Pékin de neige et de sang de MI Jianxiu

Noël sous la neige …

 

9782809713503_large

Je n’ai pas d’avis positifs ou négatifs sur ce livre.

Je ne peux pas vous dire si j’ai aimé ou pas. Je l’ai lu …

Je m’attendais sûrement à plus de détails sur les personnages, sur la vie locale, sur l’enquête … Là je n’ai trouvé que généralités.

Les affaires de famille, les histoires d’amour passées – en cours – futures, les ex-camaraderies, les faits historiques … finalement je n’ai pas trouvé ce qui pouvait faire avancer l’histoire.

Dommage … peut-être suis-je passée à côté du récit. ♥♥

Je remercie chaleureusement les éditions Philippe Picquier pour leur confiance. Sortie nationale le 03 mai 2018.

Résumé : Le corps d’un homme, la gorge tranchée au bas de son immeuble jette le lieutenant Ma et son adjoint Zhou dans une enquête au cours de laquelle ils vont remuer le ciel et la terre de Pékin menacé d’attentats par des séparatistes Ouighours. Treize jours dans une voiture pie à ne connaître que des nuits blanches et des bols de nouille, treize jours à sillonner les rues et les quartiers les plus louches de la Capitale, dans le Pékin des bas-fonds, des junkies punk et des prostituées. La corruption liant l’urbanisme de la capitale chinoise au milieu de la drogue et de la pègre les amène, lui, le lieutenant désabusé par un mariage raté et son coéquipier borderline à relier plusieurs meurtres identiques et tenter de remonter la piste des égorgeurs pékinois.

Biographie de l’auteurMichel Imbert, né le 20 décembre 1961, est un écrivain français, auteur de quelques romans historiques ayant pour cadre la République populaire de Chine. Il publie aussi, sous le pseudonyme de Mi Jianxiu1, des romans policiers, parfois historiques, parfois contemporains, mais toujours situés en Chine.

Il enseigne les arts plastiques à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse.

À partir de 2006, il publie aux éditions de l’Aube, sous le pseudonyme Mi Jianxiu, des romans policiers historiques ayant pour héros le juge Li qui sont supposément « traduits du chinois » par Michel Imbert.

Il fait également paraître des romans historiques sous son patronyme, dont Les Disparus du Laogaï (2010), où une enquête sur treize personnes égorgées dans un bordel de Pékin en 1953 est prétexte à l’évocation de la Chine de Mao Zedong du Grand Bond en avant à la Révolution culturelle, ou encore Marche rouge montagnes blanches (2015), qui évoque les difficiles tribulations d’un fils de paysan ayant fui son village en 1935 pour rejoindre les rangs de l’Armée rouge et participer à la Longue Marche.

AVT_Michel-Imbert-II_2665

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s