Passager 23 de Sébastian Fitzek

Mais comment peut-on faire une chose pareille !!!!!!!!!

passager-23 Je vous avoue qu’en commençant ma lecture, je n’avais lu aucun commentaire, ni résumé de l’histoire. Et c’est tant mieux. Ce dont j’étais sûre, c’était que les croisières n’étaient pas faites pour moi …

Lorsque Martin Schwartz reçoit l’appel mystérieux d’une vieille dame l’invitant à embarquer sur le bateau de croisière « Le Sultan des mers », les souvenirs refont surface. Martin est un psychologue et un excellent agent infiltré, notamment dans les enquêtes de pédophilie, prêt à tout pour aller au bout de ses interventions. Il n’a plus rien à perdre … car il a tout perdu il y a quelques années lorsque sa femme et son fils Timmy, en croisière sur le Sultan, se sont suicidés. Pour Martin, revenir sur ce paquebot est un vrai cauchemar. Mais poussé par la curiosité, il se fait violence et embarque. Il veut savoir.

La vieille dame est Gerlinde Dobkowitz, 78 ans, une excentrique, veuve, riche, croisiériste convaincue,  elle se prétend auteure de thrillers et aura des révélations à faire sur la disparition de la famille de Martin.

Julia est infirmière, elle élève seule sa fille Lisa, jeune adolescente en pleine crise. La vie est dure ; pour joindre les deux bouts, Julia enchaînent les nuits supplémentaires à la clinique où elle travaille. Pour se changer les idées et grâce au capitaine du « Sultan », Daniel Bonhoeffer, parrain de Lisa, elles décident de partir en croisière.

Daniel Bonhoeffer est un égocentrique, alcoolique, tiraillé entre toutes ces mystérieuses disparitions et Yegor Kalinin, armateur du bateau et gros trafiquant.

Et puis un jour, Martin reconnait l’ours en peluche de Timmy dans les bras d’Anouk, une enfant disparue et qui refait surface. Car Anouk est le passager 23 et Martin doit enquêter sur ce qu’a vécu la fillette. Au fil de son enquête, Martin découvrira le mystère de ces disparitions.

Sébastian Fitzek a encore une fois frappé très fort. Son histoire est apocalyptique car j’étais loin de pouvoir imaginer que de telles choses pouvaient exister – je ne vous en dirais pas plus. Le rythme est toujours aussi soutenu. Les chapitres sont courts ; les personnages sont nombreux mais chacun a une place bien particulière ; tout le monde cohabite. L’auteur a mis en avant le côté psychologique du personnage principal. « Anouk »  ne parle pas, elle ne communique que par dessins, que se passe-t-il dans sa tête ? pourquoi est-elle violente, stressée, anxieuse ?  des indices utiles pour mener l’enquête. Un travail de recherche a été effectué par l’auteur sur ces causes de suicides et cela fait froid dans le dos. L’histoire est forte, touchante, effrayante.

J’ai toujours un réel plaisir à découvrir les nouvelles histoires de Sébastian Fitzek, que j’ai eu la chance de croiser à Saint-Maur en poche en juin 2017. Cet auteur que j’ai découvert il y a un peu moins de deux ans, grâce au groupe des Mordus de thrillers, a une imagination incroyable. Un vrai conteur.

Je remercie chaleureusement les éditions de l’Archipel pour leur confiance. Sortie nationale le 7 mars 2018.

Résumé :

Imaginez un lieu isolé.
Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes…
Sans laisser de trace.Un lieu rêvé pour des crimes parfaits.
Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer…

Un paquebot, des disparitions mystérieuses… Depuis de longues années, des passagers du Sultan des mers – souvent une mère et son enfant – disparaissent après s’être vraisemblablement jetés par-dessus bord. C’est ce qui est arrivé à la femme et au fils de Martin Schwartz, Timmy, alors qu’ils effectuaient une croisière sur ce paquebot. Depuis la mort de sa femme et de son fils Timmy, Martin a perdu goût à la vie et assume, au sein de la police où il officie comme psychologue, des missions dangereuses, notamment au contact de pédophiles sans scrupules. Cinq années ont passé quand une femme mystérieuse, qui se prétend auteure de thrillers, l’invite à retourner sur « Le Sultan des mers ». Elle aurait des révélations à lui faire sur la disparition de sa famille. Une fois sur place, il reconnaît avec stupeur l’ours en peluche de Timmy dans les bras d’Anouk, une enfant disparue qui vient de refaire surface. Il comprend alors qu’il a été sollicité pour découvrir ce qu’a vécu la fillette que l’on cache dans la cabine 23. Au fil de son enquête, il mettra au jour le mobile de ces mystérieuses disparitions. Et découvrira que les disparus ne sont peut-être pas tous morts…

Biographie de l’auteur : Né à Berlin en 1971, Sebastian Fitzek est le numéro 1 du thriller en Allemagne. Il est l’auteur du best-seller Thérapie et de huit autres romans, dont Ne les crois pas et L’Inciseur, tous parus à l’Archipel. Pour son roman Mémoire cachée, il s’est vu décerner le Prix Transfuge du meilleur polar, lors du salon Saint-Maur en Poche 2017.

fitzek1-220x258

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s