Le gamin des ordures de Julie EWA

Une histoire tirée de faits réels …

 

71YX1a99r8L

 

Quelque part en Roumanie – Un an et demi plus tôt
Darius Stanescu, neuf ans, est un Rom. Il vit dans une vieille bicoque sans eau, ni électricité avec son père, sa mère et ses deux soeurs. Lorsqu’un jour, les pelleteuses arrivent pour tout détuire, son papu meurt d’une crise cardiaque. Darius est très triste. Sa famille décide de partir en France.

16 mai – Bugrassot (anagramme de …. )
Après un voyage fatigant en car, Djino (le père), Cybèle (la soeur ainée) et Darius arrivent à destination. Les deux mille kilomètres parcourus et les trois cent cinquante euros empruntés au « Camatari » (prêteur roumain) leur donnent de l’espoit. L’oncle Cristi et sa femme vont les accueillir et les aider. Mais tout ne se déroule pas comme prévu.

Pourtant Lina, jeune guide touristique, va se battre pour eux, jusqu’à les rejoindre en région parisienne.

L’auteure s’inspire de son vécu, de son action auprès de cette population décriée. Tirée de faits réels (la confrontation avec l’élue locale est véridique …), la description de l’existence de ces gens est horrible. Les Roms sont une minorité ethnique transnationale présente dans tous les pays de l’UE et dans certains pays limitrophes comme la Russie ou la Turquie : on les appelle Roms, Tsiganes, Manouches, Gitans.
La misère, les trafics, le racket sont omniprésents.
Pour pouvoir s’intégrer, les Roms doivent apprendre le français, aller à l’école, s’intégrer, mais peu est associé à la vie locale.
Le parquage est monnaie courante ; leurs campements sont insalubres : entassés les uns sur les autres au milieu des détritus, sans intimité, avec une hygiène douteuse, les querelles de voisinage venant s’ajouter à tout ça. La prostitution de jeunes garçons en Gare du Nord ou les écoles de formation de voleurs (en Hongrie) recrutant de jeunes enfants pour les dresser au vol sont leur quotidien.
En Hongrie, où l’ultra-droite monte en puissance, la persécution des Roms est diabolique.
Quand à mes préjugés sur les aides financières allouées par la France, je les ai revus.

Bref, vous l’aurez compris, ce livre m’a bluffée. Mené tambour battant par une écriture simple, fluide, précise, des chapitres courts, des rebondissements, j’ai été tenue en haleine par tous ces tableaux de vie saisissants, révoltants.
Une formidable découverte de cette jeune auteure que j’ai eu la chance de rencontrer au festival du polar de Bruxelles. Un vrai bon moment de lecture  pour une vraie prise de conscience.

Je vous recommande vivement ce roman. Sortie nationale le 30 janvier 2019. ♥♥♥♥

Lu en version numérique.

Résumé de l’histoire : Recroquevillés au fond d’une impasse où sont entreposées des bennes à ordures, deux enfants et un adulte tentent de s’abriter de la pluie. Lorsqu’elle les aperçoit, la jeune Lina leur apporte aussitôt de l’aide en leur procurant une tente.
Les Stanescu viennent de Roumanie. Le père a atterri ici, dans le nord de la France, avec ses enfants, Darius, neuf ans, et Cybèle, seize ans, espérant récupérer un peu d’argent pour rembourser sa dette au passeur.
Un destin tristement banal pour une famille Rom, à la merci des trafiquants en tout genre, qui bascule lorsque Darius et son père sont portés disparus. Alertée par Cybèle, Lina part à leur recherche avec l’aide de Thomas, un ami, remontant la piste périlleuse d’un réseau criminel aux ramifications puissantes.
Un suspense implacable et remarquablement documenté qui retrace le dangereux périple d’une famille Rom à travers l’Europe. Après Les Petites filles, Julie Ewa confirme sa singularité et se place parmi les jeunes voix du thriller français.

Biographie de l’auteureJulie EWA a 27 ans et est originaire d’Alsace. Son premier roman a remporté le grand prix VSD du polar 2012, décerné par Jean-Christophe Grangé. En 2016, elle publie aux éditions Albin Michel Les petites filles, prix du Polar Historique 2016 et prix Sang d’encre des lycéens 2016.

20190413_145212

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s