu en version numérique (pas d’extrait du livre).

Résumé de l’histoire :

La vision sans exécution n’est qu’hallucination.
Telle est la devise du célèbre patron de la Maison Louis Laigneau, fleuron du luxe français. Martelée en chaque occasion, de séminaires de créativité entre beautiful people en conférence calls des membres du CoDir, elle va également devenir celle d’un tueur dont le seul but est d’anéantir de façon brutale, méthodique et cruelle l’intégralité de l’entreprise et de ses salariés.
Quelles sont ses motivations ? Quelles sont réellement ses cibles ? Pourquoi un tel déferlement de haine froide ?
Une chose est sûre: rien ni personne ne sera épargné dans la réalisation de ce mortel projet.

Biographie de l’auteur :

Jacques Pons travaille depuis plus de quinze ans dans l’univers de la mode.

C’est cette expérience qui lui a inspiré l’écriture d' »Organigramme », son premier roman, dans le cadre du concours du meilleur thriller 2018 présidé par Michel Bussi 2018, pour lequel il a reçu le Coup de cœur RTL.

La fille derrière la porte de Patricia HESPEL

IL NE FAUT JAMAIS FAIRE CONFIANCE
AUX INCONNU(E)S …

116506990

Patricia HESPEL est une auteure belge ; « La fille derrière la porte » est son premier thriller psychologique, salué par le prix « largement mérité » du suspense psychologique 2017, sous la présidence de Franck THILLIEZ.

Emmy a tout perdu : son mari, parti avec une femme plus jeune, ses enfants. Elle végète dans son appartement ; elle évite ses voisins, sa concierge, sort très peu … bref, un burn-out, désenchantement, renoncement.

Pourtant, un jour, contre toute attente, Emmy va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie : Léna, sa nouvelle voisine. Une vraie amitié va naître en ces deux femmes. Mais qui sont Emmy et Léna ?????

L’auteure nous fait voyager dans le passé, sordide, et le présent de nos deux amies. Les délires, les menaces, la bipolarité, le sadisme, la dépendance, la rencontre déroutante de tiers personnes, sont autant d’éléments qui font de ce roman, un huis-clos EPOUSTOUFLANT.

J’ai adoré cette histoire ; ce livre est captivant ; la description des caractères des personnages est effrayante, recherchée, tellement vraie, l’imbrication des deux périodes « hier-aujourd’hui » s’assemble comme un macabre puzzle. Impossible de lâcher cette lecture.

Et que dire de la fin : tragique et interrogative, « qui est qui ? » mais chuuuuuuuut !!!

A lire ABSOLUMENT ; ne passez pas à côté. ♥♥♥♥

PS : Et en plus, l’auteure est très accessible, souriante, chaleureuse ; j’ai eu la chance de la rencontrer, par hasard, à la foire du livre de Bruxelles dernièrement. Tellement émue de la voir, que j’ai oublié de faire un selfie. Ce n’est que partie remise …

Extrait de « La fille derrière la porte » page 9 : « Dans le cagibi, ça sent mauvais, le sol est froid. Il fait noir et elle ne peut pas s’empêcher de penser aux toiles d’araignée qui pendent du plafond. »

Résumé de l’histoire : Emmy a tout perdu : son mari, parti avec une autre, et ses enfants, qui vivent désormais chez leur père. Il ne lui reste plus rien. Que le silence et le vide qui la renvoient à sa solitude. Accablée par la tristesse, Emmy perd pied. Jusqu’au jour où elle croise Léna, sa nouvelle voisine, une femme libre et décidée avec l’aide de laquelle elle va peu à peu remonter la pente. Du moins, jusqu’à ce qu’elle réalise que la confiance absolue qu’elle a placée en sa nouvelle amie pourrait avoir des allures d’emprise. Cette main tendue pourrait ne pas être aussi innocente qu’il y paraît…
Cet ouvrage a reçu le Prix du suspense psychologique 2017

Biographie de l’auteure : Patricia Hespel est née en 1969 en Belgique. Passionnée par la lecture, elle écrit depuis l’adolescence. Son premier roman, Au bout du chemin, a paru en 2013 aux Éditions Les Nouveaux Auteurs. Il a été récompensé par le Grand Prix du roman Femme actuelle. La Fille derrière la porte, son deuxième ouvrage, a paru chez le même éditeur et a été récompensé du Prix du suspense psychologique 2017.

