Arts (musique, peinture, sculpture,), Auteur(e) français(e), Policier

Jeu de peaux d’Anouk SHUTTERBERG

Résumé de l’histoire : 2019. À trente-trois ans, Juliano Rizzoni est un jeune peintre prodige encensé par la scène artistique contemporaine internationale.
Jet-setter et jouisseur à l’extrême, il affole autant les Unes des tabloïds que les galeries prestigieuses du monde entier.
Initié au Japon à la technique du tatouage Irezumi, aussi violente qu’ancestrale, il signe dix tatouages d’art sur le dos de ses amant(e)s.
L’affaire prend une tournure inquiétante lorsque les peaux tatouées sont déposées anonymement chez Sotheby’s Paris pour une mise aux enchères hors norme.
En l’absence de corps, le commissaire Stéphane Jourdain et l’inspectrice Lucie Bunevial, sont saisis de l’enquête pour homicides multiples.
Une affaire sanglante et terrifiante qui les mènera d’un bout à l’autre de la planète dans le milieu de l’art contemporain.

Ca n’engage que moi : Très belle découverte mais quel culot de la part de l’auteure pour un premier livre. Le thème abordé, les retours passé-présent auraient pu me dérouter si l’auteure, justement, n’avait pas maitrisé du début à la fin son histoire. J’ai beaucoup aimé ces moments passés au Japon et la cérémonie autour du tatouage sur les peaux ; j’ai également très vite changé d’avis sur ce jeune peintre prodige ; tous les codes qu’il suit méticuleusement pour mener à bien son apprentissage. C’est essentiellement cette partie du roman qui m’a le plus interpellée et que j’ai le plus apprécié ; non pas que le reste soit mauvais mais dès le retour du Japon, l’enquête policière va très vite venir sur les devants de la scène et c’est en grande partie grâce à l’originalité du thème qui vient mettre du piment dans ce récit qui fait la force de ce premier livre.
Je vous conseille vivement ce roman.

Je remercie chaleureusement l’auteure pour sa gentille dédicace et les éditions SEUIL Cadre noir pour leur confiance.
Sortie nationale le 1er avril 2021.

Auteur(e) allemand(e), Psychologie, Thriller

Le cadeau de Sebastian FITZEK

Résumé de l’histoire :  » Les thrillers de Fitzek sont toujours à couper le souffle !  » Harlan Coben
Il est des cadeaux qu’on préférerait ne jamais recevoir.
Arrêté à un feu à Berlin, Milan Berg aperçoit sur le siège arrière d’une voiture une ado terrorisée qui plaque une feuille de papier contre la vitre. Un appel au secours ? Milan ne peut en être certain : il est analphabète. Mais il sent que la jeune fille est en danger de mort.
Lorsqu’il décide de partir à sa recherche, une odyssée terrifiante commence pour lui. Accompagné d’Andra, sa petite amie, Milan est contraint de retourner sur l’île de son enfance. Là, il va découvrir des pans entiers de son passé qu’il avait oubliés.
Une cruelle prise de conscience s’impose alors : la vérité est parfois trop horrible pour qu’on puisse continuer à vivre avec elle – et l’ignorance est souvent le plus beau des cadeaux.
Comme à son habitude, Sebastian Fitzek a imaginé un scénario diabolique qui manipule le lecteur pour son plus grand plaisir.

Ca n’engage que moi : Il a raison Harlan Coben « Les thrillers de Fitzek sont toujours à couper le souffle ! ». Et celui-ci est excellent, vraisemblablement l’un de ses meilleurs depuis quelques années.
Du thriller psychologique basé essentiellement sur la reconstruction de soi, de l’acceptation de vivre en société, de la quête de vérité et de la main tendue par les autres.
Ce cadeau est très inattendu pour celui qui n’attend rien, et pourtant, à l’intérieur de ce paquet, se trouveront toutes les réponses mais il peut être empoisonné aussi. Je vous conseille vivement de vous plonger dans ce nouveau roman, la fin est géniale.

Je remercie chaleureusement Mylène de l’Archipel pour sa confiance.
Sortie nationale le 04 mars 2021.

