Majestic murder d’Armelle CARBONEL

Résumé de l’histoire : Une écorchée vive qui rêve de brûler les planches.
Un squat à fuir, un homme secret et tourmenté.
Et une audition menée par une troupe étrange dans un théâtre abandonné…
Le Majestic.
Serez-vous prêts pour la première ?

Ce que j’en pense : Un récit glaçant !!!! (et le mot est faible ….)
Quelle plume … C’est vraisemblablement le récit le plus trash que j’ai lu depuis le début de l’année et c’est pas peu dire après avoir lu Mattias KÖPPING.
L’auteure a une facilité déconcertante pour vous amener vers l’horreur absolue. L’un de ses nombreux points forts est de m’avoir fait croire que la rédemption existe … et j’y ai cru.
Le point d’orgue de cette histoire : violence. L’atmosphère est oppressante et comparable à certains récits d’Edgar Allan POE ou Stephen KING. Que du bonheur !!!!
Quant à l’intrigue et au final, j’en suis restée scotchée !!!! Un grand WAOOOOUUUUHHH.
ATTENTION : la fin de l’histoire peut vraiment choquer certains d’entre vous … parce que c’est ….
A LIRE DE TOUTE URGENCE.

Lu en version numérique.
Sortie nationale le 19 janvier 2017.

Biographie de l’auteure : De nationalité Française, née à Paris le 16/07/1975, Armelle Carbonel est une écrivaine, auteure de romans policiers.
Elle consacre la majeure partie de son temps libre à l’écriture et travaille parallèlement dans le domaine de l’infrastructure pour le Ministère des Armées.
Surnommée la « nécromancière », elle voue une affection particulière aux huis clos.
Mariée et mère d’un enfant, Armelle Carbonel vit en région parisienne

A Saint-Maur en poche

Askja de Ian MANOOK

Résumé de l’histoire : Dans le désert de cendre de l’Askja, au cœur de l’Islande, le corps d’une jeune femme assassinée reste introuvable. Près de Reykjavik, des traces de sang et une bouteille de vodka brisée au fond d’un cratère, mais là non plus, pas le moindre cadavre. Et dans les deux cas, des suspects à la mémoire défaillante. Ces crimes rappellent à l’inspecteur Kornelius Jakobson, de la police criminelle de Reykjavik, le fiasco judiciaire et policier qui a secoué l’Islande au milieu des années 70 : deux crimes sans cadavres, sans indices matériels, sans témoins, que des présumés coupables finissent par avouer sans pourtant en avoir le moindre souvenir. Après Heimaey, Ian Manook nous entraîne cette fois au cœur d’une Islande plus brute et plus sauvage, dans les rouages d’une machination politique qui révèle une toute autre facette de cette république exemplaire.

Ce que j’en pense : Ian MANOOK est un conteur hors paire pour me faire découvrir les coins les plus sombres, les plus reculés de la planète.
L’ISLANDE, nouveau voyage glacial. « ASKJA » est la suite de « HEIMAEY » paru en 2018 que je n’ai pas encore lu, et il n’est absolumentpas gênant si vous commencez par la fin … Vous aurez sûrement envie, comme moi, de vous plonger dans la première histoire.
J’ai découvert dans ce roman tout l’humour parfois attendrissant, noir de temps en temps, ou carrément hilarant mais jamais moqueur de Ian MANOOK ; l’auteur manipule les mots – et la lectrice que je suis – avec une facilité déconcertante, s’en est même énervant … mais c’est bluffant.
Les descriptions des paysages, des ambiances, des personnages sont tellement réalistes et belles.
Il y a un degré d’escroquerie au top de l’inimaginable … Bref j’ai A D O R E !!!! comme d’habitude avec Ian MANOOK.
Je vous conseille vivement de lire ce livre car au-delà du bon moment de lecture que vous allez passer, vous voyagerez et apprécierez, je l’espère, tout le talent de l’auteur.

Je remercie chaleureusement les éditions ALBIN MICHEL pour leur confiance.
Sortie nationale le 02 octobre 2019.

