La petite fille du phare de Christophe FERRE

R O C A M B O L E S Q U E

CVT_La-petite-fille-du-phare_8212

Sur un bout de caillou breton, dans le brouillard et la fraîcheur du début du printemps, un huis-clos étouffant, oppressant ….

Une mère artiste-peintre. Un père absent, arrogant. Un jeune adolescent émotif. Un voisin suspicieux.

On charge la mule tant que l’on peut … c’est ce que , en règle générale, fait la justice lorsqu’il s’agit d’infanticide. Et puis lorsque la pression administrative est là, on doit avancer vite et bien.

L’auteur fait tout pour dérouter le lecteur ; il nous manipule avec plaisir, et bien sur comme l’écriture est hyper réaliste, nous accusons. Les preuves sont là, on ne peut pas faire autrement.  Tellement facile de se débarrasser d’une enquête gênante mais qui au contraire satisfera l’opinion publique et les huiles du département breton.

Mais c’est sans compter sur la pugnacité de l’accusée, d’une nouvelle juge et de la chance aussi …

Une histoire qui ne laisse pas indifférent sur le traitement des infanticides par la justice. Du très très bon policier psychologique-sociétal. Je vous le recommande vivement ♥♥♥♥.

Je remercie chaleureusement les éditions de l’Archipel pour leur confiance. Sortie nationale le 3 octobre 2018.

Résumé de l’histoire : Qui a kidnappé le bébé ? Le temps d’une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac’h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur. Mais au retour, un berceau vide les attend. Aucune trace d’effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, s’ajoute la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane est une mère déjà éprouvée par la perte d’un enfant, Elouan, un père souvent absent…Les pistes se multiplient mais l’enquête n’avance pas. Pourtant, près d’un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l’emporte sur l’incompréhension. Sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n’est pas sa soeur…

Biographie de l’auteur : Christophe Ferré passe sa petite enfance à Châteaudun et séjourne fréquemment à Illiers-Combray, le village de Marcel Proust, berceau de sa famille paternelle. Adolescent, il est élève au lycée Hoche (Versailles) puis au lycée Lakanal (Sceaux) en hypokhâgne et khâgne. Après le concours de l’École normale supérieure, il devient professeur de lettres à l’âge de 21 ans. Fasciné par la musique de Serge Prokofiev, dont le rythme inspire son travail artistique, il se lie d’amitié avec la femme du compositeur, Lina Prokofiev en Suisse avant sa mort en 1988. Il publie un premier roman en 1995, La Chambre d’Amour (Arléa), très remarqué par la critique. Le livre, adapté par l’auteur sur France Culture, obtient le Grand Prix international de la fiction radiophonique face à Nancy Huston en 1999.

Il obtient le Prix de la nouvelle de l’Académie Française en juin 2010 pour son livre La Photographe consacré au 11 septembre.

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, le nomme Chevalier des arts et des lettres en juillet 2010 et lui remet personnellement ses insignes.

Amateur de sports extrêmes, il fait souvent le tour de la France en VTT par les sentiers. Il traverse à pied et en solitaire des chaînes de montagnes : Alpes, Pyrénées, Corse, Haut Atlas, Pics d’Europe, Cévennes… C’est un passionné de lutte gréco-romaine mais surtout de rugby, un monde qu’il côtoie depuis des années.

260px-Christophe_Ferre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s