Auteur(e) belge, Humour, Policier

Les bonbons de Bruxelles de Nadine MONFILS

Résumé de l’histoire : Le commissaire Léon se rend à Bruxelles, pour l’enterrement de son oncle Jef. Dans le train, il rencontre Madeleine, une vieille dame étrange qui semble provenir d’une autre époque. Elle parle un peu avec lui et lui montre une lettre d’amour qu’Augustin, l’homme de sa vie  » partit au ciel « , lui a écrite dans les années quarante. Puis elle offre un bonbon à Léon avant de disparaître mystérieusement. C’est en se baladant sur le marché aux puces des Marolles, que Léon découvre une valise remplie de lettres de 1940, adressées à Madeleine et signées Augustin. Convaincu que le hasard n’existe pas, le commissaire Léon décide de se mettre à la recherche de Madeleine. Mais il apprend qu’elle est morte depuis longtemps.

Ca n’engage que moi : Très déçue par cette septième aventure du commissaire Léon. Je n’ai pas retrouvé tout l’humour, tout le pep’s des personnages hauts en couleur.
Je me suis également vite ennuyée avec l’histoire car je n’ai pas trop compris où l’auteure voulait m’emmener. Entre présent et passé, je n’ai plus trop su où se situait l’histoire.
Dommage.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 10 mai 2001

Auteur(e) italien(ne), Humour

Ciao bella de Serena GIULIANO

Résumé de l’histoire : Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé. Pour affronter sa deuxième grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux.
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?
Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente.

Ca n’engage que moi : Un moment de détente que je renouvellerai. Que de légèretés, de rires, de grincements de dents, de pétage de plomb que l’auteure a su mettre en scène.
Un récit sans prétention mais qui à la mérite de parler, je crois, à de nombreuses femmes/mamans qui auront lu ce livre.
Des personnages touchants, un franc-parler qui m’a, parfois, fait beaucoup rire.
Que cela fait du bien en cette période.
Si vous avez envie de vous changer les idées sans vous prendre la tête, alors n’hésitez pas à lire « Ciao bella » !!! Mais n’abusez pas trop du Limoncello.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 05 mars 2020.

Auteur(e) français(e), Roman, feel-good

Vers le soleil de Julien SANDREL

Résumé de l’histoire : IL N’EST RIEN POUR ELLE, MAIS ELLE N’A PLUS QUE LUI…UN BIJOU D’ÉMOTION
14 août 2018. Tess part vers la Toscane, où elle doit rejoindre pour les vacances sa fille Sienna et l’oncle de celle-ci, Sacha. Mais alors qu’elle fait étape chez sa meilleure amie à Gênes, un effroyable grondement ébranle la maison, et tout s’écroule au-dessus d’elle. Une longue portion du pont de Gênes vient de s’effondrer, enfouissant toute la zone. Tess est portée disparue.
Lorsque Sacha apprend la catastrophe, c’est tout leur univers commun qui vole en éclats. Tous leurs mensonges aussi. Car Sacha n’est pas vraiment l’oncle de cette petite fille de neuf ans : il est un acteur, engagé pour jouer ce rôle particulier quelques jours par mois, depuis trois ans. Un rôle qu’il n’a même plus l’impression de jouer tant il s’est attaché à Sienna et à sa mère. Alors que de dangereux secrets refont surface, Sacha sait qu’il  n’a que quelques heures pour décider ce qu’il veut faire si Tess ne sort pas vivante des décombres : perdre pour toujours cette enfant avec laquelle il n’a aucun lien légal… ou écouter son coeur et s’enfuir avec elle pour de bon ?
En attendant, il décide de cacher la vérité à la petite fille, et de la protéger coûte que coûte.

Ca n’engage que moi : L’auteur, à travers ses histoires, a toujours su me toucher. Et dans ce nouveau roman, où l’action se déroule pendant la tragédie du pont de Gênes, à travers les yeux d’un intermittent de la paternité et d’une fillette au tempérament bien affirmé, la tendresse, l’amour, l’humour, le partage, l’amitié vont faire de ce récit très émouvant ; un rendez-vous que je ne pouvais manquer. Toute l’histoire de Sienna et de sa maman m’ont bouleversée et émue.
Une narration riche en émotions, l’espoir toujours présent pour de meilleurs lendemains. Du baume au coeur en perspective.
Ne manquez pas cette nouveauté.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 24 février 2021

Auteur(e) français(e), Faits divers, Policier

Et puis mourir de Jean-Luc BIZIEN

Résumé de l’histoire : Plusieurs samedis d’affilée, alors que tous les services de police de France sont mobilisés par les manifestations des gilets jaunes, de meurtres sont commis dans les beaux quartiers de Paris. Cela pourrait être l’œuvre d’un déséquilibré qui aurait poussé jusqu’à la vengeance les revendications de justice sociale, mais le commandant Jean-Yves Le Guen n’y croit pas.
Avec son adjoint, le capitaine Patriziu Agostini, ils jouent contre la montre. Car l’idée d’un «  meurtrier gilet jaune  » menace de faire l’objet de récupérations politiques qui ne feraient qu’empirer la situation – et le prochain samedi de protestations se rapproche.
Un polar d’actualité mêlant revendications sociales et vengeance personnelle – sur fond de Paris en état d’urgence.