AVT_Patricia-Hespel_2017

Derrière les portes de BA PARIS

LA CURIOSITE EST UN VILAIN DEFAUT …

51CXdWaEUdL

BA PARIS a publié son premier roman début 2017 (05/01/2017) « Derrière les portes » en nous racontant le destin d’un homme et d’une femme dont tout oppose.

Jack est un brillant avocat, défenseur des femmes battues. Jeune, charmeur, poli, beau gosse, il tombe follement amoureux de Grace, en la croisant dans un parc.

Grace est une femme élégante, humaine, bien dans sa peau ; elle s’occupe avec beaucoup de dévouement de sa jeune soeur, Millie, trisomique, placée dans un centre spécialisé. Grace travaille chez Harrods, en qualité d’acheteuse de fruits ; elle voyage beaucoup (Argentine et Chili).

La rencontre de ces deux personnes va vite virer au cauchemar …

Cette histoire est une pure fiction … quoique, n’y-a-t-il pas autour de nous des couples bizarres ????? Un roman/thriller purement psychologique ou comment mélanger manipulation et violence.

Ce livre m’a plu car je reconnais une écriture agréable et simple à l’auteure. L’histoire est racontée avec un crescendo d’émotions. Je n’ai jamais lâché ma lecture. Pourtant, ce premier livre est très irrégulier dans les sensations. Je trouve que le caractère des personnages n’est pas assez approfondi, pas assez de « peps », un peu « gnangnan », certains passages n’ont, à mon avis, que peu d’intérêt pour l’histoire (comme par exemple, lors de la deuxième rencontre dans les WC entre Millie et Grace ou expliquer en long, en large le deuxième voyage en ThaÏlande.)

J’ai été déçue par la fin … tout ça pour ça.

Je dirai, cependant, que l’auteure a quand même réussi à me faire aller au bout de son roman ; même si certaines choses ne m’ont pas plu, je reste persuader qu’il faut suivre BA PARIS dans son futur. ♥♥♥

Extrait du livre page 115 : « Il a plaqué ses paumes sur mes épaules. Pétrifiée par la terreur, j’ai attendu qu’il les serre autour de mon cou. »

Résumé de l’histoire : En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L’amour, l’aisance financière, le charme, une superbe maison.
Le bonheur. Vous connaissez tous un couple comme celui qu’ils forment, le genre de couple que vous aimeriez connaître mieux. Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L’inviter à déjeuner, seule. Et pourtant, cela s’avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Jack et Grace l’un sans l’autre. Est-ce cela que l’on appelle le grand amour ? À moins que les apparences ne soient trompeuses. Et que ce mariage parfait ne dissimule un mensonge parfait. Car pourquoi Grace ne répond-elle jamais au téléphone ? Et pourquoi les fenêtres de la chambre sont-elles pourvues de barreaux ?

14425604

Bienvenue à Cotton’s Warwick de Michael MENTION

APRES LES CASTORS ZOMBIES,
VOILA LES KANGOUROUS ZOMBIES

CVT_Bienvenue-a-Cottons-warwick_5819

Michaël MENTION n’en ait pas à son premier roman mais pour moi la lecture de celui-ci est une découverte. Les critiques lues par-ci, par-là étaient assez positives et pourtant …

Petit village au fin fond de l’Australie, une femme entourée de seize hommes vivotent. La loi est faite par un shérif, un homme corrompu, autoritaire, violent, dealeur. La seule distraction est le bar de Karen, hérité de son père décédé, diffuse du disco. Les hommes s’ennuient alors ils picolent, ils rotent, ils pissent, ils s’invectivent … Un jour les autorités sont appelés car des éléments bizarres viennent perturber la quiétude de Cotton’s Warwick.

Nous allons plonger dans l’horreur, la noirceur, la puanteur de l’homme. D’une violence incroyable, l’auteur a réuni tous les ingrédients pour effrayer, dégoûter le lecteur. C’est mon avis.

Je n’ai pas particulièrement aimé ce livre car ce n’est pas mon style de lecture. Trop noir, trop violent, trop surnaturel, trop étrange ; je me suis demandée si le mélange du fantastique et le noir était une bonne chose. Cependant, je reconnais volontiers que l’auteur a réussi à me faire peur, grimacer, écoeurer ; je me suis accrochée et j’ai été jusqu’au bout du récit. Une prouesse !!!!! ♥♥♥♥

Sortie nationale le 07 février 2016.