Biographie de l’auteur : Patrick Manoukian, né à Meudon le 13 août 1949, est un journalisteéditeur et écrivain français. À l’âge de 18 ans, Patrick Manoukian parcourt les États-Unis et le Canada, pendant 2 ans, sur 40 000 km en autostop. Il effectue des études de droit et de sciences politiques à la Sorbonne, puis de journalisme à l’Institut français de presse.
Il repart ensuite en voyage en Islande, au Belize, et au Brésil1.
De retour en France, il collabore en tant que journaliste à des rubriques touristiques du Figaro, de Télé Magazine, de Top Télé, de Vacances Magazine et de Partir1.
En 1987, il crée une société : Manook, une agence d’édition spécialisée dans la communication autour du voyage.
De 2003 à 2011, il réalise le scénario de plusieurs bandes dessinées sous le pseudonyme de Manook.
En 2013, il signe du pseudonyme de Ian Manook un roman policier intitulé Yeruldelgger qui remporte le Prix SNCF du polar 2014.
Il fait aussi partie du collectif d’artistes la Ligue de l’Imaginaire.

Ian MANOOK avec Françoise, sa très sympathique épouse.

En moi le venin de Philippe HAURET

Résumé de l’histoire : Franck, un ex lieutenant de police, retrouve ses anciens amis du lycée, tous empêtrés dans de troublantes affaires…Suite à un évènement tragique, l’ex lieutenant de police Franck Mattis se voit contraint de retourner sur les terres de son enfance. Il y retrouve d’anciens camarades de lycée. À commencer par l’envoûtante Esther, devenue chargée de communication pour le compte d’un candidat à la mairie sans scrupules. Mais aussi Valéry, le boss redoutable d’une boîte de nuit dans laquelle de jeunes femmes sont contraintes à la prostitution. Il y a aussi Ben, le passionné d’informatique qui végète dans son appartement en compagnie d’une étrange créature. Cécile, la secrétaire soumise aux jeux pervers de son employeur, Warren, l’amant stupide et incontrôlable, ou encore Moe, l’homme de main impitoyable qui ne rêve que de se retirer au calme avec ses chiens. Franck Mattis se voit plongé au cœur d’un monde qu’il ne connaît que trop bien, celui de la nuit, de la violence, du mensonge et de la désespérance. Une fois encore, il lui faudra lutter contre ses propres démons, et qui sait, peut-être enfin trouver la paix…Un roman noir angoissant qui vous fera suivre une série de personnages évoluant dans un univers empoisonné par le mensonge et la violence.

Ce que j’en pense : Roman très violent, très sombre, très dur, sans concession, même l’amour est secondaire.
Mais alors pourquoi est-ce aussi court ? Car lorsque l’histoire est top, la narration tellement réaliste, qu’il y a de l’action, que lorsque l’amitié, l’amour, l’abus de pouvoir, l’ascension vers le règne, le trafic de drogues, le proxénétisme et l’homosexualité sont réunis et font bon ménage, j’en redemande ….
Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il va falloir que j’attende encore un peu avant de vous lire à nouveau.
A lire de toute urgence et sans modération …

Je remercie chaleureusement les édtions JIGAL Polar pour leur confiance.
Sortie nationale le 20 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : Né en 1963 à Chamalières, Philippe Hauret passe son enfance sur la Côte d’Azur, entre Nice et Saint-Tropez. Après le divorce de ses parents et d’incessants déménagements, il échoue en banlieue sud parisienne. Sa scolarité est chaotique, seuls le français et la littérature le passionnent. En autodidacte convaincu, il quitte l’école et vit de petits boulots, traîne la nuit dans les bars, et soigne ses lendemains de cuite en écrivant de la poésie et des bouts de romans. Il voyage ensuite en Europe, avant de trouver sa voie en entrant à l’université. Après avoir longtemps occupé la place de factotum, il est maintenant bibliothécaire. Quand il n’écrit pas, Philippe Hauret se replonge dans ses auteurs favoris, Fante, Carver, Bukowski, joue de la guitare, regarde des films ou des séries, noirs, de préférence. …

LA VESTE et autres nouvelles de Léo VILLOTS

Résumé de l’histoire : LA VESTE et autres nouvelles. … Six au total, avec, pour point commun, le suspense trempé à l’encre noire.
Ne vous fiez pas à l’écriture poétique qui guide ces lignes ! L’envers du décor est glauque.
Sans bêtas, pas d’alpha ou le harcèlement dans toute son horreur.
Vous seriez-vous arrêtés, en voiture, pour aider cette vieille femme à l’allure douteuse ?
Et ces signes d’outre-tombe, saurez-vous les percevoir ?
La guerre, toujours la guerre, …. et ses séquelles.
Accident mortel, mais pas pour tout le monde !
Un légionnaire à la recherche de son passé, à  Dinan : alors, coupable ou innocent ?