Ca n’engage que moi : Excellent polar. J’ai découvert l’auteur grâce à ce roman et il me tarde d’en lire d’autres.
Au départ, j’ai eu un petit peur de tomber dans une narration pro-gilets jaunes, mais le contexte tient juste lieu de décor, car si justement, ces manifestations servent au tueur, il en demeure pas moins qu’il s’agit de vengeance personnelle essentiellement.
Tout est minutieusement analysé, grâce à un duo de policiers tant professionnels que de caractères opposés mais dont l’analyse des crimes va matcher pour découvrir la vérité.
Sur un rythme effréné, des chapitres qui s’enchaînent, l’action est omniprésente.
Je vous conseille vivement de lire ce roman.
Très belle découverte.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 30 septembre 2020.

Auteur(e) anglais(e), Thriller

L’ami des ombres d’Alex NORTH

Résumé de l’histoire : Et si votre meilleur ami était votre pire cauchemar ?
Le meurtre commis par le jeune Charlie hante la petite ville de Gritten.
Paul, ami du tueur et de la victime, y revient 25 ans plus tard, appelé au chevet de sa mère.
Mais la mort violente d’un adolescent réveille chez Paul ses pires cauchemars.
L’histoire se répète.
Pourtant Charlie n’est plus là, Charlie est mort.
Alors quelle est cette ombre qui rôde dans la forêt toute proche ?

Ca n’engage que moi : Quelle déception !!! j’avais tellement aimé l’histoire de « L’homme aux murmures », que j’attendais cette suite avec impatience. Je n’ai pas aimé la narration trop confuse ; le passage entre passé et présent sans repères m’a beaucoup gêné ; la quête de la vérité n’est pas assez approfondie, j’ai pu un tout petit peu en découvrir les causes vers la fin et encore cela reste encore trop obscure. J’ai beaucoup trainé pour aller au bout de cette histoire pour finalement me demander « qui a fait quoi ? pourquoi ? que deviennent les personnages ? ».
Très déçue.

Je remercie chaleureusement les éditions SEUIL/Cadre noir pour leur confiance.
Sortie nationale le 04 mars 2021

Auteur(e) français(e), Policier

Vol AF747 pour Tokyo de Nils BARRELLON

Résumé de l’histoire : Ce n’est pas de gaîté de coeur que Pierre Choulot est dans cet avion en direction de Tokyo : le billet lui a été offert par ses collègues à l’occasion de son départ à la retraite. Lui qui adorait son boulot de commandant à la brigade financière de la PJ parisienne, n’a accepté ce voyage que pour faire plaisir à son épouse, d’origine japonaise. Mais en plein vol, quand on retrouve le cadavre du pilote, seul, dans le cockpit verrouillé, le commandant Choulot va vite reprendre du service. Très rapidement, il découvre qu’aucune autre issue ne permet d’accéder au poste de pilotage ! Suicide ou assassinat ? L’enquête commence et chacun des cinq cents passagers, chacun des vingt membres d’équipage devient un suspect potentiel. Comment élucider ce qui ressemble – dixit son épouse, grande amatrice de roman policier – à un meurtre en chambre close ? Peut-être en prenant la raison et l’avion par le bon bout.
Nils Barrellon est né en 1975 à Bron. Des parents professeurs et une enfance paisible dans la banlieue lyonnaise. Avant d’obtenir le Capes de Sciences Physiques à 21 ans. Puis c’est l’exil en région parisienne pour ses premiers postes d’enseignant. Il enchaîne avec le conservatoire d’art dramatique puis se met à écrire, tout d’abord des comédies avant de se lancer dans la littérature, la noire ! Auteur de déjà plusieurs ouvrages, Nils Barrellon fait partie de ces auteurs dont on attend avec impatience le prochain roman !

Ca n’engage que moi : Un très bon polar qui regroupe tous les codes de l’enquête policière : méticulosité, entêtement, fourberie, mensonge, duperie, sarcasme, humour, amour, crime, passion.
J’ai passé un agréable moment de lecture, bien installée en 1ère classe. Un rythme ni trop lent ni trop rapide, un suspens croissant. Une lecture sans prise de tête mais un agréable moment passé en compagnie de tous ces personnages.
A lire.

