Chimaeris d’Eric Tourville

E P O U S T O U F L A N T

« La première chose qu’il vit, ce fut le symbole en rouge au-dessus de la porte d’entrée. Une étoile à cinq branches dans un cercle dont le lieutenant ignorait la signification. L’impression angoissante d’être devant les portes de l’Enfer. »

51YExB1e0HL._SX195_.jpg Un matin, le lieutenant Frémont reçoit l’appel de Matt Bennett, un chasseur parti avec son chien Bear sur un sentier de forêt, il sait que quelque chose de grave s’est passé. En effet, lorsqu’il se retrouve devant l’ancienne maison abandonnée d’Higgins, un vieil homme décédé depuis quelques années, Matt Bennett prévient Frémont qu’il est hors de question pour lui de rentrer à nouveau dans cet endroit. Et pour cause : l’odeur nauséabonde et écoeurante va saisir d’horreur le lieutenant de police. En parcourant les différentes pièces, il va découvrir 4 petits corps carbonisés. L’effroi absolu. Mais très vite un détail va attirer le policier ; dans l’une des cellules où ont été enfermés, enchaînés, affamés, abusés, violentés les petits enfants, l’un d’eux a réussi à s’échapper. Recueillie par Gus, un petit trafiquant ancien soldat d’Irak, Dawn, la rescapée sourde et muette, va déchaîner les foudres de ses anciens bourreaux et du FBI. Car Dawn a un secret …

Mais le lieutenant Frémont, malgré quelques déboires, va tenir bon et mener son enquête pour découvrir la vérité. Car des cadavres, il va y en avoir. Aidé du fidèle et talentueux légiste Todd, qui grâce à son expertise et à ses rencontres privées lui donnera toutes les informations nécessaires pour arriver à ses fins.

L’enquête va être longue, fastidieuse et semée d’embuches. Nous voyagerons beaucoup : des Etats-Unis à la Russie en passant par l’Ukraine et le Canada. Beaucoup de thèmes seront abordés dans ce livre : le trafic d’humains, le handicap, la recherche génétique, l’exobiologie (science ayant pour objet l’étude des facteurs et processus de l’apparition de la vie et de son évolution), les conséquences des contaminations chimiques, la sorcellerie et ses mythes, l’amitié, la fidélité.

L’histoire est divisée en trois parties :

  • sur les 2/3 du livre (1ère partie), l’auteur met en place les personnages, l’intrigue, l’enquête, l’état psychologique des principaux témoins est très précisément décrit ; le rythme est assez lent ;
  • Puis tout s’accélère, la 2ème partie nous scotche de rebondissements. Nous sommes ballotés, trimballés, secoués, étonnés, essoufflés. La fin approche … que de suspense.
  • L’épilogue est surprenant de vérité.

Malgré quelques passages trop techniques à mon goût, le mélange polar-thriller-psychologie-anticipation a été savamment dosé. Des chapitres courts, des personnages émouvants, coriaces, violents, ignobles … 500 pages addictives. Une sacrée belle découverte.

Je remercie chaleureusement les éditions Slatkine & Compagnie pour leur confiance.

Résumé : Dans l’hiver glacial du Vermont, pas très loin de Salem, une maison abandonnée, quatre cadavres de petites filles carbonisés, la cinquième a disparu … l’enquête commence. La presse joue la piste pédophile, la police, celle de la sorcellerie. Et si ce n’était qu’une chasse à l’homme dont le gibier était l’Homo sapiens ?…

Biographie de l’auteur : Eric Tourville est agrégé et docteur en biologie moléculaire. Chimaeris est son premier roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s