Ce que j’en pense : Un recueil de six nouvelles poétiques mais pas que …. !!!!!
Car au-delà des différents thèmes abordés – vengeance, fantômes, amour inavoué, harcèlement, … etc – l’auteur a réussi à mélanger la poésie et l’écriture narrative sans dénaturer le récit. Rédigés comme des poèmes, ces histoires sont pleines de surprises.
J’aime beaucoup l’univers de l’auteur car Léo VILLOTS ose : avec son premier roman « MALEFIQUES » (voir retour lecture sur le blog), quelle maîtrise !!!! Une enquête rondement menée, une histoire simple, claire, précise.
Avec « LA VESTE et autres nouvelles », l’auteur se met en danger, c’est culotté mais plutôt réussi.
Je ne suis pas fan de poésie et surtout je ne sais pas lire la poésie … aussi j’ai été complètement étonnée d’avoir adhérer à ce style d’écriture, et surtout que l’on puisse raconter des petites histoires en rimes.
Parmi ces six histoires/poêmes, un seul n’a pas eu trop mes faveurs … je vous laisse deviner !!!
Ce petit recueil mérite amplement sa place dans les rayonnages de nos librairies.

Uniquement en version numérique.
Je remercie chaleureusement l’auteur Léo VILLOTS pour sa confiance.
Sortie nationale le 18 septembre 2019.

Biographie de l’auteur : Léo Villots, de son vrai nom Olivier Le Gal, est né en 1969 en région parisienne mais vit désormais en Bretagne, à Dinan.
Infirmier, marié, un enfant, LA VESTE est son second  livre. Avec son premier, MALEFIQUES, un thriller paru aux éditions La Gidouille, il a reçu de nombreux encouragements. LA VESTE sera-t-elle aussi bien accueillie ?

Elle le gibier d’Elisa VIX

Résumé de l’histoire : Un mystérieux enquêteur interroge toutes les personnes qui ont connu Chrystal, une jeune femme ravissante, titulaire d’un master en neurosciences et chercheuse. Que ce soit son ancien amant, ses collègues de Medicines ou le leader international de l’information médicale, chacun est interpellé quant à sa propre responsabilité dans ce qui s’est produit.

Ce que j’en pense : Voilà un sujet qui parlera à nombre d’entres nous : le harcèlement professionnel.
L’histoire est découpée en deux parties bien distinctes :
* on découvre l’univers impitoyable du monde professionnel : tout ce que l’être humain peut faire subir à l’autre sans remords ni regrets ; toujours plus forts, toujours plus hauts pour faire plier.
* et puis il y a le craquage, le « burn-out » comme on dit et la prise de conscience de se demander s’il faut se battre ou capituler. Insidieux, sournois, narcissique.
Une auteure qui sait parler aux lecteurs, avec réalisme, froideur, violence.
Un roman très très sombre à découvrir absolument ; une idée très originale de la mise en histoire.
Je remercie chaleureusement les éditions du Rouergue pour leur confiance.
Sortie nationale le 03 avril 2019.

Biographie de l’auteure : Élisa Vix, née le 17 novembre 19671 à Paris, est une romancière française.
Vétérinaire de profession et mère de 3 enfants, elle vit en région parisienne.

Je te hais de Gilles CAILLOT

Résumé de l’histoire : Marc Kasowski est fortement perturbé par la sortie de prison de son père, cet homme brutal qui a assassiné sa mère et sa soeur. La maltraitance de son enfance lui revient en boomerang quand, par sa profession de policier, il est confronté aux parents dont les enfants ont été enlevés par un psychopathe qui se revendique dévoreur d’enfants.

Ce que j’en pense : Grande découverte pour moi de l’auteur.
Le roman est très noir ; le thème essentiel est la pédophilie, la recherche du passé. Les retours entre le présent et le passé m’ont perturbée, le récit est parfois confus.
Pourtant, grâce à une écriture très puissante, on sent le malaise, le poids de l’enfance, la quête des souvenirs et leurs explications ; malgré cela, je n’ai pas réussi à adhérer totalement à cette histoire.
Dommage !!!!!!!
Lu en version numérique.
Sortie nationale le 14 novembre 2018.

Biographie de l’auteur : Né en 1967 à Lyon il a toujours été un grand passionné de littérature fantastique et de romans noirs. Il a connu mes premiers émois littéraires en lisant des auteurs tels que Stephen King, Jack Vance, Jean-Christophe Grangé et plus récemment Maxime Chattam. Consultant dans les technologies de l’information, rien ne le destinait à devenir un auteur de romans policiers.