LUCA de Franck THILLIEZ

FRANCK SHARKO le retour ….

Résumé de l’histoire :  » Existe-t-il encore un jardin secret que nous ne livrions pas aux machines ? « . Partout, il y a la terreur. Celle d’une jeune femme dans une chambre d’hôtel sordide, ventre loué à prix d’or pour couple en mal d’enfant, et qui s’évapore comme elle était arrivée. Partout, il y a la terreur. Celle d’un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée dans la forêt. Partout, il y a la terreur. Celle d’un homme qui connaît le jour et l’heure de sa mort. Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire. S’engage alors, pour l’équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre. C’était écrit : l’enfer ne fait que commencer.

Ce que j’en pense : Déçue par les dernières aventures de « SHARKO », j’attendai, comme tous les ans, avec impatience ce nouveau récit ; et je n’ai pas été déçue ; je n’ai pas été surprise de retrouver toute l’équipe de (Franck) SHARKO, avec une nouvelle recrue féminine qui ose s’imposer dès le départ, mais j’ai surtout eu le bonheur de retrouver le vrai Franck, celui qui mène sa brigade au bout du bout, qui se bat contre sa hiérarchie, qui fait fi de ses nouvelles fonctions.
Toujours aussi sombre, déprimé, fatigué, j’ai été doucement bercée par LUCA (ceux qui ont lu le livre sauront à quoi je fais référence … chuuuuut pour les autres !!!).
Le 36 a été délaissé pour les Batignolles et la description du nouveau bâtiment nous fait découvrir le moderne centre-commercial de l’enquête policière. Plutôt réussi.
« Origines » (nouvelle gratuite – voir mon retour lecture) et « LUCA » sont étroitement liés : la recherche sur le ralentissement du vieillissement et la recherche sur l’ADN vont éveiller de nombreux questionnements. Mais pas que ….
L’enquête est menée tambour-battant et les quelques 504 pages se dévorent sans temps mort.
Voilà qui m’a redonné envie de continuer à suivre Franck SHARKO, Lucie et les autres.

Lu en version numérique. Sortie nationale le 02 mai 2019.

Biographie de l’auteur :  » Existe-t-il encore un jardin secret que nous ne livrions pas aux machines ? « . Partout, il y a la terreur. Celle d’une jeune femme dans une chambre d’hôtel sordide, ventre loué à prix d’or pour couple en mal d’enfant, et qui s’évapore comme elle était arrivée. Partout, il y a la terreur. Celle d’un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée dans la forêt. Partout, il y a la terreur. Celle d’un homme qui connaît le jour et l’heure de sa mort. Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire. S’engage alors, pour l’équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre. C’était écrit : l’enfer ne fait que commencer.

L’auteur dessine sur mon carnet de dédicaces au salon « l’Escargot noir » à Sens, en mai dernier. (photo personnelle)

2 réflexions au sujet de “LUCA de Franck THILLIEZ”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s