Dieu pardonne, lui pas ! de Stanislas PETROSKY

Résumé de l’histoire : Estéban Lehydeux, dit Requiem, est de retour. Le curé exorciste débarque cette fois sur le port du Havre. Il y découvre un docker bien sous tous rapports ? si, si ça existe ?, accusé de meurtre ; une boîte d’import-export d’objets et de matériels pas bien catholiques ; un syndicaliste forcené mais pas mauvais bougre ; des fanas du troisième Reich ; et bien évidemment une accorte jeune femme tellement mal fringuée qu’il s’empresse toujours, dès qu’il la croise, de la déshabiller ! Entouré de ces drôles de paroissiens notre héros, un Don Camillo carburant à la bière plus qu’à l’eau bénite, va devoir jouer du goupillon et faire quelques entorses aux règles de son ministère pour parvenir à distinguer le bon grain de l’ivraie… Ce deuxième épisode des aventures de Requiem est basé sur un fait réel : l’histoire de Jules Durand, qui défraya la ville du Havre en 1910. Cette sorte d’affaire Dreyfus dans le monde ouvrier est encore dans les mémoires de nombreux havrais.

Ce que j’en pense : Requiem revient pour une nouvelle enquête dans le port du Havre (dont l’auteur est originaire) et tirée de faits réels du début des années 1910.
Un plus sérieux que dans la première histoire, j’ai pris à nouveau beaucoup de plaisir à lire ce récit et à me balader dans les rues du port du Havre que j’ai pu visiter durant la fête des 500 ans de la ville. Encore beaucoup d’humour, de jeux de mots mais avec du raffinement en plus. L’auteur monte en puissance dans la qualité de son écriture ; les dialogues sont moins lourds, la collecte d’informations et le déroulement de l’enquête sont mieux construits et avec sérieux. Un vrai columbo, notre curé-exorciste.
Pour un bon moment de détente à lire en deux récits d’horreurs !!!

Lu en version numérique. Sortie nationale le 14 avril 2017.

Biographie de l’auteur : Stanislas Petrosky, de son vrai nom Sébastien Mousse, est un écrivain qui vit en Normandie.

C’est après une première vie de thanatopracteur qu’il rentre en écriture. 

Après quelles nouvelles, il se lance dans l’écriture d’un roman noir historique « Ravensbrück mon amour » (2015) et reçoit le Grand prix des Blogueurs 2016 qui sera suivi par une romance noire sur la dépression « L’amante d’Etretat » (2016). 

En 2016, il publie « Je m’appelle Requiem et je t’… », puis la suite, « Dieu pardonne, lui pas ! », aux éditions LaJouanie, en 2017. 

Aujourd’hui avec son personnage de Requiem, prêtre exorciste déjanté, il égale les grands auteurs du noir burlesque avec un style mêlant humour et polar.

En pleine dédicace, lors du salon « l’Escargot noir » à Sens en mai dernier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s