Je remercie chaleureusement les éditions JIGAL pour leur confiance.
Sortie nationale le 20 février 2021.

Auteur(e) français(e)

MH370 de François RENAULT

Résumé de l’histoire : Sous la forme d’une fiction narrative, ce livre est une analyse objective des faits démontrant que la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines en 2014 n’était pas un accident.
Le 8 Mars 2014, un B777-200 de la compagnie Malaysia Airlines effectuant un vol commercial à destination de Pékin, disparaissait mystérieusement, 40 minutes après avoir décollé de l’aéroport international de Kuala-Lumpur, avec à son bord 239 passagers et membres d’équipage. Six ans plus tard, l’appareil et ses passagers n’ont toujours pas été retrouvés et le mystère demeure entier. Cette disparition constitue une anomalie, celle d’un accident sans épave et sans trace matérielle, d’une volatilisation sans images radar et sans enregistreurs de vol, d’un évanouissement sans message de détresse et sans communications radio.
Une analyse objective des faits, sous la forme d’une fiction narrative, démontre que la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines n’était pas un accident, mais le résultat d’un acte prémédité et méticuleusement préparé. Les organisateurs de cette opération savaient qu’aussi longtemps que l’épave de l’avion ne serait pas découverte, toute explication de sa disparition ne resterait que pure hypothèse ou conjecture. Toutefois, même en l’absence de preuve matérielle, il est possible d’affirmer que celle-ci repose bien au fond de l’océan Indien, mais dans une région fort éloignée de la zone qui a été fouillée. En Juillet 2018, l’équipe internationale d’enquête concluait dans son rapport final qu’elle était incapable de déterminer la cause réelle de la disparition du vol MH 370, ni l’endroit exact où l’avion se trouvait. Fallait-il pour autant ne plus chercher à comprendre ?…

Ca n’engage que moi : Voilà une histoire qui ne pouvait que m’intéresser ; j’avais cependant très peur qu’à travers ce récit, l’auteur montre trop ses connaissances techniques en oubliant le lecteur lambda. Le pari est réussi, non seulement cette lecture est accessible à tous, mais en plus de sa forme narrative, ce roman est d’un suspens incroyable. Je ne sais pas si l’auteur a raison, mais les preuves qu’il avance sont là et il convient de les connaître et de les expliquer.
J’ai beaucoup aimé l’approche très méticuleuse de cette enquête ; je me suis laissée transportée par ce long voyage qui s’est brusquement interrompu.
Classé « secret défense », j’espère qu’un jour, le voile du mystère sera levé pour toutes ces familles qui cherchent encore la vérité.
Je vous conseille vivement cette lecture, si vous êtes comme moi, fan d’Air Crash.

Je remercie chaleureusement les éditions Gilles PARIS pour leur confiance.
Sortie nationale le 25 février 2021.

Auteur(e) français(e), Policier

Si la bête s’éveille de Frédéric LEPAGE

Résumé de l’histoire : Adam et le singe capucin se regardent droit dans les yeux. Lui ne voit plus en Clara un animal, mais un homoncule, une sorte d’enfant dépravé, une version dégradée et corrompue de tous les ancêtres de l’homme. L’animal en lui jauge l’homme en elle. Ce regard si sombre lui fait perdre ses repères. La peur le gagne, non celle des sévices qu’elle va lui faire subir, mais l’épouvante de ne plus savoir à quelle catégorie du vivant il appartient.

Ca n’engage que moi : Voilà une histoire qui sort des sentiers battus ; l’enquête policière + l’étude du comportement animal + la recherche de soi = un super roman où tout est lié et où tout ne va pas l’un sans l’autre.
Cette histoire, somme toute banale au départ, va vous porter très loin dans la réflexion de « comment cohabiter les uns avec les autres » ; une mise en avant très profonde de la relation homme/animal, sans oublier les rappels de l’enquête policière.
L’auteur a réussi à m’intéresser et à me captiver du début à la fin. Sans être trop technique, les détails énoncés sont très étonnants car ce roman est aussi un message plein d’espoir.
Bref, ce livre est un OVNI d’originalité.
J’ai beaucoup aimé.

Je remercie chaleureusement l’auteur pour sa gentille dédicace et les éditions PLON pour leur confiance.
Sortie nationale le 04 février 2021