Extrait du livre page 175 : « Baise-la, Sam ! Montre-lui ce que c’est un homme ! »

Résumé du livre : « Ici, il n’y a rien. Excepté quelques fantômes à la peau rougie de terre, reclus dans le trou du cul de l’Australie. Perdus au fin fond du Northern, ce néant où la bière est une religion et où les médecins se déplacent en avion. »

Australie, Territoire du Nord. Dans l’Outback, on ne vit plus depuis longtemps, on survit. Seize hommes et une femme, totalement isolés, passent leurs journées entre ennui, alcool et chasse. Routine mortifère sous l’autorité de Quinn, Ranger véreux.
Tandis que sévit une canicule sans précédent, des morts suspectes ébranlent le village, réveillant les rancœurs et les frustrations. Sueur, folie et sang. Vous n’oublierez jamais Cotton’s Warwick.

Biographie de l’auteur : Né en 1979, Michaël Mention est romancier et scénariste. Passionné de rock et d’histoire, il accède à la reconnaissance avec Sale temps pour le pays (Grand Prix du roman noir français au Festival de Beaune en 2013), … Et Justice pour tous (Prix Transfuge du meilleur espoir polar en 2015), tous deux parus dans la collection Rivages/noir, ainsi que Jeudi Noir aux éditions Ombres Noires.

maxresdefault

Bleu sang de Viviane MOORE

OYE OYE GENTE DAMES !!!!!!

galeran-de-lesneven-tome-4-bleu-sang-1616942-264-432

Cette histoire est malheureusement le tome 3 de la série Galeran de Lesneven. Et je vous conseille vivement de commencer par le début car j’ai été un peu déroutée par les personnages et leur passé.

L’histoire se déroule à Chartres, au Moyen-Age, pendant le règne d’Aliénor d’Aquitaine et Louis VII. Galeran de Lesneven arrive sur le chantier de la future Cathédrale et se retrouve très vite confronter à la misère, à la mort, aux ivrognes, aux prostituées, à l’amour.

L’auteure utilise très souvent le vocabulaire d’époque, ce qui confirme une vraie recherche des us et coutumes.

Je reste cependant dubitative sur cette lecture car je ne sais pas si j’ai aimé. Je me suis parfois ennuyée. Je n’ai pas pu apprécier, surement à sa juste valeur, l’écriture de cette auteure. L’enquête policière est un peu légère ; la fin est bizarre.

Je ne vais pas laisser tomber pour autant la lecture des romans de Viviane MOORE, car j’ai prévu dans les prochains mois de commencer une nouvelle série (3 tomes) qui se passera dans le milieu médical. Je vous tiendrai au courant.

A essayer. Sortie nationale en 1997. ♥♥

Résumé de l’histoire : En 1134, un incendie a ravagé la bonne ville de Chartres. Les causes du désastre – ou leurs auteurs – n’ont jamais été découvertes.

Mais, dix ans plus tard, Galeran de Lesneven, jeune chevalier breton et fin lettré, soupçonne le criminel de hanter toujours les lieux du sinistre.

Alors que des centaines d’ouvriers édifient la grande cathédrale à la gloire de Dieu, Galeran fait connaissance avec l’enfer dans les bas-fonds de la ville, où écorcheurs, prostituées et assassins se livrent une bataille sans merci.

Biographie de l’auteure : Viviane Moore est née en 1960 à Hong-Kong, d’un père architecte et d’une mère maître verrier. Elle débute sa carrière comme photographe à l’âge de dix-neuf ans. Elle devient ensuite journaliste indépendante, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Elle vit aujourd’hui près de Versailles. Sa série de romans historiques mettant en scène le chevalier Galeran de Lesneven la fait rapidement connaître du grand public, un succès confirmé avec « La saga de Tancrède le Normand », dans la collection Grands détectives des Éditions 10/18. Après La Femme sans tête et L’Homme au masque de verre, Le Souffleur de cendres est le troisième roman d’un cycle consacré à l’alchimie.
Site de l’auteur : http://www.vivianemoore.com

220px-Viviane_Moore_au_salon_du_livre_de_Paris_2012